Les Musulmans de France # La Droite la plus Bête du Monde.

Tandis que « la Droite » la plus Bête du Monde se jette dans les bras du Sionisme International pour être, selon elle, « Protégée » de « L’ISLAM RADICAL » !!!, voilà la Réflexion que livre un Musulman, Issa Hamad :

 

Gilets Jaunes : On les rejoint ou pas ? 2

Gilets Jaunes colère populaire

Depuis deux mois maintenant la France est aux prises avec un grand mouvement social, une expression inédite d’une profonde colère populaire, le mouvement dit des « Gilets Jaunes ».Ce mouvement est inédit car il n’est pas structuré, il n’a pas de leaders, de représentants officiels ni de structures classiques d’ordre politique ou syndical. Il semble être un mouvement spontané, populaire, autogéré et s’appuyant autant sur les liens sociaux immédiats (familles, amis, collègues, voisinage, etc.) que sur les réseaux sociaux virtuels tels que Facebook ou Twitter.Ce mouvement a débuté avec des manifestations et blocages massifs le samedi 17 novembre 2018 pour exprimer le ras-le-bol des classes laborieuses – pour utiliser un vocable de prof communiste frisé à lunettes – envers la hausse continuelle des taxes sur les carburants finissant de détériorer un pouvoir d’achat qu’une majorité de Français n’ont cessé de voir s’affaisser ces vingt dernières années.

Partant de là, les Gilets Jaunes ont commencé à contester l’ensemble du racket fiscal que l’État effectue sur les classes populaires françaises, puis à exprimer une colère plus profonde englobant également l’abandon par l’État des territoires ruraux, le recul continuel des services publics, l’invasion migratoire, et puis aussi tout le mépris de classe à leur égard, affiché de plus en plus ouvertement par les élites dirigeantes (politiques, économiques et médiatiques), superbement incarnée par le style du président Macron qui ne cesse d’humilier le peuple et notamment dans ses couches les moins favorisées.

Les Gilets Jaunes sont essentiellement donc des Français qui souffrent financièrement mais aussi symboliquement, à qui on réclame sans cesse des efforts sans qu’ils n’en voient jamais les fruits, qui perçoivent de plus en plus clairement qu’ils sont les laissés pour compte de la mondialisation, de la révolution du numérique, bref, des blancs enracinés écrasés économiquement et moqués par les élites parisiennes.

Toute cette colère a donc explosé dans des scènes d’émeutes urbaines à Paris en décembre 2018, et dans plusieurs grandes villes de province (Nantes, Bordeaux, etc.).

Dans un premier temps, le pouvoir a fermement réprimé le mouvement, puis devant la détermination des Gilets Jaunes, il a décidé de faire quelques gestes se voulant des concessions avec cette annonce de Macron concernant la hausse du SMIC. Le pouvoir pensait qu’avec la répression puis ces discours et annonces d’apaisement et enfin avec les fêtes de fin d’années, le mouvement allait s’essouffler et les Gilets Jaunes rentreraient sagement reprendre leur besogne.

Mais voilà-t-il pas que le mouvement reprend de plus belle dès le premier samedi de janvier 2019, en montrant ainsi que les Français restaient déterminés à aller jusqu’au bout !

Le pouvoir républicain se déchaine alors : les forces policières du régime se met à gazer et à matraquer à tout va, et à tirer au flash-ball en direction de la tête, pour briser le mouvement des Gilets Jaunes par une grande violence.

  

Parallèlement à cette violence policière abjecte, les médias, BFM tv et Cnews en tête, à la solde du pouvoir et aux mains crochues des êtres de lumière qui nous gouvernent, tirent également à boulets rouges sur les Gilets Jaunes en déversant sur eux insultes et crachats incessants. Ils les traitent de fachos, de beaufs, de haineux, d’imbéciles, de dangers pour la République (ce qui est un compliment) voire, insulte suprême dans notre République talmudique, d’ « antisémites » !

Le grand avantage de cette violence médiatique envers les Gilets Jaunes c’est qu’elle permet à beaucoup de se rendre compte à quel point le régime qui les asservit et la communauté de lumière qui les insulte forment une seule entité.

Les Gilets Jaunes sont devenue une force populaire anti-Système et ils voient qui chapeaute le Système…

Cependant, dans cette épopée naissante que je vous décris, vous observerez qu’il y a un grand absent. Nous !

