Archives mensuelles : novembre 2017

Rivarol n°3307 du 29/11/2017

Tags antisémites à Marseille : cette fois encore c’était bidon !

QUAND un policier ne se suicide pas (voir dans ce numéro l’article de François-Xavier Rochette sur la recrudescence des suicides de policiers et de gendarmes), il est pour les pouvoirs publics un suspect en puissance. Le 23 novembre, un policier a ainsi été condamné à six mois de prison ferme pour avoir simplement giflé un migrant qui le menaçait. Les faits se sont déroulés à l’été 2016, dans un centre de rétention près de Calais. Un agent de la police aux frontières assurait l’escorte de ce migrant jusqu›en salle de jugement du centre de rétention administrative de Coquelles. Juste avant le passage devant le juge des libertés et de la détention, il lui a été reproché d’avoir giflé le migrant, sous les yeux d’une greffière qui a ensuite témoigné contre lui. « C’était un geste malheureux de protection, il n’a pas voulu gifler » a assuré Antoine Deguines, l’avocat du policier. Cette personne était assez agitée, elle se relevait tout le temps, il a craint un coup de tête et a allongé le bras qui est allé sur le visage de la personne. » Le policier quadragénaire s’est également vu interdit de détention d’arme pendant cinq ans, et interdit de fonction publique pendant deux ans avec sursis.

Ce jugement ahurissant, en tous points conforme aux réquisitions du Parquet, montre que nous vivons vraiment dans un pays d’aliénés. Un immigré clandestin, qui par définition n’a aucun doit à rester en France et qui est donc un délinquant (il est dans l’illégalité) est davantage défendu, protégé, considéré qu’un policier assermenté. Et le plus piquant peut-être dans cette affaire, c’est que l’agent de police est dénoncé par la greffière alors qu’il escorte au tribunal un délinquant ! Cet épisode apparemment anecdotique en dit long sur l’état de décrépitude des institutions, des mœurs et des consciences au plus haut niveau de l’Etat, et singulièrement dans la magistrature. Il faut dire que les juges sont formatés et déformés pendant leurs études à l’Ecole nationale de la magistrature, très politiquement correcte et gauchisante et par l’extrême et scandaleuse syndicalisation de la profession. On ne dit pas assez qu’un tiers au moins des magistrats sont affiliés au Syndicat national de la magistrature qui se situe résolument à la gauche du Parti socialiste et qui présentait naguère en une de sa revue un policier dessiné sous les traits d’un cochon, preuve de la grande estime que portent ces juges rouges aux forces de l’ordre. Lorsque l’on tombe dans leurs mains, on sait que l’on ne va pas en sortir indemne, puisqu’ils appliquent sans remords la guillotine sèche !

LA MALFAISANCE et la nocivité des lobbies s’additionnent. Lorsqu’il n’est pas question du gentil migrant forcément victime et agressé par un méchant policier de souche, c’est le juif, forcément innocent et lui aussi victime, sur lequel se penche avec tendresse le media obèse. Pour avoir publié un tweet jugé antisémite (mais qui ne l’était pas) et qui représentait Emmanuel Macron avec au bras un brassard sur lequel le symbole dollar remplace la croix gammée avec derrière le chef de l’Etat trois membres de la communauté juive (Patrick Drahi, Jacob Rothschild et Jacques Attali) sur fond de drapeaux américain et israélien, le socialiste Gérard Filoche, membre du PS depuis 23 ans et représentant de son aile gauche, a été exclu toutes affaires cessantes. Le coordinateur du PS, Rachid Temal, a justifié cette exclusion : « La famille socialiste a été durement marquée par ce tweet antisémite. Nous touchons à l’essentiel même de nos valeurs, parmi lesquelles les valeurs de la République, l’humanisme, le combat contre le racisme et l’antisémitisme. Il n’est pas possible qu’un dirigeant du Parti socialiste puisse tweeter ce tweet qui reprend les codes antisémites des années 30. Ce soir le PS a pris la seule décision qu’appelait ce tweet. » Bien que Filoche ait immédiatement supprimé son tweet et qu’il ait fait repentance, on lui a coupé la tête sans hésitation. On le voit, on ne badine pas avec un certain sujet sulfureux. Le PS est vraiment le caniche du CRIF, à l’instar de tous les partis politiques français ayant pignon sur rue.

Et quand on ne procède pas par exclusions, par anathèmes, on pousse des hurlements et on multiplie les glapissements. L’autre jour c’était l’horreur à Marseille. Non seulement Dieudonné y faisait un tabac sur scène, mais les devantures de la ville étaient recouvertes de grands tags de couleurs variées où l’on lisait invariablement le mot “Juif”. Valls n’a évidemment pas tardé à désigner le coupable de ces ignominies : Dieudonné. Dénonçant « des inscriptions antisémites », le Crif Marseille-Provence avait annoncé porter plainte. Patatras : devant l’ampleur prise par l’affaire, le tagueur s’est dénoncé à la police. C’est un membre de la communauté juive qui a déclaré avoir réalisé ces tags, paraît-il sans aucun objectif politique. En attendant, après l’auto-mutilation d’un rabbin marseillais qui accusait des musulmans de l’avoir poignardé, et plusieurs affaires du même acabit, on est en droit de se poser la question de la santé mentale de certains membres de la confrérie de la souffrance éternelle.

