Spirago, un allemand de l’école antilibérale, par Laurent Glauzy

Les Pères de l’école anti-libérale, quelque décennies avant que le trésor et le sens du sacré de l’Église ne soient pillés par l’église talmudo-maçonne, présentaient et expliquaient avec des mots simples et beaucoup de profondeur cette église, mère et épouse du catholique, vraie religion des miracles et de recueillement.

L’Abbé Franz Spirago, allemand des Sudètes, appartenait à ces prêtres d’envergure. Et c’est avec une certaine fierté que j’ai contribué à le faire connaître en France, en traduisant son livre « Der Antichrist », sous le titre L’ANTECHRIST ET LES JUIFS.

Voilà ce que ce Docteur en Théologie écrivait dans les années 1910. Les idiots modernistes sont très loin de cette profondeur et de ce sacré. Normal ! On ne peut pas blasphémer et prétendre être guidé par l’esprit saint, car c’est ce qu’a fait l’église moderne en élevant le naturel et en abaissant de fait le surnaturel. Or, comme le précise Chesterton, l’homme est surnaturel. S’il manque cette étape, il manquera le naturel.

Je vous laisse apprécier l’Abbé Spirago dans cette magnifique phrase, en allemand (et traduite ci-dessous), une langue montrant tout son raffinement et sa supériorité comparée. Ah si l’Europe avait parlé allemand, que d’intelligences s’en seraient trouvées éclairées. C’est grandiose :

Dem Heiland wurden die Hände mit Nägeln durchschlagen; die ersten Menschen hatten nämlich ihre Hände nach der verbotenen Fruchtausgestreckt. Auch die Füsse wurden dem Heiland durchbohrt; den die Stammeleltern waren zum verbotenen Baume hingegangen. Adam und Eva assen von der am Baume hängenden Frucht; dafür wurde der Heiland an einen Baumstamm geschlagen.

On a perforé avec des clous les mains de Notre Sauveur, puisque les premiers hommes avaient lancé leurs mains vers le fruit interdit.  De même furent perforés les pieds du Sauveur, puisque nos premiers parents s’étaient rendus à l’arbre interdit. Adam et Eve mangèrent du fruit suspendu à l’arbre, et ainsi notre Sauveur fut attaché au tronc de l’arbre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s