« Soutiens la Plainte du Pauvre jusqu’à ce que la Véritée soit Déclarée. »

Dernière recommandation de Saint Louis à son fils.

Le roi Louis IX, le Saint, est demeuré, dans l’histoire, comme la personnification de la justice et de la bonté élevées à la perfection par la pratique des vertus religieuses. Il avait le don de sauvegarder la dignité de la majesté royale, même quand il se montrait le plus empressé pour les petits, ce qu’on appelait, à cette époque, « la menue gent ».
Quand il résidait au château de Vincennes, il avait l’habitude, après avoir entendu la messe, de sortir dans le bois, pour laisser venir à lui ceux qui avaient à lui parler. Il s’appuyait à un chêne, faisait asseoir sa suite autour de lui, et demandait lui-même à haute voix : Y a-t-il quelqu’un qui est ici partie ? (c’est-à-dire : procès, discussion.) Et il encourageait les plus humbles à lui conter leurs doléances, auxquelles il faisait droit, selon la justice. C’est ainsi qu’il habitua ses sujets, lorsqu’ils avaient à formuler des plaintes, à en « appeler au roi ». Cette habitude constitua l’une des prérogatives les plus populaires de ses successeurs.


Saint Louis était redevable à sa mère de la chrétienne et virile éducation qui guida sa vie entière. Blanche de Castille avait si grande conscience de sa responsabilité, qu’elle disait un soir à saint Louis : Mon fils, je préférerais vous voir mort qu’en état de péché mortel . Elle avait aussi développé chez lui la valeur guerrière, et jamais il ne voulut se mettre à l’abri du danger qu’il faisait courir aux autres : Jamais on ne combattra mes hommes , disait -il à quatorze ans, que mon corps ne soit avec eux .


« Fais-toi chrétien, je te ferai chevalier ! »


Et, soit à Taillebourg, soit à Damiette, soit à la Mansourah, le roi fut toujours au poste le plus périlleux. Il organisa deux croisades dont la première se termina pour lui par une captivité de deux ans en Egypte. Sa grandeur d’âme força l’admiration des Sarrasins, qui dans leur prisonnier trouvaient toujours le courage et la majesté d’un roi. Ils le menacèrent souvent de la mort et furent surpris de son impassibilité. Un jour l’un des chefs entra dans sa prison et lui dit, la menace à la bouche : « Fais-moi chevalier, ou meurs ! — Fais-toi chrétien, je te ferai chevalier ! » repartit saint Louis.


C’est aussi pendant cette campagne que la reine Marguerite, suppliant un vieux chevalier, son garde du corps, de la tuer si elle venait à tomber aux mains des Sarrasins, reçut cette simple réponse : J’y songeais, Madame !


La seconde croisade de saint Louis finit encore plus tristement, au milieu des horreurs de la peste, sur les côtes de Tunis. Le roi succomba à la contagion, après avoir fait à son fils ses dernières recommandations et lui avoir répété :

Soutiens la plainte du pauvre jusqu’à ce que la vérité soit déclarée .

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s