Archives de Catégorie: Amérique

Les Relations Secrètes

The Secret Relationship Between Blacks and Jews : Les Relations secrètes entre les Noirs et les Juifs en 2 Tomes.

Passés sous silence en France, Louis Farrakhan publia 3 livres en Amérique.
Ses livres ne seront jamais traduits en Français, et pour Cause !

Il parle ouvertement de l’esclavage dans ses livres, ce qui les rend brûlants lorsqu’il définit QUI furent les principaux esclavagistes.

Louis Farrakhan est né Louis Eugène Walcott le 11 mai 1933 dans le Bronx à New-York. Il est le dirigeant de l’organisation politique religieuse suprémaciste noire « Nation of Islam » depuis 1991.

En ligne en pdf, la traduction française de son livre :

https://docplayer.fr/90393-Les-relations-secretes-entre-les-noirs-et-les-juifs.html

Fin juin 2010, sortie du tome 2 de The Secret Relationship Between Blacks and Jews avec pour sous-titre : Comment les Juifs ont acquis le contrôle de l’économie noire américaine.
En deux tomes, Louis Farrakhan est devenu l’antisémite noir par excellence !

 

Et le livre « Jews Selling Blacks » (Quand les Juifs vendaient des Noirs) avec son sous-titre : Esclaves à vendre, l’a positionné en pool position !

Les livres sont en vente chez Amazon en Anglais. Il n’existe pas de traduction Française.

Louis Farrakhan dans sa vidéo du 21/08/2013 pour le Tome 1 :

https://youtu.be/eyBre4nx_TQ

youtu.be
Le Ministre Louis Farrakhan défie ses détracteurs qui lui et la Nation de l’Islam l’accuse d’antisémitisme. Cet extrait du Ministre Farrakhan ont été faites …

Le 16 Mars 2015 discours pour le tome 2 :

https://youtu.be/l3t9BXAnaaE

youtu.be
GET THIS BOOK! In this second volume The Nation of Islam Research has unearthed from Jewish libraries how Jews gained control of the Black American Economy w…

Sortie du Livre « Quand les juifs vendaient les noirs » :

https://youtu.be/sqzDSrR4L4w

Louis Farrakhan

Prédicateur islamique noir, Farrahkan fondera la « Nation of Islam » en 1991 sans toutefois rejeter les Chrétiens. Il s’est efforcé de rassembler la population afro-américaine dans sa totalité. Ce rassemblement prendra fin en 1995.

Qui mieux qu’un descendant d’esclaves pour parler de l’esclavagisme et de QUI furent les esclavagistes en globalité ?

Lorsque ses livres sont parus, la Foudre tomba sur lui et ses livres furent « empêchés ».

Effectivement, plus de 1300 noms cités et lancés à la volée dans lesquels figurent une majorité de talmudistes !

La Horde est montée au créneau et le lynchage ne c’est pas fait attendre.

Les mots Antisémite, Complotiste, etc …lui jaillirent à la face. Nous connaissons la « Chansonnette » !

La horde exigea des excuses, le retrait des ouvrages et la « Mise en Observation » de Farrakhan, Que ça !

Ce à quoi Farrakhan répondit, je cite :

« Les juifs ont fait plus de mal à mon peuple que mon peuple n’en en a fait aux juifs ».

Quant à sa « Mise en Observation » il répliqua que ce n’était pas à lui à s’y soumettre mais que c’était aux juifs.

Le 13 Août 2011 à Harlem, Farrakhan fit un discours de soutien à la Libye contre l’OTAN :

https://youtu.be/hWka1ctaa8o

Winthorp Jordan (11/11/1931 – 22/02/2007  lui fera des reproches sur certains points sans jamais dire que ses écrits sont mensongers.
Winthorp Jordan était un Professeur d’ Histoire de Renom : il a étudié les origines de l’esclavage et l’origine du Racisme au sein des Etats-Unis.

winthrop jordan
Son livre « Tumult and Silence » obtiendra le prix Bancroft en 1994.

41eBXIhhcOL

Winthrop Jordan a eu l’honnêteté de lire les ouvrages de Farrakhan contrairement à la plupart des historiens contraints et forcés de réciter la prose du puissant Lobby « qui n’existe pas » !!!.

