Archives mensuelles : octobre 2017

Marseille : une militante PCF qualifie le terroriste de “martyr”

Polémique. Ce mardi 3 octobre, Sonia Nour, une militante communiste, a été suspendue de son poste de collaboratrice à la mairie communiste de la Courneuve suite à ses propos sur Ahmed Hanach, l’homme qui a tué deux jeunes filles à coups de couteau dimanche 1eroctobre à Marseille.

Le 2 octobre, le lendemain de l’attentat de Marseille qui a coûté la vie à deux jeunes femmes, Sonia Nour, militante communiste et collaboratrice à la mairie communiste de la Courneuve, a fait un gros dérapage sur son compte Facebook. En effet, la jeune femme a qualifié de “martyr” le terroriste de Marseille et a dressé un parallèle entre cet attentat et les violences conjugales : “Quand un martyr égorge une femme et poignarde une autre, là ça fait du bruit. Terrorisme, du sang, civilisation, bla bla bla… Par contre, que le terrorisme patriarcal nous tue tous les deux jours, on l’entend moins votre grande gueule”.

Suspendue de son poste et accusée d’apologie du terrorisme

Les internautes, en colère, ont interpellé le maire communiste de la Courneuve, Gilles Poux. Prié de réagir, il a tout abord condamné les propos de sa collaboratrice. “Les propos tenus par Sonia Nour sont inacceptables. Je les condamne sans nuance”, a-t-il écrit sur son compte Twitter. Plus tard, dans l’après-midi, il a annoncé avoir engagé une mesure disciplinaire contre Sonia Nour. “Face à cette situation inédite et intolérable, j’ai décidé sans attendre de lancer une mesure disciplinaire accompagnée d’une sanction à effet immédiat à l’encontre de madame Sonya Nour, en attendant que l’instruction administrative aboutisse”, a-t-il fait savoir dans un communiqué, dénonçant des faits “en totale contradiction avec les valeurs de solidarité et de justice portées par [sa] municipalité”.

SUR LE MÊME SUJET

En outre, Jordan Bardella, secrétaire départemental du Front national (FN) en Seine-Saint Denis et conseiller régional d’Ile-de-France, a annoncé sur Twitter avoir saisi le procureur de la République pour apologie du terrorisme. “Alors que nombre de nos compatriotes sont affreusement frappés par le terrorisme islamique, de tels dérapages ne peuvent être autorisés”, fustige-t-il dans son post.

Explication de Sonia Nour sur l’emploi du mot “martyr”

De son côté, Sonia Nour a voulu s’expliquer. “Le mot martyr ne veut pas dire ‘le juste ». Je l’emploie pas dans le sens chrétien mais dans le sens psychanalytique du terme. D’un point de vue narcissique”, a-t-elle indiqué sur Facebook, ajoutant que pour elle, “les attentats-suicides ne sont liés ni au fondamentalisme islamique, ni à la religion en général”. Quant à son allusion aux violences conjugales, elle explique qu’en “France nous avons l’équivalent d’un Bataclan chaque année pour les femmes. Meurtres de masse par étranglement, coups, coup de fusil, poignard… par des hommes”. “En quoi le crime dit ‘islamiste’ serait plus atroce que le crime de femmes par leur conjoint ou ex… ? ”, se demande cette militante PCF.

SUR LE MÊME SUJET

Quelques heures plus tard, après avoir été suspendue de son poste à la mairie, elle a osé demander de l’aide aux internautes : “Je vous demande de l’aide. Je n’ai jamais fait d’apologie de terrorisme. Suite aux déferlements de haine des fachos, je viens de me faire suspendre de mon taf et je vais en conseil de discipline pour un statut Facebook”. “Je suis choquée. Je ne pensais pas qu’un maire communiste se servirait du déchaînement de l’extrême droite pour me suspendre sans solde et m’emmener en conseil de discipline pour apologie de terrorisme comme le souhaite l’extrême droite. Pour info je suis enceinte de près de 6 mois”, a-t-elle ajouté dans le fil de commentaires sur sa page Facebook.

Plusieurs suspects arrêtés dans le cadre de l’enquête

Quant à l’enquête, elle avance rapidement même si beaucoup de questions restent encore en suspens. Une perquisition a été menée dans un immeuble situé au centre-ville de Marseille. Quatre personnes ont été interpellées dans la journée, selon Le Monde. En outre, le téléphone portable, que le terroriste avait sur lui lors de l’attentat, a été étudié. D’après RTL, des vidéos et des chants de propagande islamistes y figurent.