DEPUIS QUELQUES années, voire plusieurs décennies, se sont en effet multipliées des affaires aussitôt présentées par la presse écrite et audiovisuelle, par les milieux politiques, les gouvernements successifs, les présidents de la République qui se sont succédé et les représentants officiels des différentes religions comme une abominable résurgence de l’antisémitisme. Or, à chaque fois, sans la moindre exception, l’enquête policière a prouvé, et en général assez rapidement, que les divers incendies et agressions criminels n’étaient ni de près ni de loin liés à une quelconque haine des juifs. Il s’agissait soit de déséquilibrés qui, dans notre société déstructurée, sont hélas de plus en plus nombreux, soit d’individus avides de faire parler d’eux dans les grands media, soit carrément de juifs eux-mêmes désireux de susciter une intense émotion populaire en se faisant passer pour des victimes de la Bête immonde.

Rappel de quelques faits : en janvier 2003 le rabbin Gabriel Farhi prétend avoir été blessé d’un coup de couteau dans sa synagogue et indique que son agresseur lui a crié : « Allahou Akbar ». L’enquête prouvera que le couteau de cuisine venait directement de la synagogue et qu’il s’agit d’une automutilation. Quelques mois plus tard, Alex Moïse, le porte-parole du Likoud en France, qui a été en pointe dans la campagne anti-Dieudonné, menaçant de faire sauter les théâtres où l’humoriste devait se produire, affirme recevoir sur son téléphone portable des appels anonymes avec menaces de mort et insultes antisémites. Là encore, les policiers qui ne s’en laissent pas conter — ils sont habitués aux affabulateurs ! — s’aperçoivent très vite que c’est Alex Moïse lui-même qui s’envoyait ces messages haineux. Le mythomane (et/ou provocateur) a d’ailleurs été condamné le 4 mai 2004 par le tribunal correctionnel de Paris à une (faible) amende et à deux mois de prison assortis du sursis. En décembre 2003, l’école Marzaka Thora de Gagny en région parisienne prend feu. Les media s’enflamment, le Premier ministre de l’époque, Jean-Pierre Raffarin, sans attendre le résultat de l’enquête, connaît le mobile du crime : l’antisémitisme bien sûr. Et sur-le-champ le chef du gouvernement crée un Comité interministériel de lutte contre l’antisémitisme. Quelques semaines passent et Le Figaro puis L’Express laissent clairement entendre qu’il s’agirait d’une escroquerie à l’assurance. Les responsables loubavitch de l’établissement sont en effet perclus de dettesc l’incendie est providentiel.

Mais c’est sans aucun doute l’affaire du RER D en juillet 2004 qui suscite la plus folle effervescence. Le président de la République de l’époque, l’inénarrable Jacques Chirac, dénonce aussitôt « un acte inqualifiable » de concert avec son ministre de l’Intérieur Dominique de Villepin. Pourtant, dès le départ, les enquêteurs ont des doutes très sérieux sur la véracité du témoignage de Marie Leblanc, une jeune femme qui prétend avoir été déshabillée par un groupe de Beurs et de Blacks qui l’ont prise pour une juive (ce qu’elle n’est pas) parce qu’elle habitait le XVIe arrondissement, avant que ces derniers ne lui dessinent des croix gammées sur le ventre, et tout cela sans qu’aucun voyageur ne réagisse alors même que la scène aurait duré une quinzaine de minutes. Or non seulement aucun témoin ne confirme sa version des faits mais encore la donzelle est connue pour être mythomane. Nicole Guedj, secrétaire d’Etat aux droits des victimes, fait encore plus fort en rencontrant la prétendue victime, en lui téléphonant et en accordant crédit à une histoire inventée de toutes pièces.

Naturellement, une fois la supercherie rendue publique, elle ne songera pas à démissionner du gouvernement ni les autorités politiques à présenter des excuses. Au contraire… Jacques Chirac, lors de son intervention télévisuelle le 14-Juillet 2004, refuse d’esquisser toute forme de mea culpa. Il est, semble-t-il, des repentances plus faciles à faire que d’autres ! Quant au député libéral Claude Goasguen, qui avait profité de l’émotion suscitée par le témoignage de Marie Leblanc pour justifier la politique de répression d’Ariel Sharon dans les territoires occupés, il s’est lui aussi bien gardé par la suite d’infirmer ou d’atténuer ses propos.

CES BOULETTES successives de la part des media et surtout de nos dirigeants politiques allaient-elles enfin cesser ? La prudence serait-elle désormais de mise ? Point du tout, à en juger par l’affaire du centre social juif de la rue Popincourt dans le XIe arrondissement, incendié dans la nuit du 21 au 22 août 2004 et maculé de croix gammées et d’inscriptions antisémites. Là encore, obéissant à un réflexe pavlovien, Jacques Chirac et Jean-Pierre Raffarin avaient aussitôt tenu leur discours habituel, qui ne répugne ni à la redondance ni à l’hyperbole. Craignant d’être accusés de n’en pas faire assez et donc d’être responsables de la montée supposée de sentiments et d’actes anti-juifs, les pouvoirs publics s’emballent de façon tout à fait déraisonnable et précipitée. Leurs cris d’orfraie ne suffisent d’ailleurs pas à leur valoir l’indulgence des milieux communautaires qui en veulent toujours plus. A preuve les sévères remontrances du ministre des Affaires étrangères israélien de l’époque, Sylvan Shalom, venu exprès sur place pour stigmatiser la torpeur des autorités françaises devant les supposés ravages de l’antisémitisme.