Jordan Winthrop a donné les réflexions suivantes sur The Secret Relationship Between Blacks and Jews :

-travail solide, précis, concret et argumenté, académique, difficilement réfutable quant au fond.-

Voici donc un aperçu du livre « The Secret Relationship Between Blacks and Jews » : 

  • Les Juifs prennent pied en Amérique dès le premier jour de la conquête européenne. En 1492, l’expédition de Christophe Colomb n’est pas financée par le royaume d’Espagne mais par trois riches marranes (Juifs convertis au christianisme par commodité ou opportunisme mais continuant de pratiquer clandestinement leur ancienne religion). Six Juifs accompagnent Colomb lors de son premier voyage. L’un d’eux, Luis de Torres, s’établit à Cuba et devient planteur de tabac. Certains auteurs juifs (comme Harry Golden et Martin Rywell, ou encore Cecil Roth) pensent que Christophe Colomb lui-même est d’origine juive, mais qu’il cache cette ascendance. Si la chose est vraie, on peut dire qu’il est le premier trafiquant juif d’esclaves à l’échelle transatlantique (en 1498, il rentre avec 600 “Indiens” caraïbes qui seront vendus en Espagne). Voir notre texte sur Christophe Collomb qui le désigne comme imposteur.

  • Dans les décennies qui suivent la “découverte” de l’Amérique, les Juifs sont présents dans toutes les colonies, qu’elles soient espagnoles, portugaises, anglaises, hollandaises ou françaises. Dans les territoires conquis par le Portugal, ils représentent, selon Daniel Swetschinski, 10 % de la population mais 65-75 % des marchands – les esclaves sont alors une marchandise comme une autre…  Les premiers Juifs portugais arrivent au Brésil dès 1503. C’est eux qui vont y établir les grandes plantations de canne à sucre, mettant à profit leur savoir-faire acquis dans les colonies d’Afrique (São Tomé), tant pour ce qui est des techniques agricoles que pour les questions de main-d’œuvre. (L’esclavage des Noirs a commencé bien avant la conquête du Nouveau Monde, dans les plantations et les mines d’Afrique.)  Au Brésil, au 16ème siècle, les Juifs constituent le moteur de la colonisation ; ils sont à l’origine de la fondation de 200 comptoirs côtiers. Lee M. Friedman : “Un très grand nombre de négociants brésiliens étaient juifs.”  Marcus Arkin : “Vers 1600, au Brésil, les plantations, le gros du commerce d’esclaves, une bonne centaine de sucreries avec au moins 10.000 esclaves noirs, de même que la plus grande partie des exportations de mélasse se trouvaient aux mains des colons juifs.

  • Au début du 17ème siècle, la Compagnie hollandaise des Indes occidentales, dans laquelle les capitaux juifs sont largement investis, devient un concurrent sérieux des Espagnols et des Portugais en Amérique du Sud et aux Antilles. La Hollande est alors le pays du monde où les Juifs jouissent de la plus grande liberté. Ils peuvent, sans quitter le pays, “encaisser les dividendes provenant du commerce de l’or, de l’argent et des esclaves” (Golden et Rywell). Selon Marcus Arkin, les Juifs d’Amsterdam sont également engagés dans une autre compagnie hollandaise : celle des Indes orientales. Mais là, ce n’est pas l’esclavage qui les enrichit, c’est l’opium. De riches familles juives comme les Sassoon ont tiré leur fortune du commerce de la drogue – mais c’est une autre histoire…

  • A partir de 1660-70, les Juifs jouent un rôle prépondérant en Guyane hollandaise (Surinam). Marc Lee Raphael : “Les Juifs firent venir des esclaves africains en très grand nombre et les parquèrent dans des enclos ; le commerce des esclaves devint la caractéristique principale de la vie économique juive.”  Vers 1730, les Juifs de Guyane sont si influents qu’ils peuvent même se permettre de faire travailler leurs esclaves le dimanche, journée de repos obligatoire dans toute la colonie. (Le travail du samedi ne pose aucun problème, puisque les esclaves ne sont pas juifs.)  Il y a des révoltes d’esclaves et, comme le signale Cecil Roth, “ces révoltes sont souvent dirigées contre les Juifs, ce qui s’explique par le fait que ceux-ci sont les plus grands propriétaires d’esclaves de la région“.