Edouard Philippe annonce un nouveau plan contre l’antisémitisme

Edouard Philippe annonce un nouveau plan contre l’antisémitisme

Lors d’un discours devant la communauté juive française, le Premier ministre a fustigé l’antisionisme, une « forme réinventée » de l’antisémitisme. « Quand on le croit disparu, il réapparaît encore et encore. » Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé lundi soir que l’Etat mettrait en oeuvre à partir de 2018 un nouveau plan pluriannuel de lutte contre l’antisémitisme, lors des voeux à la première communauté juive d’Europe, à la synagogue de la rue Buffault à Paris.

Lors de son discours, Édouard Philippe a fustigé « cette bête immonde qu’est l’antisémitisme ». Une « bête » qui « emprunte à la fois à l’hydre et au phénix (…): quand on le croit disparu, il réapparaît encore et encore ».Le Premier ministre a cité, au titre des causes de cet antisémitisme, « l’ultraviolence du terrorisme islamiste ». Celle, a-t-il énuméré, qui a conduit à l’assassinat d’Ilan Halimi en 2006 et à la tuerie dans une école juive de Toulouse en 2012 ou l’attaque contre l’Hyper Cacher en janvier 2015.

Des actes antisémites en baisse

Pour le chef du gouvernement, si les actes antisémites ont baissé en 2016 (-58,5%), ce recul « ne doit pas faire oublier une autre réalité », celle de la « banalisation de l’antisémitisme et de sa forme réinventée (…) qu’est l’antisionisme ».

Rendant hommage à Manuel Valls -présent lundi soir et très applaudi- et à son plan national de lutte contre le racisme et l’antisémitisme de 100 millions d’euros lancé au printemps 2015, Édouard Philippe a annoncé qu’un nouveau plan du même type serait mis en oeuvre « pour la période 2018-2020 ». « Un de ses objectifs sera de combattre l’antisémitisme sur internet, en particulier le déferlement de haine qui s’abat sur les réseaux sociaux », a-t-il précisé.
« Nous ne laisserons rien passer et vous ne serez pas seuls dans ce combat car ce combat, c’est évidemment celui de toute la République », a fait valoir le Premier ministre devant les responsables communautaires, dont le grand rabbin de France Haïm Korsia, qui a conclu la cérémonie par la « prière pour la République française », dite chaque fin de semaine dans les synagogues

Ligne libérale sur la laïcité

Dans la ligne libérale défendue par le président Emmanuel Macron sur la laïcité, Édouard Philippe a estimé que la « neutralité » des pouvoirs publics face aux religions « n’est ni défiance, ni offense, ni encore moins indifférence ».

« Je ne vois pas par exemple ce qui empêche de faire en sorte que le calendrier des examens permette à un lycéen ou à un étudiant de vivre sa foi tout en poursuivant ses études », en évitant de fixer des épreuves en particulier lors du repos du shabbat le samedi, a-t-il indiqué. « Il n’est pas non plus question », a-t-il assuré, « de remettre en cause des pratiques cultuelles traditionnelles comme l’abattage rituel », qui interdit l’étourdissement préalable des animaux aux juifs comme aux musulmans observants.

Source

Note de notre rédaction de la source lacontrerevolution.wordpress.com :
Alors que les actes (prétendument) antisémites sont en baisse, le premier ministre Édouard Philippe -en véritable larbin d’Israël- annonce un nouveau plan pour contrer ce qui est quasiment inexistant en France. Il est évident qu’un certain lobby communautaire a plus de poids que tous les autres dans notre république française. Le Young Leader Édouard Philippe s’y soumet, à l’instar de ses prédécesseurs.

Rivarol n°3299 du 4/10/2017

Editorial

Fusillade à Las Vegas, attentats à Marseille :

notre monde est complètement fou !

A moins de vingt-quatre heures de distance, deux événements dramatiques, d’ampleur inégale, ont semé la mort et la consternation en France et en Amérique. Un homme a ouvert le feu sur la foule venue assister à un concert en plein air le 1er octobre au soir (lundi matin en France) à Las Vegas, dans l’ouest des Etats-Unis, faisant au moins 58 morts et 515 blessés. Plusieurs policiers présents à ce concert de country music figurent parmi les morts. Dix fusils ont été retrouvés dans la chambre louée par le tireur qui, à ce stade de l’enquête, semble avoir agi seul et dont on ne connaît pas les motivations, du moins au moment où nous bouclons ce numéro. L’on sait d’ores et déjà que cette fusillade est la plus meurtrière de l’histoire des Etats-Unis.