Cette insupportable ingérence de l’Etat hébreu dans les affaires intérieures de la France, cette façon de faire la leçon et de porter des accusations publiques aussi graves qu’infondées, outre qu’elle démontre à quel point l’entité sioniste se croit tout permis et de fait se permet tout, n’est d’ailleurs pas une première puisque Ariel Sharon avait en son temps encouragé les juifs de France à faire leur alyah à cause de la prétendue explosion de l’antisémitisme dans notre pays. Que le discours de feu le Premier ministre israélien s’expliquât en grande partie par la nécessité dans laquelle se trouvait Israël de faire appel à du sang frais, les juifs craignant le dynamisme démographique des Palestiniens et des Arabes de nationalité israélienne alors même que le pays a connu et connaît encore de sérieuses difficultés économiques et s’interroge de plus en plus sur son avenir, cela ne fait guère de doute. Mais Sharon aurait certainement eu moins d’audace si nos propres décideurs n’avaient la détestable manie de crier au loup antisémite à tort et à travers. Car, une nouvelle fois, le loup n’y était pas. Le CRIF avait eu beau écrire dans un communiqué péremptoire qu’« il ne peut y avoir de doute sur les motivations stupides et criminelles de ceux qui brûlent un restaurant du cœur en inscrivant des graffiti antisémites : c’est bien la haine des juifs qui les anime », l’incendiaire du centre social n’est autre qu’un SDF juif alors âgé de 52 ans et né au Maroc. Raphaël Benmoha (cf. Le Monde du 2 septembre 2004). Il s’en était pris à ce bâtiment pour se venger des « rabbins qui ont plein d’argent » (sic !), comme il l’avait expliqué aux policiers qui avaient retrouvé chez lui deux marqueurs de couleur rouge et noire avec lesquels il avait écrit les grossières inscriptions émaillées de graves fautes d’orthographe : « les juifs dehors », « sans les juives, le monde serait heureux », « Itler = la France », « Vive l’islames ».

Mieux, ce sépharade déséquilibré était un familier du centre puisqu’il avait fait faire un double des clés. Licencié plus de dix ans avant son méfait de son emploi de gardien de nuit de l’ex-foyer pour jeunes femmes juives de la rue Domrémy à Paris, dans le XIIIe, il en aurait voulu à la communauté juive bien que celle-ci, très charitable envers les siens (ce qui est d’ailleurs tout à son honneur), l’eût nourri, logé puisqu’il prenait ses repas gratuits dans un restaurant casher de la rue Popincourt et avait été placé par un rabbin à titre gracieux dans un studio du IIIe arrondissement. L’affaire est en fait encore plus rocambolesque puisque cet individu aurait été directement influencé par un épisode de la série télévisée PJ passé en 2003 sur France 2 qui racontait l’histoire d’un ex-employé mettant le feu à ce même centre social juif de la rue Popincourt parce qu’il avait été mécontent d’en avoir été renvoyé ! La réalité a donc rejoint la fiction ! Raphaël Benmoha mis en examen et écroué pour « incendie volontaire » avait toutefois un avantage : sa peine ne risquait pas d’être aggravée à cause de motivations racistes, et pour cause !

Et que dire de l’affaire Michaël Chotron, dit Phinéas, jeune déséquilibré qui, n’étant pas parvenu à faire parler de lui en agressant un Maghrébin à coup de hachette, s’est attaqué à un cimetière juif, sûr alors de provoquer l’écho médiatique qu’il appelait de ses vœux ? Dans ce fait divers, point non plus de mobile antisémite mais seulement un désir hypertrophié de faire parler de soi. Reste que tout ce tintamarre est profondément lassant et à terme ne peut que développer dans la population un antisémitisme que l’on prétend combattre par tous les moyens, législatif, judiciaire, par la pression médiatique, l’enseignement de l’antiracisme et la « transmission de la Shoah » à l’école, les spectacles et les variétés. On peut d’ailleurs se demander si ce n’est pas là la stratégie cynique d’un certain nombre de dirigeants de la communauté qui, en créant de toutes pièces un climat malsain, renforce la cohésion de juifs beaucoup moins monolithiques qu’on ne le croit généralement, et leur phobie de la persécution. On l’a souvent remarqué : lorsque des événements graves la menaçant se produisent, une communauté, nationale, religieuse ou ethnique a naturellement tendance à faire bloc autour de ses dirigeants. Lesquels ont donc tout intérêt, s’ils sont machiavéliques, à développer une stratégie de la tension et donc de la provocation. Et que dire de l’auteur de Survivre avec les loups dont l’histoire présentée comme vraie est une pure fiction, où il s’agit toujours d’en rajouter dans l’horreur dès que l’on aborde « les heures les plus sombres de notre histoire » ?