  • A la Barbade également, les Juifs sont parmi les premiers colons, les premiers planteurs de canne à sucre et les premiers propriétaires d’esclaves. L’île sert de plaque tournante aux négriers juifs pour le transit des esclaves africains vers les autres colonies des Antilles. A Curaçao, possession hollandaise à forte population juive, le premier gouverneur est un certain Samuel Coheno. Là aussi, le commerce juif d’esclaves africains destinés à la “réexportation” est florissant. A la Jamaïque, les premiers colons juifs s’installent en 1625. Trente ans plus tard, “les trois principaux importateurs d’esclaves de l’île sont israélites” (Max Kohler).

  • A la Martinique, “la première grande plantation est établie en 1655 par Benjamin Da Costa, un Juif venu du Brésil avec 1.100 esclaves” (Lee M. Friedman). “La famille de David, Benjamin et Moïse Gradis était propriétaire de vastes territoires à la Martinique et à Saint-Domingue” (Bertram Korn). Il y a également des Juifs esclavagistes à Niévès, à la Dominique, à Saint-Eustache, à Saint-Thomas, etc.

  • Dans la seconde moitié du 17ème siècle, la plupart des gouvernements réglementent le commerce et imposent des taxes sur les esclaves importés dans les colonies, ce qui donne naissance à un phénomène de contrebande animé par les trafiquants juifs. Le nombre d’esclaves effectivement introduits dans les différentes îles est toujours supérieur au nombre indiqué sur les documents de transport.

  • De temps à autre, quand les puissances de tutelle des diverses colonies voient les intérêts de leurs nationaux sérieusement menacés par la concurrence juive, les autorités prennent des mesures d’expulsion. Mais les conséquences ne sont jamais dramatiques pour les négociants juifs. “Lorsque les Juifs furent chassés de la Martinique par les Français [en 1685], ils se replièrent tout simplement vers la Barbade, qui devint le nouveau centre de leurs opérations de contrebande” (Seymour Liebman).

  • L’influence juive en Amérique a souvent été considérablement sous-estimée et masquée par le fait que, par exemple, “au 17ème siècle, dans le Nouveau Monde, le mot Portugais était souvent synonyme de Juif” (Seymour Liebman).

  • Dans les colonies anglaises d’Amérique du Nord, où une bonne partie de la population est composée d’anciens prisonniers de droit commun, les “réfugiés” juifs font partie des classes privilégiées. Ils n’arrivent jamais les mains vides, disposent d’une longue expérience dans les activités commerciales et peuvent s’appuyer sur un puissant réseau de relations internationales. Peter Wiernik : “Etant donné que tous les colons juifs de cette époque appartiennent aux couches riches de la société américaine, il est tout naturel pour eux d’accepter l’esclavage qui s’y pratique et d’en tirer autant de profit que les autres colons influents…  Les premières colonies juives sont établies à Newport (Rhode Island) et à New York, où l’on trouve de nombreux esclavagistes juifs bien avant l’indépendance [1776].”  Certains s’étaient même installés là avant 1664, lorsque New York était encore colonie hollandaise et s’appelait Nieuw Amsterdam.

  • Lenni Brenner : “Dès le début de l’époque coloniale, des hommes d’affaires juifs furent impliqués dans le commerce des esclaves sur le continent nord-américain et participèrent à l’infâme commerce triangulaire [entre l’Afrique, l’Amérique et l’Europe ou entre l’Afrique, les Antilles et l’Amérique du Nord]… Les négriers juifs amenèrent d’innombrables esclaves africains dans les colonies du Nord ; dans le Sud, les Juifs firent leur entrée en nombre substantiel dans la classe des planteurs.”  Henry Feingold : “Les Juifs, que l’on trouvait fréquemment au centre même des activités commerciales, ne pouvaient manquer de contribuer également, directement ou indirectement, au commerce des esclaves.

  • D’importantes communautés juives (esclavagistes comme les autres) existent à Philadelphie, Baltimore, Richmond, Charleston et Savannah, de même qu’en Louisiane française (La Nouvelle-Orléans, Mobile).

  • Abram Vossen Goodman : “Jamais, jusqu’à la Guerre de Sécession, les Juifs, en tant que communauté, ne mirent en cause la pratique de l’esclavage ni ne formulèrent la moindre réserve quant à ses effets inhumains. Lorsque certains Etats proposèrent d’augmenter les tarifs douaniers pour décourager l’importation d’esclaves, les marchands juifs Joseph Marks, Samson Levy et David Franks protestèrent.