Et oui, nous les zarabes de banlieue, les « rebeux » de cité, les basanés des HLM, nous les maghrébins quoi ! Où sommes-nous ? Comme au moment de la manif pour tous contre le mariage homosexuel, nous brillons par notre absence. Nous avons laissé les Gilets Jaunes être très blancs.

Pourquoi ? Difficile à dire exactement. Peut-être un manque de culture de lutte sociale, un certain fatalisme, une certaine docilité vis-à-vis du Système, la crainte d’être une fois de plus transformés en bouc émissaire, une propension à la discrétion, le signe également d’un fossé entre la France des banlieues et la France des campagnes.

Bref, nous restons pour le moment dans notre coin. Mais est-ce un bon calcul ? Dans notre intérêt communautaire bien compris, est-ce un choix judicieux ?

Pour ma part, je pense que nous n’avons pas grand-chose à perdre à sortir de notre léthargie et à enfiler nous aussi notre gilet jaune.

En effet, la République nous écrase déjà pas mal. Depuis vingt ans elle ne cesse de nous piétiner (lois sur le voile, entretien d’un climat islamophobe, répression judiciaire, etc.), de nous écraser, de nous humilier en nous imposant un islam castré, sous tutelle, et entièrement soumis à son idéologie. La République Charlie s’emploie activement à dénaturer notre religion, pervertir nos femmes et nos enfants, à nous empoisonner avec le féminisme et le métissage. Elle phagocyte notre communauté en voulant nous cantonner aux trafics et à l’assistanat. Bref, nous sommes déjà bien écrasés, et à ce stade, je ne vois pas comment on pourrait se sentir protégés par elle.

Mais ne nous y trompons pas mes chers frères. Si la République nous effraie en agitant le spectre du grand méchant loup de l’extrême droite qui voudrait nous expulser massivement de France et contre lesquels elle nous protégeraient si généreusement, ce n’est bien évidemment qu’une simple manipulation de sa part pour nous maintenir sous sa coupe et pour nous forcer à accepter de vivre soumis et résignés. En réalité, elle nous lâchera le moment venu, comme elle a toujours lâché tous ceux à qui elle avait promis protection.

Et si nous prenions le contre-pied de ce qui est attendu de nous ? Si, contre toute attente nous allions tendre la main à ces méchants blancs nationalistes ? Oui ces Français de souche fachos et haineux, qui rêvent de nous faire bouffer du saucisson de force avant de nous jeter à la mer…

Bien entendu, il y a natio et natio. Contrairement au bon chasseur des inconnus, les deux natios sont faciles à distinguer : la question juive. Le natio qui a compris le juif fait partie de la droite nationaliste authentique et traditionnelle. C’est le camp Soral, Ryssen, Bourbon, Benedetti, Gabriac, Escada, Livernette, etc. Et puis les autres, ceux qui ont changé leur fusil d’épaule il y a quelques années et qui savent qu’il ne faut surtout pas toucher au patron à kippa et se contenter uniquement de taper sur les arabes et les noirs. C’est ce qu’on appelle la ligne national-sioniste et elle est incarnée par Conversano, Merkado, Abauzit, Le Gallou, Camus, Faye, et surtout du Front National de Marine Le Pen.

Il ne s’agit donc pas d’aller tendre la main au blanc natio casher, mais à celui de la première catégorie, qui se bat pour sa terre et sa tradition, ce qui est en soi respectable, et qui a compris que l’ennemi mortel, le responsable premier de la décadence de la France et de l’Europe n’est pas Rachid ou Farid, mais plutôt Jonathan et Samuel.

Le mouvement nationaliste traditionnel est essentiellement composé d’hommes de qualité, cultivés, respectueux et bien plus ouverts au dialogue qu’on ne le pense.

Si donc on faisait le pari d’aller leur parler, de leur proposer une sorte de partenariat stratégique en vue de déstabiliser ensemble cette maudite République qui nous mène tous au malheur ?

On pourrait par ce geste spectaculaire réduire à néant l’œuvre politique et culturelle de la République qui nous a monté, nous ses ennemis, les uns contre les autres, en lui donnant ainsi une gifle monumentale. Par la même occasion cela pourrait déconstruire les préjugés des deux côtés, musulman maghrébin comme blanc natio, en montrant à ces derniers que nous ne sommes pas contre eux, mais contre la République. Enfin, cela pourrait nous donner un atout majeur dans le cadre de futures négociations, quand le régime aura chuté (on a le droit de rêver !).