Quelques heures plus tôt, un Maghrébin en situation irrégulière a mortellement attaqué deux jeunes femmes d’une vingtaine d’années sur le parvis de la gare saint Charles à Marseille s’acharnant sur elles avec une cruauté inouïe.  Comme presque toujours dans ce genre d’attentats, on apprend que l’assaillant était étranger, qu’il était de surcroît en situation irrégulière, qu’à ce titre il n’avait donc rien à faire sur le territoire national, qu’il était connu des services de police sous huit identités différentes (cela ne s’invente pas !) et que de surcroît il a été régulièrement interpellé depuis 2005 pour diverses infractions de droit commun : infractions sur la législation au droit des étrangers, vol à l’étalage, port d’armes prohibé, usage et trafic de stupéfiants.  Chose incroyable, il était encore en garde à vue, vingt-quatre heures avant l’attentat, à Lyon, pour vol à l’étalage. « Il a alors présenté un passeport tunisien délivré le 18 novembre 2014 au nom de Ahmed H., né le 9 novembre 1987 à Bizerte en Tunisie ». Mais rien n’est plus facile que de fabriquer des faux passeports et, à l’heure d’envoyer ce numéro à l’imprimerie, sa véritable identité n’avait pas encore été officiellement confirmée.

Répétons-le cet individu qui a tué sauvagement, atrocement deux jeunes Françaises qui étaient étudiantes et qui avaient la vie devant elles n’aurait jamais dû être dans notre pays, puisqu’il était en situation irrégulière et multirécidiviste. Le Parisien explique très sérieusement que le centre de rétention local était saturé et que la personne chargée de signer l’obligation de quitter le territoire était absente. L’incurie n’a décidément pas de limites. De sorte que le ministre de l’Intérieur, l’ectoplasmique Gérard Collomb, a demandé une mission d’inspection sur la remise en liberté de l’assaillant. Mais dans quel pays vivons-nous ? A chaque fois ou presque qu’il y a eu des attentats de ce type depuis quelques années, on s’aperçoit que le tueur était connu des services de police, qu’il n’aurait jamais dû sortir de prison ou qu’à tout le moins il ne devait plus se trouver sur le territoire national. C’est donc bien qu’il y a une grave défaillance des pouvoirs publics, de l’administration, de la justice.

Mais, en réalité, si l’on ose pousser l’analyse jusqu’au bout (et évidemment, il le faut), il ne s’agit pas d’une simple défaillance, nous sommes là en face de la volonté de destruction d’un peuple et d’une nation que l’on livre à la pire barbarie. C’était en effet une folie de faire venir par millions des immigrés extra-européens qui n’ont ni notre culture, ni notre religion, ni nos racines. Les sociétés multiethniques et multiculturelles sont multiconflictuelles. C’est une folie encore plus grande, qui s’assimile à un véritable crime, que de laisser ouvertes nos frontières, que de continuer à recevoir des flots de prétendus réfugiés alors même que notre pays est depuis quelques années le théâtre d’attentats sanglants dont la répétition ne laisse pas d’alarmer et que la simple assistance à personnes en danger, le fameux principe de précaution dont on nous rebat les oreilles quand il s’agit d’autres sujets infiniment moins graves, auraient dû conduire les pouvoirs publics à des mesures énergiques (rétablissement des frontières, dénonciation de Schengen, inversion des flux migratoires, abandon de la double nationalité, expulsion immédiate des clandestins et des délinquants, rétablissement de la peine capitale pour les terroristes et les assassins).