Ce n’est qu’un aperçu.

Les Véritables Relations Secrètes aujourd’hui entre les noirs et les juifs sont  que les juifs aident les noirs a Falsifier l’Histoire du Peuple Blanc. La preuve par le géant du net Google est irréfutable.

Donald Trump vient de Proclamer LA FIN du Nouvel Ordre Mondial Talmudiste.

C’est une déclaration majeure, historique que vient de faire Donald Trump à l’assemblée générale des Nations-Unies. Donald Trump a proclamé la fin du soutien des Etats-Unis à la construction de la globalisation talmudiste, d’un nouvel ordre mondial talmudiste.

« Nous croyons que lorsque les nations respectent les droits de leurs voisins et défendent les intérêts de leurs peuples, elles peuvent mieux travailler ensemble pour s’assurer des bienfaits de la sécurité, de la prospérité et de la paix. Chacun d’entre nous ici aujourd’hui est le représentant d’une culture distincte, d’une histoire riche et d’un peuple lié par une mémoire, une tradition et des valeurs qui font de nos patries des endroits comme nulle part ailleurs sur terre. C’est pourquoi l’Amérique choisira toujours l’indépendance et la coopération à la place de la gouvernance mondiale, du contrôle et de la domination. Je respecte le droit de chaque nation dans cette salle de suivre ses propres coutumes, croyances et traditions. Les Etats-Unis ne vous diront pas comment vivre ou prier. Nous vous demandons seulement de respecter notre souveraineté en échange. »

https://twitter.com/twitter/statuses/1044610844582191104

twitter.com
“ »The United States will not tell you how to live, or work, or worship. We only ask that you honor our sovereignty in return. » — President @realDonaldTrump, speaking at the 73rd Session of the United Nations General Assembly https://t.co/61Tg8yyK0F”

C’est la proclamation officielle de la fin du projet d’édification d’un nouvel ordre mondial contre les peuples de Toutes les Nations annoncé par George Bush au moment de la chute du Bloc soviétique, en 1991.

https://youtu.be/apWm1sdJdDs

youtu.be
Le fameux discours de George H Bush à propos du nouvel ordre mondial : Nous avons devant nous l’occasion de construire pour nous-même et pour les générations…
Peu après cette annonce, les talmudistes ont pu se permettre de lancer les USA dans une série de guerres pour le contrôle du Moyen-Orient en plus de révolutions colorées talmudistes dans l’ancien bloc communiste. Tout d’abord lors de la Guerre du Golfe en 1991, puis ensuite après le 11 septembre 2001, en Afghanistan et en Irak.

https://youtu.be/ofoDYyNQ4wU

youtu.be
Les Etats-Unis, en 2000, un an avant les attentats, ont rédigé une nouvelle stratégie de défense, inspirée par Paul Wolfowitz, secrétaire adjoint à la défens…

Un homme a stoppé cette chute progressive de tous les états dans l’escarcelle de la finance talmudiste internationale : Vladimir Poutine.

Vladimir Poutine avait été pourtant choisi par les talmudistes, représentés en Russie par Boris Berezovski, pour présider à la liquidation de la Russie et de son démembrement en divers états impotents dont les ressources auraient été contrôlées par la finance apatride américaine.

L’opération était dirigée depuis New York par le financier talmudiste Edmond Safra.

A partir de 49’00 du documentaire suivant, vous pouvez voir comment Poutine s’est retourné contre les talmudistes et a fait abattre Edmond Safra à Monaco.

https://youtu.be/BdonmoQVmY0

youtu.be
http://ow.ly/fgLO30fhexj Le mystere du code Pi Martin Armstrong, escroc, dement ou genie Arte Dans les années 1980, l’économiste américain Martin Armstrong…

La méthodologie radicale de Poutine a profondément terrorisé les talmudistes qui ont immédiatement stoppé leur tentative de prise de contrôle de la Russie.Du jour au lendemain, Vladimir Poutine est devenu un tyran dans les colonnes de la presse talmudiste occidentale.

Quelques années plus tard, c’est Berezovski qui fut liquidé.

https://youtu.be/lVTt_KElty8

youtu.be
Toute l’actualité sur http://www.bfmtv.com/ PORTRAIT – Proche de Boris Eltsine et milliardaire, l’homme était tombé en disgrâce à l’arrivée au pouvoir de pou…

Berezovski déclara en plusieurs occasions, « la plus grave erreur que nous ayons commise s’appelle Vladimir Poutine ».

