Marseille : une militante PCF qualifie le terroriste de “martyr”

Polémique. Ce mardi 3 octobre, Sonia Nour, une militante communiste, a été suspendue de son poste de collaboratrice à la mairie communiste de la Courneuve suite à ses propos sur Ahmed Hanach, l’homme qui a tué deux jeunes filles à coups de couteau dimanche 1eroctobre à Marseille.

Le 2 octobre, le lendemain de l’attentat de Marseille qui a coûté la vie à deux jeunes femmes, Sonia Nour, militante communiste et collaboratrice à la mairie communiste de la Courneuve, a fait un gros dérapage sur son compte Facebook. En effet, la jeune femme a qualifié de “martyr” le terroriste de Marseille et a dressé un parallèle entre cet attentat et les violences conjugales : “Quand un martyr égorge une femme et poignarde une autre, là ça fait du bruit. Terrorisme, du sang, civilisation, bla bla bla… Par contre, que le terrorisme patriarcal nous tue tous les deux jours, on l’entend moins votre grande gueule”.

Suspendue de son poste et accusée d’apologie du terrorisme

Les internautes, en colère, ont interpellé le maire communiste de la Courneuve, Gilles Poux. Prié de réagir, il a tout abord condamné les propos de sa collaboratrice. “Les propos tenus par Sonia Nour sont inacceptables. Je les condamne sans nuance”, a-t-il écrit sur son compte Twitter. Plus tard, dans l’après-midi, il a annoncé avoir engagé une mesure disciplinaire contre Sonia Nour. “Face à cette situation inédite et intolérable, j’ai décidé sans attendre de lancer une mesure disciplinaire accompagnée d’une sanction à effet immédiat à l’encontre de madame Sonya Nour, en attendant que l’instruction administrative aboutisse”, a-t-il fait savoir dans un communiqué, dénonçant des faits “en totale contradiction avec les valeurs de solidarité et de justice portées par [sa] municipalité”.

SUR LE MÊME SUJET

En outre, Jordan Bardella, secrétaire départemental du Front national (FN) en Seine-Saint Denis et conseiller régional d’Ile-de-France, a annoncé sur Twitter avoir saisi le procureur de la République pour apologie du terrorisme. “Alors que nombre de nos compatriotes sont affreusement frappés par le terrorisme islamique, de tels dérapages ne peuvent être autorisés”, fustige-t-il dans son post.

Explication de Sonia Nour sur l’emploi du mot “martyr”

De son côté, Sonia Nour a voulu s’expliquer. “Le mot martyr ne veut pas dire ‘le juste ». Je l’emploie pas dans le sens chrétien mais dans le sens psychanalytique du terme. D’un point de vue narcissique”, a-t-elle indiqué sur Facebook, ajoutant que pour elle, “les attentats-suicides ne sont liés ni au fondamentalisme islamique, ni à la religion en général”. Quant à son allusion aux violences conjugales, elle explique qu’en “France nous avons l’équivalent d’un Bataclan chaque année pour les femmes. Meurtres de masse par étranglement, coups, coup de fusil, poignard… par des hommes”. “En quoi le crime dit ‘islamiste’ serait plus atroce que le crime de femmes par leur conjoint ou ex… ? ”, se demande cette militante PCF.

SUR LE MÊME SUJET

Quelques heures plus tard, après avoir été suspendue de son poste à la mairie, elle a osé demander de l’aide aux internautes : “Je vous demande de l’aide. Je n’ai jamais fait d’apologie de terrorisme. Suite aux déferlements de haine des fachos, je viens de me faire suspendre de mon taf et je vais en conseil de discipline pour un statut Facebook”. “Je suis choquée. Je ne pensais pas qu’un maire communiste se servirait du déchaînement de l’extrême droite pour me suspendre sans solde et m’emmener en conseil de discipline pour apologie de terrorisme comme le souhaite l’extrême droite. Pour info je suis enceinte de près de 6 mois”, a-t-elle ajouté dans le fil de commentaires sur sa page Facebook.

Plusieurs suspects arrêtés dans le cadre de l’enquête

Quant à l’enquête, elle avance rapidement même si beaucoup de questions restent encore en suspens. Une perquisition a été menée dans un immeuble situé au centre-ville de Marseille. Quatre personnes ont été interpellées dans la journée, selon Le Monde. En outre, le téléphone portable, que le terroriste avait sur lui lors de l’attentat, a été étudié. D’après RTL, des vidéos et des chants de propagande islamistes y figurent.

Laisser un commentaire