Archives mensuelles : septembre 2019

Voilà ce qu’autorise la république à un « Frère Musulman » de Lille. Et pourquoi elle autorise cela ?

 

 Ce frère musulman, est directeur du collège Averroès à Lille-Sud, que finance l’État et président de la FNEM islamiste …

Screenshot_2019-09-23 Accueil Twitter

 

PROTOCOLE DE BARCELONE DE NOVEMBRE 1973 : L’OCCIDENT CEDE POUR DU PETROLE.

 

 

Et dire qu’il y a Encore des Français qui Veulent encore plus de république………….une Sixième !!!!!!!

 

23 septembre 2019 – 51ème anniversaire du rappel à Dieu de Saint Pie de Pietrelcina. VIDEOS.

Saint Pie de Pietrelcina (que la plupart des personnes, même non italiennes ou ne parlant pas l’italien, appellent cependant « Padre Pio »), a rendu sa belle âme à Dieu le 23 septembre 1968, au terme d’une vie admirable de pureté, de ferveur, d’union à Dieu, de charité surnaturelle exceptionnelle et de pratique héroïque des vertus évangéliques.
Quelques jours avant sa mort, les sacrés stigmates qu’il portait depuis 50 ans avaient disparu.
On trouve aisément d’excellentes biographies du célèbre capucin de San-Giovanni-Rotondo et je vous invite à les lire avec attention et d’en méditer les exemples.

Saint Pie avait demandé au Saint-Siège, avant même la promulgation des nouveaux rites de la Messe, un indult qui lui permettrait de continuer à célébrer la Sainte Messe latine traditionnelle et que, lorsqu’un prélat vint de Rome pour lui apporter cette autorisation, il déclara : « Arrêtez le concile ! » Cela se passe de tout commentaire.

La prière qui suit, qu’il récitait pendant son action de grâces après la Sainte Messe développe et personnalise la supplication que firent les disciples d’Emmaüs au Christ resuscité au terme du chemin qu’ils avaient parcouru avec Lui sans Le reconnaître : « Mane nobiscum, quoniam advesperascit, et inclinata est iam dies : Demeurez avec nous, car le soir arrive, et le jour est déjà sur son déclin » (Luc XXIV, 29).

Screenshot_2019-09-23 Prière après la Sainte Communion « Restez avec moi, Seigneur », de Saint Pie de Pietrelcina

Restez avec moi, Seigneur, car il est nécessaire de Vous avoir présent pour ne pas Vous oublier. Vous savez avec quelle facilité je Vous abandonne.
Restez avec moi, parce que je suis faible et j’ai besoin de Votre force pour ne pas tomber si souvent.
Restez avec moi, Seigneur parce que Vous êtes ma vie, et sans Vous, je suis sans ferveur.
Restez avec moi, parce que Vous êtes ma lumière, et, sans Vous, je suis dans les ténèbres.
Restez avec moi, Seigneur, pour me montrer Votre volonté.
Restez avec moi, Seigneur, pour que j’entende Votre voix et que je Vous suive.
Restez avec moi, Seigneur, parce que je désire Vous aimer beaucoup et être toujours en Votre compagnie.
Restez avec moi, Seigneur, si Vous voulez que je sois fidèle.
Restez avec moi, Seigneur, parce que si pauvre que soit mon âme, elle désire être pour Vous un lieu de consolation, un nid d’amour.
Restez avec moi, Jésus, parce qu’il se fait tard et que le jour décline… c’est-à-dire que la vie passe, la mort, le jugement, l’éternité approchent et il est nécessaire de refaire ses forces pour ne pas m’arrêter en chemin, et, pour cela, j’ai besoin de Vous. Il se fait tard et la mort approche. Je crains les ténèbres, les tentations, les sécheresses, les croix, les peines et combien j’ai besoin de Vous, mon Jésus, dans cette nuit de l’exil.
Restez avec moi, Jésus, parce que dans cette nuit de la vie et des dangers, j’ai besoin de Vous. Faites que je Vous reconnaisse comme Vos disciples à la fraction du pain, c’est à dire que la Communion eucharistique soit la Lumière qui dissipe les ténèbres, la Force qui me soutienne et l’unique Joie de mon cœur.
Restez avec moi, Seigneur, parce qu’à l’heure de ma mort, je veux rester uni à Vous sinon par la Communion, du moins par la Grâce et l’Amour.
Restez avec moi, Jésus, je ne Vous demande pas les consolations divines parce que je ne les mérite pas, mais, le don de Votre présence, oh oui, je Vous le demande.
Restez avec moi, Seigneur, c’est Vous seul que je cherche, Votre Amour, Votre Grâce, Votre Volonté, Votre Cœur, Votre Esprit, parce que je Vous aime et ne demande pas d’autre récompense que de Vous aimer davantage. D’un amour ferme, pratique. Vous aimer, de tout mon cœur, sur la terre, pour continuer à Vous aimer parfaitement pendant toute l’éternité.

Ainsi soit-il. 