Pour ces talmudistes, Poutine est le descendant de goyim russes stupides qui les a humilié. Il est la revanche victorieuse du tsarisme. Le spectre de l’Okhrana antisémite.

Les talmudistes en font depuis lors une question de principe : la démonstration doit être faite qu’aucun homme, surtout s’il est blanc, ne peut les vaincre.

https://youtu.be/hIcC5fdmfjY

youtu.be
Après avoir été expulsé de Tunisie, BHL est désormais interdit de séjour en Russie !

Progressivement, Poutine a réussi à remettre l’état russe sur pied et à renforcer ses capacités militaires. Pour cette engeance, pour qui le contrôle l’Eurasie, donc du monde, supposait de verrouiller la Russie, cet échec signifie l’incapacité à contrôler la montée en puissance de la Chine.

Vladimir Poutine a ainsi multiplié les victoires contre tous les assauts virulents des talmudistes : Tchétchénie, Géorgie, Syrie.

Tous les théâtres d’opération où nous avons vu ces faiseurs de guerre se livrer à leurs manoeuvres habituelles.

Mais c’est l’opération syrienne qui a stoppé net la mise en coupe réglée du Moyen-Orient par les talmudistes.

La destruction de la Syrie devait entraîner l’anéantissement du hezbollah au Liban puis celui de l’Iran.

Dans le même temps, des golems djihadistes devaient ensuite être acheminés dans le Caucase pour incendier tout le sud musulman de la Fédération de Russie.

Donald Trump a compris tout cela et cherche à soustraire les USA de ce projet et veut désormais revenir à une doctrine réaliste, américano-centrée, par opposition au messianisme judéo-démocratique impérialiste qui menace l’Amérique d’être plongée dans une guerre d’anéantissement contre la Russie.
En faisant cette déclaration à l’ONU, Donald Trump affirme que tous les états sont libres de vivre comme ils le désirent, sans craindre les guerres talmudistes.

Pour ces tamudistes, Donald Trump est devenu un obstacle beaucoup trop gênant.

Ils le veulent hors de la Maison Blanche comme ils veulent Poutine hors du Kremlin.

Les talmudistes jouent désormais leur survie. Sans cette guerre, leur empire financier s’effondrera en raison de la dislocation interne du système judéo-démocratique.

C’est ce que Tous les Peuples des Nations désirent : Voir l’Empire talmudiste s’ Effondrer comme se sont effondrées les Tours de New-York le 11/09/2001.

 

Décryptage de la Vidéo officielle sur la chaîne You Tube de la Maison Blanche :

Il est important de préciser certains points pour ceux d’entre nous qui n’ont pas eu un éclairage universitaire en « civilisation américaine ». Je ne vais pas commencer dans l’ordre chronologique car c’est un point central, névralgique même.

A 22:04 le président Trump mentionne quelque-chose de fondamental dans l’histoire des États-Unis : la doctrine Monroe.

Voici l’article de Wikipedia concernant ce point précis : https://fr.wikipedia.org/wiki/Doctrine_Monro . Il est important de noter que l’article de Wikipedia n’existe que dans peu de langues (dont le français) mais il est vital pour comprendre la politique étrangère américaine et « l’espace vital » ou la « zone d’influence » naturelle des USA.

Depuis la deuxième guerre mondiale sous l’impulsion de F.D. Roosevelt les USA ont tourné le dos à leur approche historique.

Donald Trump semble faire un grand pas en arrière revenant à une ancienne doctrine à l’efficacité prouvée pour son pays.

A partir de 2:45 Donald Trump explique en des termes simples ce à quoi il faut s’attendre de son pays dans les relations internationales les plus élémentaires. Pour faire simple nous respectons ce que vous faites dans votre pays si vous respectez ce que nous faisons dans le notre. Petit message aux guignols de pays d’opérette qui jouent les gros bras et donnent des leçons sans en avoir les moyens.

A 15:50 l’artillerie lourde pour ce qui concerne les relations commerciales. En gros il dit aux talmudistes qui sont « l’Etat Profond » : « votre cirque est terminé », l’amérique ne va plus boxer avec les mains attachées dans le dos.