CE QUI EST désolant (mais hélas nullement surprenant), c’est de voir les grands organes d’information et l’ensemble de l’Etablissement politique, religieux, syndical, culturel et associatif, agir en automates au risque de sombrer chaque fois dans le ridicule et le grotesque. Est-ce parce qu’ils manquent d’esprit critique, d’intelligence ? Probablement pas. La vérité, c’est qu’ils ne sont pas libres. Ni envers les lobbies qui les ont fait rois. Ni envers l’idéologie dominante qui professe que l’antisémitisme est le crime le plus abominable qui soit. Ils ne sont pas courageux. S’ils l’étaient, ils ne seraient pas arrivés aux postes qu’ils occupent, la course aux honneurs exigeant plus que jamais aujourd’hui toutes sortes de compromissions et de soumissions serviles.

Il est pourtant assez facile de savoir si une agression raciste ou antisémite est vraie ou non : dès qu’il est question de graffiti ostentatoires, a fortiori de mutilations, de tatouages, de lacérations, de déguisements loufoques, il est à peu près certain qu’il s’agit de forgeries. Qui ne se souvient des agressions bidon qui avaient suivi en mai 1990 l’affaire de la profanation des tombes juives de Carpentras et la fantastique orchestration politico-médiatique à laquelle elle avait donné lieu ? En quelques semaines, les faits divers plus abracadabrantesques les uns que les autres se multiplièrent.

En Avignon une Antillaise, Anne M., prétendait avoir été tondue au seul motif qu’elle était noire. En fait, l’adolescente avait prié son petit ami, apprenti-coiffeur, de lui faire une coupe de cheveux ressemblant à celle de son idole, la rockeuse noire Grace Jones. Le résultat s’étant révélé calamiteux, elle avait imaginé l’agression raciste qui avait agité tout le milieu germano-pratin, L’Humanité se distinguant par sa une avec un seul mot sur toute la page : “Tondue”. Les communistes n’ont pourtant pas toujours été aussi soucieux de la chevelure féminine, que l’on songe à leurs méthodes détestables à la “Libération” ! De même, à Villeneuve-d’Ascq, pour éviter de passer ses examens, un étudiant avait simulé, mini-mutilation à l’appui, un attentat nazi. A Grenoble, une Maghrébine avait prétendu avoir été rouée de coups par des fachos, au Havre une enseignante disait avoir été attaquée par des individus portant le foulard du Front national (!) alors que les deux jeunes femmes avaient plus prosaïquement été victimes d’une querelle domestique !

LES FAUSSES agressions à caractère raciste ou antisémite ne datent donc pas d’hier. Ceux qui donnent prise à de telles affabulations ou à de telles provocations sont donc sans excuses. Et cela d’autant plus qu’en surmédiatisant tous ces pseudo-faits divers, on ne consacre que peu de place et de temps à des crimes, eux horribles et vrais. Ainsi, comme l’avait judicieusement remarqué dans un communiqué Jean-Marie Le Pen au plus fort de l’hystérie dans l’affaire du RER D, les media n’avaient que fort peu parlé des deux fillettes alsaciennes violées, effroyablement mutilées et assassinées alors que ces crimes atroces étaient objectivement beaucoup plus graves que l’“agression” du RER, même si celle-ci avait été authentique. Les politiques ont fait encore pire puisque ni le président de la République ni le Premier ministre n’avaient à l’époque rédigé de communiqués pour dire leur horreur et leur épouvante et Nicole Guedj, alors secrétaire d’Etat aux victimes, n’était pas venue témoigner sa compassion et celle de la nation aux parents éplorés. Les choses ne se sont pas arrangées depuis, bien au contraire puisque nous vivons plus que jamais en plein judéocentrisme. Et ce n’est pas de l’actuel chef de l’Etat que l’on peut attendre un changement. Macron est encore plus soumis que ses immédiats prédécesseurs au « lobby puissant et nocif » comme en témoignent toutes les génuflexions et reptations qu’il a multipliées avant même son élection, d’Oradour-sur-Glane au mémorial de la Shoah. Mais l’Elysée, il est vrai, était à ce prix.

RIVAROL.

LA CRECHE DE RETOUR A LA MAISON BLANCHE

Tout au long de sa campagne, le Président Donald Trump avait promis :

« Le Christ sera de retour pour Noël »

Le Président Donald Trump a tenu ses promesses, voilà la Crèche de la Maison Blanche en 2017 après Obama qui en a privé pendant 8 ans les Chrétiens :

maison-blanche-copie

Alors que le couple musulman Obama avait souhaité uniquement de bonnes vacances

EPSON MFP image

le couple Présidentiel Trump et Bayron souhaitent un JOYEUX NOËL et une BONNE ANNEE

6a00d83451619c69e201b8d2c27db1970c-800wi

Bien évidemment le couple Présidentiel est calomnié : les titres des brûlots des félons font état de « Décoration Très angoissante » alors que celle des Obama SANS CRECHE, été jugée Magnifique !!!

Jugez par vous-même l’ ANGOISSE de la décoration de Mélania :

1034082570

melania-trump-participe-des-projets-art-avec-des-enfants-base-andrews-dans-maison-blanche-washington-novembre-2017_exact1024x768_l

Melania-Trump-prete-pour-son-premier-Noel-a-la-Maison-Blanche

MERCI PRESIDENT TRUMP, MERCI MELANIA

Que Dieu vous Bénisse !

