Archives de Catégorie: Messe traditionnelle

Curé, Laisse les Migrants à François et Occupe toi de tes Ouailles.

Tu commences par te saper en vrai curé, en noir, et pas en bermuda avec des godasses orthopédiques. Si tu es un gradé, t’hésites pas dans la dentelle et les tissus colorés, les bagouzes avec des grosses caillasses et les breloques en jonc.

Ensuite, tu arrêtes de fourguer les tableaux et les statues au brocanteur du coin, tu sors de la cave toutes les vieilles croutes qui foutent les jetons ; si tu as deux ou trois vues de l’Enfer bien craignos, c’est impec’. Tu redores tout ce qui est dédoré. Tu balances ta guitare et tu passes de la musique sacré, des chœurs de moines bien moyenâgeux, de l’orgue bien tempétueux, le truc qui glace le sang des rombières et qui fout les chocottes aux bourgeois.

Et, point CAPITAL, tu fais ta messe en LATIN, vu que traduit c’est de la daube. Puis ton truc, pour que ça marche, il faut que ça ait l’air MAGIQUE et très ancien, un rituel qui est toujours le même depuis toujours, depuis la nuit des temps. Parce que le passé, c’est le couloir du futur, la seule fenêtre sur l’éternité. Et surtout, surtout, que personne n’y capte rien. Regarde Macron : moins tu piges, plus ça monte.

Une fois que tu as fait ce programme de ravalement minimum, passons au dogme : tu arrêtes immédiatement de nous faire chier avec tes Africains, tes pompes à merde pour le Mali, tes dessins d’enfants de la Paroisse et tout ton bazar pour neuneus. Les gens s’en cognent. On est à Landivisiau, pas à Bamako. Les ploucs, tu leur causes d’eux. Tu fais ton taf : les vieilles, tu leur parles de la Mort ; les jeunes, de la Vie ; les autres, tu les engueules. Ceux qui déconnent, tu leur causes du Diable, de l’Enfer et de toutes ces conneries. Les autres, tu les rassures. Tu bénis les poireaux, tu bénis la Mer, tu bénis les moissons : tu bénis tout ce qui bouge. Tout ce qui vagit et tout ce qui chiale. Et tu colles à tout le monde des devoirs du soir sous la forme de Pater et Nestor, histoire de montrer que le représentant du Patron, c’est ta pomme et pas Peppone. Enfin tu fais ton boulot quoi, merde !

Et arrête de te prendre pour un syndicaliste ! Un vieux hippie troué, de retour de Katmandou, ou un évêque à péones ! Je te le redis : on n’est pas à Tegucigalpa, mais à Saint-Flour. Ton cheptel, c’est des Français : relis un peu Balzac et Flaubert, ça te fera du bien. Les Français ont plein de qualités mais aussi plein de défauts. C’est comme ça, et toi t’es là pour corriger le tir. Ils sont individualistes, jouisseurs, flemmards, hédonistes, avares, inconséquents, lâches, idiots et trouillards. Ton taf, c’est de les rendre tout le contraire, ce qu’ils sont aussi.

Et ENFIN – et là mon gars, ça ne plaisante plus, c’est tout juste si ce que je vais te dire n’est pas DIRECT la parole de DIEU lui-même – tu ne déconnes plus avec l’Islam. C’est pas tes potes. C’est pas les potes de tes ouailles. Tu « dialogues » pas, parce que t’as perdu d’avance et tes moutons avec. T’es bien trop niais et crédule, tu fais pas le poids. Tout le troupeau sera becté avant que tu piges dans quoi t’as mis les grolles.

Œcuménisme tolérance zéro. On cause pas à la concurrence, on arrose d’eau bénite, point final. Tu es tout juste autorisé à être poli avec les Orthodoxes, et froid avec les Calvinistes et autres Anglicans. Le reste – tout le reste – tu l’exorcises direct. Tu menaces d’excommunier tous ceux qui s’en approchent, et tu convertis tous ceux qui viennent vers toi. Et puis apprends un peu à te faire respecter : le chef c’est toi ! Les autres ont tort. Hors du chemin que tu montres, c’est bourré de loups-garous.

En résumé : tu bosses à l’ancienne, bicoze ça marchait du tonnerre de Dieu et que ta nouvelle cuisine, ben, c’est la faillite.

Donc faut revenir au menu d’avant, sinon tu vas fermer, et y’aura un kebab. »

Site Jeune Nation
02 avril, 2019
Société

FAITES L’ESSAI DE LA VRAIE MESSE TRADITIONNELLE, par Laurent Glauzy

En une génération de la nouvelle messe, notre pays, pourtant fille aînée de l’Eglise depuis le baptême de Clovis, a perdu la foi.

Pourquoi ? Parce que la nouvelle messe est une fausse messe et les prêtres modernistes ne sont pas de vrais prêtres car les sacrements sont faux et invalides.

Faites donc l’essai de la nouvelle messe. Combien ai-je entendu de personnes dire, « ah, si j’avais su, si j’avais connu plus tôt ce trésor qu’est la messe traditionnelle ! »

Par temps pluvieux, une personne a cherché refuge, sans le savoir, à l’entrée d’une église où la messe traditionnelle était en cours. Entendant du bruit, il ouvre la porte, et il est tout à coup saisi par la beauté de la messe. Il se convertira.

N’attendez donc pas, et fréquentez la messe traditionnelle, ayez une vie spirituelle soignée et régulière. Nous ne sommes pas des animaux, mais des hommes. Notre vraie dimension est surnaturelle.