A partir de 25:05 Trump dégomme le socialo-communisme passé, présent (Venezuela) et futur. D’ailleurs à 25:55 on peut voir la tête que tire une vieille féministe gauchiste boomer suédoise lorsqu’il rappelle la nature diabolique et perverse de cette doctrine.

Et bien entendu à partir de 31:15 Trump effectue un retour aux fondamentaux de la politique américaine pour les américains. En concluant qu’il attend des patriotes de tous les pays qu’ils aiment leurs patries comme Trump et les américains aiment les USA.

Ce discours peut être un discours majeur dans la politique à venir des USA pour les années voir les décennies à venir.

Revenir à la doctrine Monroe signifie que l’Amérique ne se mêlera plus des « affaires » des Pays Européens. Chacun chez soi pour LA PAIX DANS LE MONDE.

Je le redis avec insistance cette doctrine doit être étudiée absolument pour comprendre l’Amérique.

Donald Trump est vraiment très fort, plus il est attaqué par les talmudistes plus il avance dans la bonne direction ! Un pays dirigé par autre chose qu’un petit financier/avocat/philosophe/fonctionnaire incompétent, en deux mots : une larve !

Sans Vladimir Poutine et Donald Trump qui tiennent « en respect » les talmudistes faiseurs de guerre pour le Grand Israël Biblique, nous serions dans une guerre planétaire génocidaire dans laquelle nos espoirs de nous sauver seraient voués aux gémonies.

La Juiverie découvre l’Amérique./Das Judentum endeckt America/ Othmar krainz

Une corruption indescriptible en politique commença alors.
La négligence générale augmenta énormément.
Toutes les barrières morales et morales furent démantelées. La folie qui s’ensuivit marqua cette période dramatique de l’histoire de l’Amérique pour «l’ère tragique» du Sud.
Le « Nègre » devint l’objet de l’exploitation la plus impitoyable, tandis que le Blanc devint la victime du « Nègre », qui se livrait à l’ivresse de ses «droits» nouvellement acquis.
Mais jetons un coup d’œil de plus près à ces «lanceurs de tapis», c’est ainsi qu’on appelait ce troupeau d’agents politiques du Nord.
Il suffit d’en identifier un les «plus éminents» pour comprendre facilement qui forma «l’épine dorsale» de tout le mouvement et qui fut à l’origine de cette terrible confusion et surtout, qui en profita.

Regardons de plus près un certain Franklin Israël Moses, sans aucun doute le «plus marquant» de cette horde maléfique de « dégénérés sans scrupules, adeptes de la plus abjecte cruauté politique», ainsi que les définissent les historiens américains!

Bon orateur, Francklin Israël Moses savait provoquer les applaudissements frénétiques des Noirs qui l’écoutaient ; il propageait une «nouvelle vision de la vie» qui devint vite populaire parmi ces derniers.
Franklin Israël Moses savait ce que les noirs voulaient, ce dont ils avaient envie. Leur liberté devait être «mise en pratique».
La liberté signifiait la libération des Noirs du travail, la libération de tous les concepts moraux et moraux, de la barrière sociale.
«Voudrais-tu t’asseoir à la table avec tes anciens maîtres blancs?», demandait, avec perfidie, Moses aux Noirs. « Oui, » rugissaient-ils à l’unisson. «Voudriez-vous aller au théâtre alors que les dames s’habillent et s’assoient à côté des dames blanches?» demandait à nouveau Moses aux femmes noires.
De nouveau ils rugissaient avec enthousiasme. « Et, Est-ce que vous voulez posséder une femme blanche? » Nouvel levée de jubilation parmi les nègres, complètement ivres.

« Battez à mort vos anciens maîtres! Dépossédez-les de leurs terres! C’est vous les maîtres maintenant. Enlève leurs femmes, elles sont à toi maintenant!
Ainsi et de même, Moïse et ses camarades incitèrent les nègres «libérés».
Pour renforcer sa nouvelle «philosophie», Moïse voyageait avec une ou plusieurs de ses ma^tresses noires, dansait en public seulement avec des femmes noires, et souligna les «avantages» et « l’intérêt» du métissage partout où il le pouvait.
Moses leur criait : «Le sang des noirs est beaucoup plus pur et meilleur que celui des blancs», et les noirs se perdaient en applaudissements.
« L’homme blanc ne peut se sauver de l’anéantissement que s’il mélange son sang avec le sang noble, lourd et pur des Noirs », prêchait le Juif Moïse.
( Das Judentum entdeckt America/page110/La Juiverie découvre l’Amérique.)