Screenshot_2019-09-23 Prière après la Sainte Communion « Restez avec moi, Seigneur », de Saint Pie de Pietrelcina (1).png

 

François BRUNATTO, fils d’Emmanuele BRUNATTO explique ce qu’à vecu son Père qui a Défendu Padre Pio contre les Forces du Mal.

 

La Relance de la Tradition: Notes sur la situation de l’Église
Broché : http://tinyurl.com/h6c52ho

Screenshot_2019-09-23 Amazon fr - La Relance de la Tradition (nouvelle édition) Notes sur la situation de l'Église - Massim[...].png

 

Vie de Padre Pio par Elisabeth De Caligny

 

 

L’assassinat du Padre PIO par Laurent Glauzy

Spoliations, Viols et Expulsions que la république a fait Subir à l’Eglise Catholique Française.

Texte extrait

de Un Apologiste du Catholicisme, Charles Maurras

par le Commandant Dublaix

(Editions de l’Action Française, 1925).

Screenshot_2019-09-23 La Révolution et l'Église en 1791 Histoire et analyse d'images et oeuvres.png

« Voici, en traits rapides , les étapes du long calvaire que la IIIe République à fait gravir à l’Eglise en France.

En 1879, loi interdisant l’enseignement, même dans les établissements privés, aux membres des congrégations religieuses non autorisées (1) ; loi écartant les ministres du culte des commissions administratives des hospices.

En 1880, le 29 mars, décret ordonnant l’expulsion des Jésuites et des membres des autres congrégations non autorisées. En juillet et novembre, dragonnades républicaines ; crochetage de 260 monastères ; plus de 5.000 religieux sont chassés de leurs demeures par la force et dépouillés de leurs biens.

La même année, loi supprimant les aumôniers militaires ; loi abrogeant celle de 1814 sur la célébration du dimanche ; loi frappant les biens des congrégations autorisées d’un impôt de mainmorte et d’une taxe d’abonnement.

En 1881, les fabriques et les menses épiscopales sont déclarées inaptes à recevoir les libéralités destinées aux pauvres.

En 1882, première loi sur l’enseignement laïque : l’entrée de l’école est interdite au prêtre ; les heures de catéchisme ne devront jamais concorder avec les heures de classe ; les crucifix sont enlevés des écoles.

En 1883, avis du Conseil d’Etat autorisant le gouvernement à supprimer, à son gré, les traitements des ministres du culte. Décret interdisant l’entrée des églises aux troupes chargées de rendre les honneurs funèbres.

En 1884, loi municipale : pouvoir discrétionnaire accordé aux maires sur les manifestations extérieures du culte. Loi du divorce. Loi supprimant les prières publiques pour la rentrée du Parlement.

En 1885, désaffectation de l’église Sainte Geneviève qui redevient le Panthéon : on en expulse la patronne de Paris pour y mettre Voltaire, Jean-Jacques Rousseau et, plus tard, le scatologue Zola et Jaurès le mauvais Français.

En 1886, deuxième loi sur l’enseignement primaire, prescrivant la prompte laïcisation de toutes les écoles de garçons et de filles.

Fermeture, par la violence, d’un certain nombre de chapelles dites non concordataires. C’est en protégeant l’une de ces chapelles qu’Henriette Bonnevie, ouvrière papetière, est tuée d’un coup de revolver, par un gendarme, à Châteauvillain (Isère).

En 1889, loi de recrutement : les curés sac au dos !

En 1893, loi sur la comptabilité des fabriques et des menses épiscopales, qui sera désormais surveillée par les agents du fisc.

En 1900, abolition du deuil du Vendredi-Saint dans la marine française.

En 1901, loi Waldeck-Rousseau contre les congrégations religieuses : toutes les autorisations accordées par les divers gouvernements, depuis cent ans, sont annulées ; toutes les congrégations devront solliciter du Parlement une autorisation législative ; celles qui ne l’obtiendront pas seront dissoutes et leurs biens liquidés.

En 1903, rejet en bloc par la Chambre (sur le rapport du F :. Rabier) de toutes les demandes en autorisation présentées par les congrégations religieuses vouées à l’enseignement, à la prière, à la prédication. Laïcisation des hôpitaux de la Marine : l’accès en est interdit au prêtre, à moins qu’il ne soit expressément appelé (par écrit) par un moribond. Les crucifix sont arrachés des prétoires.

En 1904, suppression de l’Ambassade de France auprès du Vatican. Cette rupture des relations diplomatiques est suivie – fait inouï dans les annales du monde civilisé – du viol de la Nonciature et du vol des papiers officiels et personnels qui s’y trouvaient.

Troisième loi sur l’enseignement qui sera désormais, à tous les degrés et jusque dans les écoles libres, interdit aux religieux, même à ceux appartenant à des congrégations antérieurement autorisées. Fermeture de plusieurs milliers d’écoles chrétiennes.

Spoliation des établissements congréganistes qui n’étaient pas essentiellement charitables.

En 1905, loi de Séparation : le Concordat est aboli et le budget des cultes supprimé. Cependant, le budget du culte catholique représentait la rente (à un taux très modique) des biens dont l’Eglise de France avait été expropriée en 1790, pour cause d’intérêt national.