Une chose est sûre, notre ralliement aux Gilets Jaunes serait décisif et pourrait constituer l’élément majeur qui pourrait tout faire basculer. En effet, les manifestations des Gilets Jaunes mobilisent du côté du pouvoir le déploiement de 80 000 policiers et gendarmes chaque samedi depuis deux mois. C’est énorme ! Presque la totalité des effectifs. Cela implique deux choses : les forces du désordre républicain sont épuisées (on note déjà plusieurs suicides, sans compter les blessés, les arrêts maladie, etc.) et les banlieues sont désertées les samedis. Si nous décidons de nous joindre massivement le mouvement de contestation, cela ouvrirait un second front que le pouvoir ne pourrait absolument pas gérer. On pourrait ainsi prendre l’ennemi en tenaille, et faire basculer les choses !

C’est donc beaucoup sur nos épaules que repose la responsabilité d’une intervention décisive pour l’évolution des évènements.

Cela nous permettrait en outre de donner du poids à l’aile anti-sionniste de l’extrême droite française au détriment de l’aile sioniste, assez attentiste et effacée dans cette révolte. En intervenant à leurs côtés, beaucoup de blancs natios verraient que nous sommes solidaires de leur combat et que nous faisons donc partie de la solution et non uniquement du problème. Ils pourraient ainsi gagner en vigueur et en masse et reprendraient le dessus sur l’aile sioniste de leur camps.

Enfin, si nous ouvrons ce deuxième front et que cela précipite la chute du régime, cela nous permettrait de nous faire valoir de notre soutien si précieux et décisif pour négocier dans de bonnes conditions notre survie communautaire. On pourra se prévaloir de notre action pour montrer que nous n’étions pas aux côtés de la République mais du peuple français, et qu’à ce titre il serait légitime d’obtenir en retour le droit fondamental à vivre selon notre religion et ses règles, dans un cadre aménagé et dans un esprit de respect mutuel.

Voilà donc selon moi les raisons qui font qu’il me semble judicieux de nouer des liens avec les nationalistes français de souche et de prendre position en faveur de leur révolte.

Le musulman est un homme actif, en prise avec son temps. Nous avons peu de cartes en main, mais nous devons faire avec celles qu’on a. L’immobilisme sera assimilé à une soumission au pouvoir. Un pouvoir qui ne nous récompensera pas. Tout ce qui peut faire reculer l’injustice et déstabiliser le régime hideux qui nous écrase est positif. C’est ce qu’avait compris en son temps El Hadj Amine El-Husseini. C’est à l’ombre de son exemple que je vous propose cette réflexion.

https://www.issahamad.net/gilets-jaunes-on-les-rejoint-ou-pas/#tc-comment-title

*****************************************************************************

C’est ce que j’appelle : « Une Réflexion de Main de Maître », une Réflexion que Jamais les Droitards républicains qui gesticulent « dans nos milieux »  seront capables d’écrire et encore moins d’envisager tellement ils sont soumis à ceux qui les détruisent et les détruiront, pan par pan.

Issa à sa chaîne You Tube également et à réaliser dernièrement, le 06/11/2018 un entretien avec Johan Livernette :

 

 

 

Notre ennemi, en plus du pouvoir républicain de Gauche en place depuis la révolution, est bien cette « droite » absolument républicaine, qui dit à qui veut l’entendre, que l’Ennemi c’est l’Islam et jette les Musulmans en pâture tous les jours sans qu’ils aient à faire ou à dire quoi que ce soit.

Je ne vous ferai pas l’offense de mettre ici les Tonnes de Régurgités que cette droite républicaine dite « Française » publie tous les jours.

Un exemple quand même :

Goldnadel.png

HCE, CNDP, Observatoire de la laïcité… : «Arrêtons de subventionner tous ces ‘’machins‘’ donneurs de leçons»

HCE, CNDP, Observatoire de la laïcité... : «Arrêtons de subventionner tous ces ‘'machins‘' donneurs de leçons»

 

FIGAROVOX/CHRONIQUE – Pour Gilles-William Goldnadel, il devient urgent de débattre du gaspillage d’argent public servant à financer des associations ou des institutions étatiques qui diffusent une vision du monde ne servant pas l’intérêt général, et idéologiquement orientés.


Gilles-William Goldnadel est avocat et essayiste. Toutes les semaines, il décrypte l’actualité pour FigaroVox. Son dernier ouvrage, Névroses Médiatiques. Le monde est devenu une foule, vient de paraître chez Plon.