Am schlimmsten war der von gewinnsüchtigen Politikern des Nordens erdachte Plan, die politische Übermacht im Süden dadurch zu erringen, daß man die neugeschaffene Negerwahlstimme sicherstellte, um dadurch die Weißen des Südens dem Norden gegenüber politisch völlig gefügig zu machen und zu unterwerfen. Um dieses Ziel zu erreichen, schickte man einen ganzen Schwarm übelster Verbrechertypen als Volksredner und Agita­ toren nach dem Süden, um die Schwarzen „aufzuklären“, zu „organisieren“, um in den Wahlkämpfen selbst auf die verwerflichste Weise die Wahlstimme der Schwarzen zu sichern.

Eine unbeschreibliche Korruption in der Politik setzte daraufhin ein. Die allgemeine Verwahrlosung wuchs ins Ungeheure. Alle sittlichen und moralischen Schranken wurden niedergerissen. Die darauf folgende Hem­ mungslosigkeit stempelte diese für die Südstaaten wohl traurigste Periode ihrer Geschichte zu der „tragischen Aera“. Der Neger wurde das Objekt der skrupellosesten Ausbeutung, während der Weiße wiederum zum Opfer des im Rausche seiner neuerworbenen „Rechte“ schwelgenden Negers wurde.
Aber sehen wir uns diese „Carpetbaggers“, wie dieser Schwarm der politischen Agenten des Nordens bezeichnet wurde, näher an. Wir brauchen eigentlich aus ihnen nur den „prominentesten“ herauszuheben, um mühelos feststellen zu können, wer auch hier das „Rückgrat“ der ganzen Bewegung bildete und wer es war, der erstens diese furchtbare Verwirrung anstiftete und zweitens daraus seinen persönlichen Gewinn zog.
Betrachten wir Mr. Frank Moses, zweifellos der „bedeutendste“ dieser üblen Horde von „Abenteuern, degenerierten Lumpen und Auswurf der radikalen politischen Skrupellosigkeit“, wie amerikanische Historiker sie bezeichnen! Ein guter Redner, der bei den ihm zuhörenden Neger stürmi­ schen Beifall auszulösen wußte, propagierte er eine „neue Lebensanschau­ ung“, die unter den Schwarzen rasch Anklang fand. Frank Moses wußte, was die Schwarzen wollten, wonach sie lechzten. Die Freiheit der Neger mußte „praktisch umgesetzt“ werden. Freiheit bedeutete für den Neger Befreiung von der Arbeit, Befreiung von allen sittlichen und moralischen Begriffen, von der gesellschaftlichen Schranke.
„Möchtet Ih„Möchtet Ihr gerne bei Tisch sitzen mit Euren früheren weißen Herren“, fragte Moses die Neger verschmitzt. „Ja“, brüllten sie im Chor. „Möchtet Ihr ins Theater gehen, wie Damen Euch kleiden und neben den weißen Damen sitzen?“, fragte Moses wieder die Negerinnen. Wieder brüllten sie vor Begeisterung. „Und . . . möchtet Ihr Männer auch endlich einmal eine weiße Frau besitzen?“ Wieder ein Sturm des Jubels unter den halb oder ganz betrunkenen Negern war die Antwort.
„Schlagt Eure früheren Herren tot! Nehmt ihnen ihr Land weg! Ihr seid jetzt die Herren. Nehmt ihnen ihre Frauen weg, sie gehören jetzt Euch!“
So und ähnlich hetzten Moses und seine Genossen die „befreiten“ Neger auf. Um seine neue „Philosophie“ zu bekräftigen, reiste Moses mit einer oder auch mehreren seiner Negermaitressen herum, tanzte öffentlich nur mit Negerinnen und hob, wo er immer nur konnte, die „Vorzüge“ und „Rich­ tigkeit“ der Rassenvermischung hervor.
„Das Blut der Schwarzen ist viel reiner und besser als das der Weißen“, schrie Moses jenen Negern entgegen, die von einem Beifallstaumel in den anderen fielen.
„Der Weiße kann sich vor der Vernichtung nur dann retten, wenn er sein Blut mit dem edlen, schweren, reinen Blut der Schwarzen vermischt“, predigte der Jude Moses.