« L’Humanisme est incompatible avec la tradition chrétienne.

« L’Humanisme est incompatible avec la tradition chrétienne.

En tant que traditionaliste chrétien, nous sommes anti-Humaniste évidemment, parce que l’Humanisme ne respecte pas la Parole de Dieu, telle que nous la connaissons depuis la Genèse.
La Genèse est la première Révélation de Dieu et elle le concerne Lui-même. Dieu se montre comme un Être surnaturel qui est le Créateur de l’Univers (qu’Il crée à partir de « rien », et donc l’Être de l’univers n’est pas l’Être de Dieu…)
Puis, Dieu crée l’homme et lui donne un rôle privilégié au centre de la Création, mais en fixant une limite, un seuil infranchissable, le « fruit défendu », la connaissance du Bien et du Mal. « Mange ce fruit et tu seras un dieu », dit le serpent ; si tu manges le fruit, ce sera la « chute », prévient le Créateur.
Peu importe que l’on croie ou non en la Genèse, telle est la parole du Dieu de la Bible, qui est respectée par une seule religion, le christianisme, qui est la seule à perpétuer l’ontologie de la Genèse.

Si l’on suit la Genèse, l’homme n’acquiert pas sa connaissance contre la volonté de Dieu. L’homme est la plus belle créature de Dieu, mais, en tant que créature, il ne peut pas être l’égal du Créateur.
Or l’Humanisme est une véritable « religion » de l’homme; il ramène tout à la mesure de l’Homme qui est pris comme une fin en lui-même à la place de Dieu.
Plus encore, l’Humanisme est un acte de foi –si l’on peut dire – en une nature humaine qui est présumée bonne, par opposition à un Dieu qui est accusé d’être la source du mal.
La croyance en la bonté naturelle de l’homme – pleine d’avenir puisqu’elle est à l’origine de l’ère démocratique – n’a pas de fondement rationnel, car rien n’établit que la nature humaine soit bonne, mais est à notre avis un a priori qui résulte de la seule volonté d’inversion des valeurs chrétiennes.
L’orthodoxie chrétienne explique le mal en l’homme par le péché originel et dit que Dieu incarne le Fils pour la Rédemption, l’Humanisme prétend le contraire de l’orthodoxie chrétienne. La démarche eschatologique est inversée. Ce n’est plus Dieu qui offre la Rédemption à l’homme, mais l’Homme qui se substitue à un Dieu qui est considéré comme mauvais. »

Alain Pascal, La Renaissance, cette imposture

4 Commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s