À l’heure des redditions de comptes publics et de la traque de la gabegie d’État, il est peut-être temps de grandement débattre de l’intérêt de subventionner des institutions étatiques, gouvernementales ou des associations militantes dont l’utilité ne saute pas aux yeux quand elles ne sont pas grandement nocives.

Toutes ont en commun de véhiculer peu ou prou la même idéologie qui, sous le masque de la modernité et de la générosité, contribue puissamment à restreindre notre liberté de penser et d’exprimer.

C’est ainsi que dans son premier rapport sur le sexisme en France, le Haut Conseil à l’Égalité entre les hommes et les femmes a cru bon de devoir passer au crible l’humour dans les matinales des radios et sur Internet. Selon lui, celui de Laurent Guerra sur RTL ou de Nicolas Canteloup sur Europe 1 aurait le sexisme pour principal ressort comique.

À suivre l’étrange logique des très hauts conseillers, les rubriques humoristiques tenues par des dames, et notamment de féministes comme Sofia Aram seraient exclusives de tout sexisme.

À suivre l’étrange logique des très hauts conseillers, les rubriques humoristiques tenues par des dames seraient exclusives de tout sexisme.

On avait pourtant constaté que Mesdames Boutin, Morano et Le Pen n’étaient pas les dernières moquées ès qualités. Pourtant, pour le Haut Conseil à l’égalité, pas trop égalitaire, seuls les hommes pourraient être sexistes…

Ainsi, le Conseil déplore-t-il les plaisanteries émises par les hommes sur le physique d’Angela Merkel qui seraient forcément d’origine sexiste.

On chercherait vainement dans la même catégorie du sexisme allégué, les gausseries, innombrables, à l’égard du physique d’un certain président des États-Unis, qui pour la couleur orangée de ses cheveux, qui pour la forme et la taille de son appendice sexuel, tel que décrit ironiquement par une ancienne actrice pornographique pour la plus grande joie de ses contempteurs médiatiques.

Avec sagacité, l’AFP note toutefois que l’enquête du Haut conseil n’a pas pris en compte une chronique de Daniel Morin sur France Inter le 27 septembre dernier «particulièrement dégradante pour la journaliste de Valeurs Actuelles, Charlotte D’Ornellas» dans laquelle l’humoriste croit devoir confesser: «les p’tites cathos d’extrême droite ça m’excite». Sans vouloir défendre le Conseil – il est des causes trop délicates même pour un avocat de bonne volonté – il serait sans doute plus juste de considérer le chroniqueur précité de la radio de service public comme davantage prévenu contre les catholiques et la droite que contre ce sexe que l’on disait beau quand on avait encore le droit de le complimenter.

De manière plus générale, et si l’on suit l’étrange logique du Haut conseil, toute plaisanterie, fine ou grasse, toute blague, légère ou lourde, gentille ou méchante, s’appuyant sur un stéréotype – ce qui est le ressort de la plupart de celles ci -est sexiste, raciste, antisémite sans évoquer les gros, les maigres et les durs d’oreille qu’on ne saurait plus plaisanter sans être dénoncé.

Le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes est une mauvaise blague.

L’Observatoire de la laïcité, présidé par Jean-Louis Bianco, cacique parmi les caciques du socialisme et Nicolas Cadène, son rapporteur général à lui très attaché ne manquent pas non plus d’humour involontaire.

Le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes est une mauvaise blague.

On se souvient peut-être que Monsieur Bianco s’était illustré en 2016 en admonestant avec sévérité Élisabeth Badinter pour avoir osé regretter «qu’on ferme le bec de toute discussion sur l’Islam en brandissant l’anathème islamophobe». Cette fois, «l’Observatoire», cette vigie vigilante frappée d’aveuglement dès lors qu’il s’agit d’Islam, au rebours très exact des devoirs de sa charge, a cru devoir proposer que les signes religieux ostensibles ne devraient pas être proscrits lors du Service national universel…

Fort heureusement, Jean-Michel Blanquer a saisi prestement le Conseil des sages de la laïcité, institution autrement plus responsable créée par lui en janvier 2018 et dont il a confié la présidence à la combien plus avisée Dominique Schnapper.