Ainsi, voyons-nous des jeunes personnes de vingt ans, changer radicalement de vie, car ils tombent amoureux de la messe traditionnelle.

LA GRANDE MESSE TRADITIONNELLE DE SAINT NICOLAS DU CHARDONNET A PARIS :

Tapez le nom de votre ville et « messe traditionnelle ».

La messe traditionnelle est belle car elle est un trésor de Notre Seigneur.

La messe, un don du Ciel, par L. Glauzy

La messe est un don du Ciel, où les saints disent qu’une armée d’anges descend du ciel pour entourer le prêtre et dispenser les fidèles de leurs grâces.

La beauté de la messe et les saints Sacrements de l’Eglise catholique sont les seuls moyens de sanctification pour parvenir après notre mort à l’état de contemplation béatifique.

Il n’est donc pas un hasard si les autres sectes n’ont pas cette beauté, et témoignent d’un grand vide, car elles ne sont pas de Dieu. Dans cette logique, les miracles n’existent que dans l’Eglise.

Les Catholiques doivent donc être fiers de leur religion. Il est donc un devoir d’y assister chaque dimanche. La règle veut que l’on y assiste à 1 heure de route maximum. Autrement, il faut sanctifier son dimanche qui consiste chez soi, dans une église à prier le temps d’une messe. Ne pas le faire est péché mortel.

Dieu gâte ainsi ceux qui l’aiment. On dit qu’Adam et Eve étaient d’une beauté extraordinaire; inversement l’homme de Néanderthal descendant de la lignée maudite de Caïn, était laid. Cette vérité est encore vraie. Observez le visage et les attitudes d’un catholique de la tradition et comparez avec l’adepte d’une secte non catholique. Il en est de même sur le thème des inventions…. Rien n’est le fait du hasard !

Ne pouvant justifier leur croyance, par l’existence des saints et des miracles, les autres sectes tentent d’exposer que leur foi, dans des efforts parlementaires (une profusion de paroles vaines), est un havre de tolérance, dans un délire de réécriture de l’histoire et d’exploitation d’écrivains maçonniques certainement damnés. Les saints qui donc ont opéré des miracles, ont toujours décrit comme des erreurs menant en enfer les croyances étrangères à l’Église traditionnelle, les condamnant même fortement. La foi, nous l’aurons compris, n’est pas une question de tolérance, mais d’éternité de l’âme.

Le catholique est donc par sa foi, par la messe, par la grâce et sa beauté, un privilégier de Dieu.

 

religieuse

 

 

LE PREMIER ACTE DE RESISTANCE EST LA MESSE. POURQUOI ? Par Laurent Glauzy

Le caractère satanique de la révolution fut dénoncé par Pie IX en 1849 : « La révolution est inspirée par Satan lui-même, son but est de détruire de fond en comble l’édifice du christianisme et de reconstruire sur ses ruines l’ordre social du paganisme ».
La déclaration des droits de l’homme de 1789 est en effet inspirée par Satan lui-même. Non content d’avoir fomenté une révolte parmi les anges, Lucifer veut encore entraîner le plus possible d’hommes à sa suite. C’est pourquoi, par l’intermédiaire de sa synagogue, la franc-maçonnerie, il fait miroiter aux yeux du peuple une liberté et une égalité chimériques, laisse les gouvernements déboussolés en pervertissant la notion de « bien commun », fait oublier tous les devoirs envers Dieu, soi-même et les autres au profit de « droits » fort pernicieux, favorise la propagation de toutes les religions possibles et imaginables, pourvu que ce ne soit pas celle de l’unique Sauveur, permet d’imprimer tout ce que peut suggérer l’imagination la plus déréglée. Tout cela obéit à un plan méthodique : damner le plus grand nombre possible d’âmes.
La messe est la seule réponse à apporter à l’ordre satanique que constitue la révolution. La messe est une communion avec le monde de l’invisible en présence et constitué par une armée d’anges dispensant alors leurs grâces. Nous sommes en présence du Christ et d’une ouverture céleste.

Je reste alors convaincu qu’une population qui pour 5% de sa partie assisterait de manière assidue à la messe et se sanctifiant avec les sacrements pourrait faire basculer cet ordre satanique qu’est la république. Rien ne sert par conséquent à faire de la politique comme s’y exerce à présent Alain Escada en s’entourant de gens plus que douteux et complètement inutiles voire nuisibles à la vraie résistance, à l’instar de Le Pen, Lang et consort. Il faut amener dans les églises de la Tradition et non dans des urnes qui dénaturent la force du surnaturel. Plus l’on vote, plus l’on muselle la vérité par le Christ et Marie. Voilà ce que fait le brave Escada. A moins qu’il ne soit tenu par le système et qu’il soit lui aussi un cheval de Troie.

Je vous propose ci dessous une messe traditionnelle qui vous fera comprendre que nous avons besoin de Dieu seul et d’un Roi adoubé par le Ciel, et de rien d’autres.

 « Le député maçon a deux mandats : celui qu’il tient de ses électeurs, qui ne compte pas, qui est le mandat pour rire, le mandat qu’on peut violer impunément, tant que l’on veut ; et celui qu’il tient de ses frères, qui est le mandat impératif et sacré. » (Édouard Drumont)

Messe filmée au Séminaire International Saint Curé d’Ars – Flavigny-sur-Ozerain – France