GOD BLESS YOU.

LE COQ, EMBLEME DE LA FRANCE, CENTRE DE L’ EUROPE

Le coq est le symbole représentant la France.

828473

Le coq apparaît dès l’Antiquité pour symboliser les Gaulois. En fait, il devient symbole de la Gaulle à la suite d’un jeu de mots. Les Romains se moquaient de ce peuple, car en latin le mot gallus signifie à la fois gaulois et coq. Ils les considéraient donc comme des oiseaux braillards et vantards, soit des coqs, qui ne faisaient pas le poids face à l’aigle romain.

Par la suite, les rois de France l’adoptèrent par bravade. Pour répondre à leurs rivaux qui les traitent de coqs, ils arguaient qu’il s’agit d’un volatile courageux et un ami de Jésus-Christ, qui s’en sert pour révéler au petit matin le manque de foi de Saint-Pierre. Il est donc l’oiseau de la lumière et de la foi, l’ennemi du mal et des ténèbres. Il devient très apprécié à partir de 1830.

En effet, le 30 juillet 1830, une ordonnance stipule qu’il doit figurer sur les boutons d’habit, et doit surmonter les drapeaux de la garde nationale française.

Napoléon essaiera plusieurs fois de remplacer cet oiseau par l’aigle. En effet, il le considère comme bien plus digne et impressionnant, que cet animal de basse-cour. Cependant, il échouera, le premier revenant toujours aux devants de la scène, et pour cause !

Les premiers Chrétiens se levèrent au chant du Coq

4090000f

Dans la bible, le coq est le plus intelligent des animaux (Job, 38). Dans la religion chrétienne, il incarne le Christ annonçant le jour nouveau de la Foi.

(Cazenave, Michel (sous la direction de), Encyclopédie des symboles, Librairie Générale Française, 1996 ; Charbonneau-Lassay, Louis, Le Bestiaire du Christ, Albin-Michel, Paris, 2006, pp. 632-634.)

Le coq étant le Précurseur du Christ-Soleil, il est aussi un symbole de Jean le Baptiste, fêté au solstice d’été. On peut retrouver ce rapprochement dans le folklore européen. Chez les Slaves, le jour de la Saint-Jean d’été, pour connaitre l’avenir, les jeunes filles placent un grain d’avoine à l’intérieur d’un cercle et lâchent ensuite un coq. Celle dont le grain est picoré en premier se verra mariée dans l’année.

( Rita – H. Régnier, Oiseaux : héros et devins, l’Harmattan, Paris, 2007, p. 42.)

Au dire de Pierre de Beauvais, le basilic (voir ce mot) naîtrait d’un œuf de coq et non de poule. De même, les œufs de Pâques appelés cocognes étaient censés avoir été pondus par un coq.

L’Abraxas était un symbole des gnostiques du IIe siècle utilisé par l’école d’Alexandrie. Il s’agit d’une chimère à tête de coq, au corps humain et aux jambes serpentiformes. Il brandit un fouet d’une main, et un bouclier de l’autre, gravé des lettres IAΩ : I pour Iesous, suivit de l’alpha et de l’oméga.

(Saint-Hilaire (de), Paul, Le coq, op. cit., p. 83 ; Charbonneau-Lassay, Louis, Le Bestiaire du Christ, Albin-Michel, Paris, 2006, p. 633.)

 

Saints ayant pour attribut un coq 

Saint-Hilaire (de), Paul, Le coq, op. cit., pp. 61-64.

1866086

Saint Guy ou Vit,  évoquait au Moyen Âge, l’ardeur, la virilité du coq. Saint guérisseur, on l’invoquait surtout pour l’épilepsie et la chorée, aussi appelée danse de Saint-Guy.

Sainte Odile, qui avait été miraculeusement guérie d’une cécité. On l’invoque pour la même raison, c’est-à-dire pour recouvrer la lumière du jour, tel le coq.

Saint Pierre, à cause du reniement trois fois exprimé avant le chant du coq.

Saint Jacques le majeur, protecteur des chemins de Compostelle. Le coq rappelle le miracle du pendu dépendu :

Une famille de pèlerins, père, mère et fils, sur le chemin de Compostelle, s’arrête pour une nuit à Santo-Domingo où l’on vénère saint Dominique de la Calzada. A l’auberge, le fils refuse les avances d’une employée de la maison qui, vexée, décide de se venger. Elle glisse dans la besace du jeune homme une coupe et un couvert d’argent et l’accuse de vol après le départ des trois pèlerins. Le fils est rattrapé, jugé, condamné à mort. Pendant ce temps, les parents ont poursuivi leur pèlerinage. A leur retour, voulant retrouver le corps de leur fils, ils le découvrent vivant, sous la potence, soutenu par saint Jacques en personne. Ils courent chez le juge, lui raconte cette histoire qui est une preuve de l’innocence de leur fils. Mais le juge ne les croit pas. Le magistrat était attablé et dégustait un coq rôti. Il dit : « Je vous croirais quand ce coq chantera ». Le coq se dresse alors sur ses ergots et se met à chanter. Le jeune homme est immédiatement innocenté.

Saint Corneille, pape et guérisseur.

Saint Gall, à cause de son homonymie (gallus : le coq).