Alors qu’en ces temps citoyens, si durs notamment à Madame Jouanneau, l’auteur de cet article s’inquiétait publiquement de la dotation accordée à cet étrange Observatoire dont la clairvoyance ne l’aveuglait pas, Nicolas Cadène lui faisait remarquer, avec cette hauteur propre aux hauts fonctionnaires outragés, qu’il s’agissait de «la Commission auprès du Premier ministre la plus active et la plus économe» avec un budget annuel moyen de 64 800 €. Mais comme le remarquait avec espièglerie Judith Waintraub dans le Figaro Magazine de cette semaine, aucune évaluation de son coût réel pour les dépenses publiques n’est possible: il est hébergé rue de Grenelle par Matignon et ses frais les plus lourds, notamment les quatre salaires et la production à la demande d’une multitude de «Guides de la laïcité», sont financés tout ou partie sur d’autre budget de l’État. Voilà qui est fort commode mais que M. Cadène avait omis d’observer.

Ceci posé, dans l’hypothèse même où l’Observatoire et ses observateurs travailleraient pour la gloire, il n’est pas excessif de se demander si ce ne serait pas encore trop cher.

J’ignore la dotation budgétaire accorder à la Commission consultative des Droits de l’Homme, en lien avec les services gouvernementaux. En tout état de cause celle-ci a décidé en décembre 2018 d’accorder un prix à une organisation Al Haq dont le responsable est lié au FPLP – organisation considérée comme terroriste par les États-Unis et l’Europe et dont le dernier exploit est d’avoir assassiné des juifs en prière dans une synagogue d’Israël. Alertée in extremis, la ministre de la Justice n’a pas cru devoir honorer de sa présence la cérémonie qui récompensait l’organisation récipiendaire.

Un esprit même imaginatif s’épuiserait à comprendre la contribution aux droits de l’Homme de cette commission dont on pourrait faire l’économie de ses consultations.

Enfin, et dans un registre voisin, s’agissant d’une association cette fois de droit privé, on comprend difficilement la subvention accordée par le Conseil municipal de Paris à la Fasti , une association très proche des valeurs négatives des Indigènes de la République.

Ces idéologies bêtifiantes, qui auront contribué à faire tant de mal-être, ont encore, à coups de contributions, de beaux jours devant elle.

On doit à Pierre Liscia, élu de Paris, l’interpellation du Conseil au sujet de cette subvention de 3000 € accordée à une organisation dorlotée par les communistes et les Insoumis qui avait trouvé le moyen après les attentats de janvier 2015 de refuser clairement «l’appel à l’unité nationale, la glorification des forces de l’ordre dominant-policiers et militaires-n’ayant qu’un seul but: légitimer les politiques néocolonialistes et capitalistes qui sont la cause même de ces violences» pour faire bonne mesure l’association subventionnée aujourd’hui par la ville de Paris précisait que le terrorisme qui frappait le Bataclan et l’Hyper kacher était la conséquence «des politiques internationales menées par les pays occidentaux, la conséquence de la politique économique et sociale de la politique de la France qui paupérise toujours davantage les quartiers populaires dans le cadre d’un discours médiatique stigmatisant».

Le plus consternant est que cette association si complaisante envers l’islamisme radical touche encore 120 000 € du Commissariat Général à l’Égalité des territoires, 65 000 € de la direction de l’accueil de l’accompagnement des étrangers et 25 900 € du fonds FDVA…

On peut mesurer l’affaissement moral et psychologique de la République, de l’État et de la nation à l’aune de la capacité de ces institutions d’obtenir et d’influencer.

Ces idéologies bêtifiantes, qui auront contribué à faire tant de mal-être, ont encore, à coups de contributions, de beaux jours devant elle. Et nous de bien mauvais.

 

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2019/01/21/31001-20190121ARTFIG00125-hce-cndp-observatoire-de-la-laicite-arretons-de-subventionner-tous-ces-8216-machins8216-donneurs-de-lecons.php#fig-comments

*********************************************************************************

Cela ne s’invente pas !

Heureusement que de plus en plus de Français se réveillent et prennent conscience que ce n’est pas l’Islam et les Musulmans qui manipulent les Médias et que ce n’est pas l’Islam et les Musulmans qui dirigent la France.

texte

« Livernette et Hamad incarnent le pire cauchemard de la Synagogue de Satan. Deux individus qui sont fermes et inébranlables dans leur Foi respective sans pour autant jouer le jeu du Choc des Civilisations au profit de la Synagogue. »

TOUT EST DIT.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s