Le raisonnement des Juifs et des Francs-Maçons, maîtres de la République, était le suivant : « ou bien le Pape acceptera les associations cultuelles prévues par la loi de séparation, ou bien il les rejettera. S’il accepte, l’autorité des évêques sera bientôt annihilée, la loi donnant toute indépendance aux cultuelles en matière administrative et faisant trancher, par la juridiction civile, les conflits d’intérêt qui pourront s’élever entre l’évêque et ces associations. Alors l’Eglise de France se désagrégera, sous l’influence des querelles intestines et des schismes qui éclateront de toutes parts.

« Si le Pape refuse, tous les biens de l’Eglise, en l’absence des institutions cultuelles instituées par la loi, deviendront biens sans maîtres et nous en disposeront à notre guise.

« Dans ce dernier cas, au bout de peu de temps, les prêtres catholiques n’auront plus de quoi se vêtir, se loger et se nourrir, et l’Eglise n’aura échappé à l’anarchie et aux schismes que pour mourir d’inanition. »

La sagesse du Souverain Pontife, éclairé par le Saint-Esprit, l’abnégation du clergé français et la générosité des fidèles ont fait échouer ce plan diabolique. Le Pape, jugeant le péril moral qui menaçait l’Eglise infiniment plus grave que les maux matériels dont elle allait souffrir, repoussa le cadeau empoisonné des cultuelles génératrices de schismes. Prêtres et fidèles de France se soumirent de tout cœur à la décision du Saint-Père et donnèrent ainsi un éclatant démenti à l’habituelle accusation maçonnique que le catholicisme est une religion d’argent. A leurs impôts, à la charge de leurs écoles libres, les catholiques français ajoutèrent l’obligation de faire vivre leur clergé et d’assurer les frais du culte. Les prêtres acceptèrent courageusement une existence médiocre et parfois la misère. Au prix de leurs souffrances, l’Eglise de France était sauvée.

En 1906, nouvelles dragonnades républicaines ; effraction violente et inventaires des églises ; nombreux catholiques blessés, notamment dans Paris, à Sainte-Clotilde et à Saint-Pierre-du-Gros-Caillou. André Régis est tué à Montregard (Haute-Loire) et René Ghysel à Boschoeppe (Nord).

La même année, l’entrée des hôpitaux militaires est, comme dans la Marine, interdite au prêtre, s’il n’est pas expressément appelé par un moribond.

En 1907, suppression, sur les monnaies, de la vieille devise qui était en même temps une prière : « Dieu protège la France ! »

En 1908, loi de spoliation définitive de l’Eglise de France : tous ses biens meubles et immeubles, cathédrales, églises, palais épiscopaux avec leurs œuvres d’art, séminaires avec leurs bibliothèques, presbytères, dotations des menses et des fabriques, fondations des messes, etc…, sont volés par la République et attribuées à l’Etat, aux départements, aux communes ou à des établissements laïques. La presse républicaine pousse un long cri de triomphe.

En 1909, arrêt du Conseil d’Etat rejetant le pourvoi formé par le cardinal archevêque de Paris (2). Cet arrêt déclara la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre propriété de la Ville de Paris.

[…]

En 1910, décret confisquant, au profit de la commune de Lourdes, la basilique, la crypte, l’église du Rosaire et la grotte de Massabielle.

En 1911, décision ministérielle interdisant aux militaires l’accès des cercles catholiques. »

…..

(1) Cette mesure visait spécialement les Jésuites, parce que les succès remportés, chaque année, dans les concours d’admission aux grandes écoles, par leurs élèves de la rue des Postes, à Paris, du Caousou, à Toulouse , etc., excitaient la colère et l’envie des Francs-maçons.

(2) Cardinal Richard.

Spoliation des Biens du Clergé  par la république : Ici,  pendant l’Inventaire de l’Eglise de Saint-Servan dans l’Ile et Vilaine.

Regardez bien la Tête Digne des Prêtres face à la Horde républicaine assoiffée de Sang.

Screenshot_2019-09-23 revue d histoire contemporaine en Bretagne - PDF(1)

*****

J’espère que ce passage tiré du livre  » Un Apologiste du Catholicisme, Charles Maurras » par le Commandant Dublaix éclairera DEFINITIVEMENT ceux qui gardent les Yeux collés sur LA CALVAIRE que les « Frères Truelles et leurs AMIS » ont fait subir à l’Eglise Catholique FRANCAISE et à ses FIDELES.

Il reste un livre d’occasion à 17 €. Ceux qui voudraient se procurer ce livre qui décrit l’ABOMINATION de la DESOLATION que les républicains et leurs Fidèles Amis ont fait subir à nos Ancêtres Catholiques Tous Français peuvent le commander sur  le site Rakuten.

Site Rakuten : https://fr.shopping.rakuten.com/s/commandant+dublaix

Screenshot_2019-09-23 Un apologiste du catholicisme Charles Maurras Rakuten

Screenshot_2019-09-23 revue d histoire contemporaine en Bretagne - PDF

Screenshot_2019-09-23 10 octobre 1789 - Les biens du clergé nationalisés - Herodote net.png