Saint Tropez, centurion romain décapité à Pise, son corps fut abandonné dans une barque en compagnie d’un coq et d’un chien.

Saint Landry de Soignies. Une nuit, il aurait retrouvé son chemin grâce au chant d’un coq,

Saint Dominique de la Calzada, accompagné d’un coq blanc. Miracle du pendu dépendu.

Saint Charlemagne, l’empereur d’Occident canonisé en 1165 porte, dans la Chronique de Nuremberg, un coq sur son écu.

 

Gallicinium

On ne célébrait autrefois dans les monastères que deux offices par jour : le Gallicinium (l’heure du coq) au matin, et le Lucernarium (l’heure de la lampe), au soir. Une hymne, témoin de cette lointaine époque nous est parvenue :

Hymne des laudes dominicales 

Déjà retentit le héraut du jour

Appelant l’éclat du soleil.

Lucifer réveillé par lui [Lucifer : ancien nom de la planète Vénus]

Dégage la voûte céleste des ténèbres :

Toute la cohorte des ombres errantes

Quitte grâce à lui les chemins du mal.

C’est lui qui rassemble les forces du marin

Et apaise les vagues de la mer.

Par son chant, il lave les péchés

Aussi, levons-nous courageusement ;

Le coq réveille ceux qui sont couchés,

Apostrophe ceux qui somnolent encore,

Invective ceux qui refusent de se lever.

Par son chant, le coq rend l’espoir

Et le malade recouvre la santé.

Le malfaiteur remet l’épée au fourreau

Et le renégat se convertit…

 

Coq de clocher

Notre-Dame-de-Sanilhac_église_coq

Le coq au sommet du clocher des églises est appelé « cochet ». Il fait souvent office de girouette et indique la direction du vent. Mais sa véritable fonction va bien au-delà d’une simple indication météorologique. Attesté depuis le début du VIe siècle par Saint Eucher, son rôle est de désigner les églises orientées — orientées : tournées vers l’orient, le soleil levant, l’Est.

Si l’édifice n’est pas tourné vers l’Est pour un motif particulier, le coq est absent du clocher. Il est remplacé, par exemple, par une étoile ou un croissant de lune, ou encore par un globe ou un soleil flamboyant. Ainsi l’étoile indique que l’église a été bâtie dans l’axe d’une étoile fixe ou d’une planète. Mais ces exceptions sont relativement rares car, selon la règle, tout édifice religieux chrétien doit avoir son maître-autel dirigé vers le point de l’horizon où le soleil apparaît le jour de la fête du saint patron auquel il est dédié.

Si l’église est orientée, elle aussi, vers l’Est, le maître-autel est placé dans l’axe de la nef. Si le sanctuaire n’est pas orienté vers l’Est, le maître-autel est décalé afin qu’il soit dirigé dans la bonne direction.

Le coq emblème de la France

coq14

L’idée d’un coq emblème des gaulois est relativement récente. Si les Celtes vénéraient le coq comme attribut de Lug, puis de Mercure (époque gallo-romaine), ils n’en ont pas fait pour autant l’emblème de leur peuple. Ce sont les Romains qui ont nommé l’habitant de la Gaule gallus (gaulois), mot qui signifie aussi coq. Jules César dans sa Guerre des Gaules compare la vaillance du coq protégeant farouchement sa basse-cour à la fougue des guerriers gaulois.

Mais il faut attendre la fin du Moyen Âge pour voir les souverains français accepter le coq comme emblème de leur courage et de leur vigilance, (Pastoureau, Michel, Les emblèmes de la France, Bonneton, Paris, 1998, pp. 62-63.) et c’est seulement à partir de la Renaissance que le coq personnifie la Nation française. (Ibid. p. 71)

 

HASARD ? Le Coq, Centre de l’Europe

Entrée_Saint-André-le-Coq_par_D_91_2016-03-17

Blason_ville_fr_Saint-André-le-Coq_(Puy-de-Dôme).svg

Avant la chute du mur de Berlin et l’entrée de nouveaux états dans la zone Euro, les géographes situaient le centre exact de l’Europe à Saint-André-le-Coq, village situé entre Clermont-Ferrand et Vichy.

(Saint-Hilaire (de), Paul, Le coq, op. cit., p. 10)

En 2019, à la fin prévue des négociations du Brexit, c’est le minuscule village de Gadheim, en Allemagne qui deviendra le centre géographique de l’Europe.

SAINTE BIBLE

Pierre aimait Jésus, mais il appréciait tout autant l’approbation de la foule. Lors du repas de la Cène où Jésus avertit les apôtres qu’ils l’abandonneraient tous, Pierre se leva et déclara effrontément qu’il ne l’abandonnerait jamais, même si les autres tombaient.

Jésus répondit: « Cette nuit même, avant que le coq chante, tu me renieras trois fois. » (Matthieu 26:34).

Pierre avait de bonnes intentions, mais il ne se rendait pas compte de l’orgueil qui régnait dans son coeur. Plus tard dans la nuit, lorsque la foule vint arrêter Jésus et que tous regardaient, Pierre brandit une épée afin de défendre son Maître.

