Une étude finlandaise ne révèle « pratiquement aucune » preuve d’un changement climatique provoqué par l’homme

Finnish study finds ‘practically no’ evidence for man-made climate change (traduction français ci après)

A new study conducted by a Finnish research team has found little evidence to support the idea of man-made climate change. The results of the study were soon corroborated by researchers in Japan.

In a paper published late last month, entitled ‘No experimental evidence for the significant anthropogenic climate change’, a team of scientists at Turku University in Finland determined that current climate models fail to take into account the effects of cloud coverage on global temperatures, causing them to overestimate the impact of human-generated greenhouse gasses.

Models used by official bodies such as the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) “cannot compute correctly the natural component included in the observed global temperature,” the study said, adding that “a strong negative feedback of the clouds is missing” in the models.

Adjusting for the cloud coverage factor and accounting for greenhouse gas emissions, the researchers found that mankind is simply not having much of an effect on the Earth’s temperature.

If we pay attention to the fact that only a small part of the increased CO2 concentration is anthropogenic, we have to recognize that the anthropogenic climate change does not exist in practice.

The study’s authors make a hard distinction between the type of model favored by climate scientists at the IPCC and genuine evidence, stating “We do not consider computational results as experimental evidence,” noting that the models often yield contradictory conclusions.


The results sharply cut against claims put forward by many environmentalists, including US lawmakers such as Alexandria Ocasio-Cortez, who argue not only that climate change is an immediate threat to the planet, but that it is largely a man-made phenomenon. Ocasio-Cortez, better known as ‘AOC’, has proposed a ‘Green New Deal’ to address the supposedly dire threat.
Given the evidence presented in the study, the Finnish team rounded out the paper by concluding “we have practically no anthropogenic climate change,” adding that “the low clouds control mainly the global temperature.”

Japanese researchers at the University of Kobe arrived at similar results as the Turku team, finding in a paper published in early July that cloud coverage may create an “umbrella effect” that could alter temperatures in ways not captured by current modeling

Une étude finlandaise ne révèle « pratiquement aucune » preuve d’un changement climatique provoqué par l’homme

 

Une nouvelle étude menée par une équipe de recherche finlandaise a trouvé peu de preuves pour soutenir l’idée d’un changement climatique provoqué par l’homme. Les résultats de l’étude ont rapidement été corroborés par des chercheurs au Japon.

Dans une communication publiée le mois dernier, intitulée « Aucune preuve expérimentale d’un changement climatique anthropique significatif », une équipe de scientifiques de l’université de Turku en Finlande a déterminé que les modèles climatiques actuels ne prennent pas en compte les effets de la couverture nuageuse, qui causerait une surestimation l’impact des gaz à effet de serre générés par l’homme.

Les modèles utilisés par les organismes officiels tels que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’ évolution du climat (GIEC) « ne peut pas calculer correctement le composant naturel inclus dans la température globale observée », selon l’étude, ajoutant que « une forte réaction négative des nuages est manquant » dans les modèles.

En tenant compte du facteur de couverture nuageuse et en tenant compte des émissions de gaz à effet de serre, les chercheurs ont découvert que l’humanité n’avait tout simplement pas beaucoup d’effet sur la température de la Terre.

Si nous tenons compte du fait que seule une petite partie de l’augmentation de la concentration de CO2 est anthropique, nous devons reconnaître que le changement climatique anthropique n’existe pas dans la pratique.

Les auteurs de l’étude font une distinction difficile entre le type de modèle privilégié par les climatologues au GIEC et les preuves réelles, en déclarant: «Nous ne considérons pas les résultats informatiques comme des preuves expérimentales», notant que les modèles donnent souvent des conclusions contradictoires.

Les résultats vont à l’encontre des affirmations de nombreux environnementalistes, y compris des législateurs américains comme Alexandria Ocasio-Cortez, qui affirment que le changement climatique constitue une menace immédiate pour la planète, mais qu’il s’agit en grande partie d’un phénomène créé par l’homme. Ocasio-Cortez, mieux connu sous le nom d ‘ »AOC », a proposé un « Green New Deal » pour s’attaquer à la menace supposément terrible. Compte tenu des preuves présentées dans l’étude, l’équipe finlandaise a complété le document en concluant qu ’ « il n’y a pratiquement pas de changement climatique anthropique », ajoutant que « les nuages ​​bas contrôlent principalement la température mondiale».

Des chercheurs japonais de l’Université de Kobe sont arrivés à des résultats similaires à ceux de l’équipe de Turku. Ils ont découvert dans un article publié début juillet que la couverture nuageuse pouvait créer un «effet parapluie» qui pourrait modifier les températures d’une manière non prise en compte par la modélisation actuelle.

Source

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s