Les deux attentats, à Las Vegas et à Marseille, ont été revendiqués par l’Etat islamique. Mais il n’est pas sûr qu’il faille prendre forcément au sérieux ces revendications, Daech est en effet en perte de vitesse et il peut parfaitement après coup vouloir endosser par gloriole la responsabilité d’attaques qu’il n’a pas nécessairement programmées. Les deux attaques ne sont a priori pas liées entre elles. Mais le fait qu’il y ait aussi des attentats sanglants dans l’Amérique de Trump, comme il y en a eu dans la Russie de Poutine, prouve qu’aucun pays n’est à l’abri, qu’aucun régime ne peut garantir le risque zéro, que nous ne sommes en sécurité nulle part. Entre les déséquilibrés, les toxicomanes, les psychopathes — qui n’ont jamais été aussi nombreux qu’aujourd’hui, le monde moderne les démultipliant du fait du grand vide de sociétés occidentales profondément déchristianisées — et les fous d’Allah (l’assaillant de Marseille aurait en effet crié « Allahou akbar »), manipulés et utilisés contre nous, la situation a rarement été aussi périlleuse. Nous sommes assis sur un baril de poudre.

Et au lieu de se protéger, d’en revenir au bon sens, de limiter par tous les moyens la répétition de ces drames épouvantables, l’on continue par tous les moyens à détricoter la nation. Comme l’a encore fait Macron dans son discours à la Sorbonne où il en appelle à une fallacieuse « souveraineté européenne » pour mieux en finir avec la souveraineté nationale, à une armée européenne pour achever la liquidation de l’armée française dont le budget a encore été sévèrement amputé cette année. Dans ce même discours, le chef de l’Etat a condamné le protectionnisme alors que le libre-échange détruit notre tissu industriel et nos emplois (Macron vend les bijoux de famille : les chantiers navals de Saint-Nazaire sont cédés à l’Italien Ficantieri et le Français Alstom passe sous le contrôle de l’Allemand Siemens, le créateur du TGV cédant ses activités énergie à l’Américain General Electric). Et alors que l’Occident fait face à la recrudescence du terrorisme, fruit du Grand Remplacement et qu’il connaît aussi le Grand Déclassement, on ne trouve rien de mieux que d’exciter des velléités séparatistes au sein des nations européennes, comme c’est le cas en Espagne avec la Catalogne. Alors même que nous sommes paupérisés, menacés, submergés, dépossédés, est-il raisonnable de se battre pour l’indépendance de la Catalogne et demain peut-être du Pays basque voire de la Corse ? Tout cela fait évidemment le jeu de l’Union européenne et du mondialisme qui détruit les nations en haut par le fédéralisme européiste et en bas par l’excitation des tentations sécessionnistes. Décidément notre monde est fou et nos dirigeants le sont tout autant ! Quant à nous, plus que jamais, gardons la tête froide, les pieds sur terre et les yeux au Ciel.

RIVAROL.

M. Onfray, c’est vous le collabo.

MICHEL ONFRAY FERAIT MIEUX DE S’INTERESSER AU JUDAîSME. L’ISLAM N’A RIEN A FAIRE EN FRANCE ET N’EST PAS UNE RELIGION DE PAIX.
ALORS QUE DEVONS NOUS PENSER DU JUDAÏSME QUI DANS LE TALMUD EXPOSE QUE LES GOYIM SONT DES ANIMAUX A FORME HUMAINE ?
L’ISLAM N’EST RESPONSABLE D’AUCUNE GUERRE MONDIALE, IL N’EST PAS RESPONSABLE DES CONFLITS DE CE MONDE.

M. Onfray, c’est vous le collabo.

COMMANDER LE PROCHAIN LIVRE DE LAURENT GLAUZY : L’ANTECHRIST ET LES JUIFS.

https://www.dreuz.info/…/michel-onfray-les-collabos-daujou…/

LA PREUVE DU COMPLOT DE LA SECTE SATANIQUE MACONNIQUE

LA PREUVE DU COMPLOT DE LA SECTE SATANIQUE MACONNIQUE

Selon le frère juif Fred Zeller, secrétaire de Bronstein (alias Trotski), ancien grand maître du Grand Orient, « c’est une chose bien établie que sur les 578 députés du tiers aux Etats Généraux, 477 étaient régulièrement inscrits dans une loge maçonnique, ainsi que 90 députés de la noblesse, dont leur président, le duc de Montmorency-Luxembourg. Il y avait également plusieurs représentants du clergé, parmi lesquels Sieyès et Talleyrand (Cf.Fred Zeller « Trois points, c’est tout, Laffont », Paris 1976, page 456.)

Les maçons, qui représentaient 0,1% de la population, fournissaient plus de 50% des députés ! Une telle distorsion n’était évidemment pas le fruit du hasard, mais le résultat d’un truquage systématique des élections.