Mais quelques heures plus tard, lors du procès, alors que les ennemis de Jésus se moquaient de Pierre, il affirma à trois reprises ne pas connaître Jésus. À chaque fois, Pierre devenait de plus en plus hardi. Finalement, il renia Jésus avec des jurons et des imprécations (Verset 74).

Puis, le coq chanta. En cet instant même, Jésus se trouvait dans la salle de jugement, recevant les coups que lui assénaient les gardes. Pierre vit Jésus se retourner et le regarder avec amour et compassion, et cela brisa son coeur. « Et Pierre se souvint de la parole que le Seigneur lui avait dite:

Avant que le coq ne chante aujourd’hui, tu me renieras trois fois. Et étant sorti, il pleura amèrement. » (Luc 22:61-62).

À partir de ce jour, Pierre fut un homme différent. Il ne vécut plus pour plaire à la foule, mais détermina de plaire seulement à Dieu. Après sa conversion, lorsqu’il fut amené devant le conseil juif et menacé de coups s’il continuait à prêcher au sujet de Jésus, Pierre répondit sans crainte : « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes (Actes 5:29).

Pierre prouva à jamais sa loyauté et son amour pour Jésus, lorsqu’il choisit d’être crucifié à l’envers, par Néron, l’empereur romain, plutôt que de renier son Seigneur une fois de plus.

pierre_cle

87ee5a53d8e7b4b1844bbd602538a318--le-coq-la-bible

Bon courage aux dégénérés qui voudront dissocier le Coq de la France ! Qu’ils sachent que le Coq est le Chef de la basse-cour comme les QUARANTE TROIS ROIS FRANCAIS furent les Maîtres de Cérémonie de la Cour Royale.

SOYEZ FIERS D’ ETRE FRANCAIS EN ATTENDANT LE RETOUR DU ROI ET DE LA HAUTE COUR FRANCAISE.

0214

Message de la Très Sainte Vierge à sainte Catherine Labouré le 27 novembre 1830

Voici le message d’espérance donnée par la Très Sainte Vierge à sainte Catherine Labouré le 27 novembre 1830, dans la chapelle de la rue du Bac, à Paris.

Lors de cette apparition, elle lui demande expressément de faire frapper une médaille selon ses indications.

«Les grâces seront abondantes pour les personnes
qui la porteront avec confiance ».

De nombreux miracles ont déjà été recensés grâce à la confiance en la médaille miraculeuse

N’avez-vous pas vous aussi des demandes de grâces, de guérison, de conversion à demander à la Très Sainte Vierge ?

La Médaille Miraculeuse est apparue ainsi à Sœur Catherine Labouré en 1830. Elle est, sous forme de symbole, un abrégé à la portée de tous, un raccourci de notre Credo, « une expression gratuite et concentrée de la foi », selon les termes du Père René Laurentin, qui analyse ainsi sa signification :
« L’avers (recto) manifeste la lumière, le rayonnement de Dieu en celle qu’il a choisie comme prototype du Salut proposé à tous les hommes, en Jésus-Christ, afin que tous soient lumière dans sa lumière. »
« Le revers manifeste la face austère et cachée du message : l’amour et la Croix, les ressorts du Salut, illustrés par la Passion du Seigneur et la Compassion de Notre-Dame que tous sont appelés à partager. »
L’amour est symbolisé par « deux cœurs, l’un couronné d’épines : celui de Jésus ; et l’autre, transpercé du glaive dont parle Siméon (Lc 2,35) : celui de Marie. Au-dessus de son initiale (M) domine une Croix. Autour, les douze étoiles. »
« On reconnaît la vision évoquée par l’Apocalypse (12,1) : ‘Un signe grandiose apparut dans le ciel : une femme environnée de soleil, douze étoiles la couronnent’. Dans l’Apocalypse, cette femme est l’Église et, à travers elle, plus discrètement, la Mère du Christ, qui la personnifie. La Médaille met au premier plan celle à qui est adressée l’invocation inscrite sur l’avers :
‘Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous’. »
R. Laurentin et P. Roche : « Catherine Labouré et la Médaille Miraculeuse » éditions Lethielleux

LA SAINTE RUSSIE A SAUVE LA FRANCE TROIS FOIS

ville_300290_pgbighd

Les républicains illuminés, gouvernants cosmopolites, élus aux ordres satanistes et autres dégénérés affiliés au genre LGBT, à l’écriture inclusive, à l’église de satan, à l’idéologie islam/black/beur sont totalement ignorants de l’ Histoire de notre pays :

Ils sont les crevasses que nous comblerons avec du Lisier.

La Russie a HISTORIQUEMENT Sauvé Trois fois la France.

  • La première fois fut lors du Congrès de Vienne [à la chute de Napoléon] : l’empereur russe, Alexandre Ier, refusera le démembrement de la France, voulu par les Prussiens et les Autrichiens, durant ce congrès.
  • Le seconde fois fut lors de la bataille de la Marne, en 1914. En attaquant l’Allemagne, le tsar Nicolas II obligea celle-ci à renforcer ses troupes sur le front de l’Est, et les troupes manquantes à l’Ouest ont permis la victoire des Français. Ceci fut proclamé par le maréchal Foch par la suite. Il a dit notamment « Si nous avons pu tenir de la Marne à Arras, et finalement à l’Yser, c’est que la Russie de son côté retenait une partie notable des forces allemandes. »
    Enfin, sans l’URSS, il n’était évidemment pas possible de vaincre Hitler, et donc de délivrer la France de l’occupation allemande.

LA FRANCE FILLE AINEE DE L’EGLISE ET LA SAINTE RUSSIE ONT UN DESTIN COMMUN ET PAS LE MOINDRE :

– La Très Sainte Vierge Marie est intervenue à Fatima pour SAUVER LA SAINTE RUSSIE ET est apparue à des Saintes en FRANCE pour donner LE PLAN DE DIEU.

p2276402922

LA MUSULMANE QUI PROMETTAIT DE ME FOURNIR LES NOMS ET LES PREUVES DES CORPS INTACTS DANS L’ISLAM, A SUPPRIME TOUS SES COMMENTAIRES.

LA MUSULMANE QUI PROMETTAIT DE ME FOURNIR LES NOMS ET LES PREUVES DES CORPS INTACTS DANS L’ISLAM, A SUPPRIME TOUS SES COMMENTAIRES.

ACCULEE AU MENSONGE, ELLE RENVOYA SA REPONSE A PLUSIEURS JOURS POUR ENFIN SUPPRIMER SES COMMENTAIRES.

VOILA LA TECHNIQUE DES CABALISTES : MENSONGE ET DISSIMULATION ET LE CRIME QUAND LE CHRETIEN CONTINUE DE TENIR TETE.

REPETONS-LE : DANS L’ISLAM COMME DANS LE TALMUDISME, IL Y A ZERO MIRACLE CAR LEUR CROYANCE N’EST PAS DE DIEU MAIS DU CAMP DE L’ADVERSAIRE.

Photo en une : le corps incorruptible du saint curé d’Ars.

POUR TROMPER LES CHRETIENS, LES TALMUDISTES ONT CREE L’ISLAM par Laurent Glauzy

 

POUR TROMPER LES CHRETIENS, LES TALMUDISTES ONT CREE L’ISLAM EN FAISANT CROIRE QUE ISSA ETAIT JESUS. IL S’AGIT D’UN MENSONGE MUSULMAN. ENCORE UN. UN JESUS QUI VIENDRA EXTERMINER LES CHRETIENS. UN JESUS QUI RESSEMBLE AU VOLEUR MOHAMMED. COMME PAR HASARD.

D’AILLEURS DANS L’ISLAM MARIE EST LA SOEUR DE AARON, NE 1.500 ANS AVANT. ALORS LES MUSULMANS AFFIRME QUE LES DATATIONS DE LA BIBLE SONT FAUSSES OU QU’IL S’AGIT D’UN AUTRE AARON. VOUS AVEZ ENCORE UNE FOIS LE CHOIX DU MENSONGE.

POUR ISSA, VOILA L’EXPLICATION DU P. ALAIN RENE ARBEZ.

Selon leurs habitudes, les musulmans se sont appropriés des personnages bibliques, les ont arabisés, puis islamisés.

Ci-dessous, un extrait d’un article de l’Abbé Alain René Arbez, publié sur Dreuz le 23 juillet 2012 qui vous éclairera:
« Le Juif Jésus (YESHUA) des évangiles n’est pas le Jésus (ISSA) du coran et des hadiths »
Le Jésus du Coran, appelé Issa, est le résultat conjoint de l’imagination, de la fiction et de l’ignorance. Quand les musulmans vénèrent ce Issa, ils ont en tête quelqu’un qui n’a rien à voir avec le vrai Jésus, premier né de Marie, fils d’Israël, lié à l’histoire biblique. Le Issa du Coran est basé sur des affirmations non historiques émanant de légendes caravanières de l’Arabie du 7ème siècle.
Pour l’immense majorité des croyants musulmans, Issa est le seul Jésus qu’ils connaissent. Mais quiconque accepte ce Jésus islamique accepte aussi le Coran et la religion de Mohamed. En faisant du Jésus des évangiles Issa, un prophète de l’islam, les musulmans réduisent à néant l’existence propre du christianisme, comme ils l’ont fait du judaïsme en vampirisant Abraham, Moïse et David.
Selon les hâdith, la fin des temps verra ce Issa combattant venant détruire la foi chrétienne et faire de l’islam la seule religion triomphante dans le monde entier. Issa en personne démontrera la désobéissance des juifs et mettra les chrétiens en accusation pour les condamner à l’enfer en raison de leur croyance à la crucifixion et à l’incarnation.
L’acte final du musulman Issa reflète bien la stratégie apologétique qui consiste à remplacer le vrai Jésus historique, le Yeshua pacifique, par un clone agressif de Mohamed, de sorte que rien ne subsiste en dehors des visées planétaires de l’islam. L’altérité ne fait pas partie du paysage culturel de l’islam.”
Selon l’Apocalypse de St Jean, le Christ ne reviendra pas sur terre pour tuer les Juifs et les Chrétiens , mais pour combattre aux côtés d’Israël contre ses ennemis. Les mahométans ont repris cette révélation et l’ont réécrite à leur avantage. La falsification des Ecritures est l’une de leurs spécialités. Faire croire aux Chrétiens que l’Issa du coran est le Jésus des Evangiles est une ruse pour séduire les mécréants.

« Entrées précédentes