Archives mensuelles : janvier 2018

Italie : des pédophiles ont sévi pendant de longues années dans une coopérative agricole

En Italie, un millier d’enfants victimes en l’espace de 40 ans, dans une coopérative agricole transformée en secte. Le gourou vient d’être condamné à 15 ans et 10 mois fermes..

Outre des abus sexuels et des maltraitances graves, les enfants étaient obligés de travailler, parfois dès 8 ans.

Les enfants étaient des proies, tout le monde était incité à avoir des relations sexuelles, hétéro et homos.

Les enfants étaient confiés à plusieurs parents adoptifs successifs.

Les faits étaient connus depuis 35 ans, selon une association.
En 2000 le gourou Rodolfo Fiesoli, a été arrêté et reconnu coupable de corruption de mineurs. Il avait déjà fait un tour en prison en 79.

Créée en 1977, Fortato se voulait une utopie dans le courant de la libération sexuelle. Au début, apparemment, les relations hétérosexuelles étaient interdites et aucun enfant ne naissait. Des adultes sont donc devenus famille d’accueil.

La secte faisait aussi dans la « rééducation », et était à l’époque reconnue par des intellectuels, des politiciens, des magistrats, des psychiatres, des travailleurs sociaux, et même par les autorités locales.

Après sa sortie de prison en 79, Fiesoli a été lui-même famille d’accueil.
Des victimes disent que la justice et toutes les institutions, dont des politiques, ont protégé la secte.

En 2011 des victimes ont porté plainte. 22 personnes et Fiesoli ont été renvoyées au tribunal mais de nombreux faits étaient prescrits.

Article sputniknews :

Le scandale pédophile du Forteto, en Italie, est maintenant connu et reconnu par tous. Rodolfo Fiesolile, maniaque sexuel de 76 ans, a enfin été arrêté et condamné à 14 ans de prison. Sergio Pietracito, président de l’association des victimes de cette secte, s’en est entretenu avec Sputnik.

C’est une longue histoire, les premiers inspecteurs de l’État sont venus au Forteto dès 2013, mais le scandale n’a éclaté qu’en mai dernier quand le Sénat a approuvé la création d’une commission d’enquête parlementaire sur les activités de cette secte, a raconté Sergio Pietracito à Sputnik.

«Par ailleurs, l’approbation de la Chambre des députés était nécessaire et elle se faisait attendre. Le 30 août, le pape François a rencontré les victimes du Forteto. Ensuite, il y a eu la décision de la Cour de cassation, mais le verdict définitif n’a été prononcé qu’à la veille de Noël», a précisé l’interlocuteur de l’agence.

Et d’ajouter qu’il ne s’agissait pas que du fondateur de la secte, le «prédicateur» Fiesoli, mais d’une dizaine de personnes qui avaient été inculpées dans ce dossier.

«Nous insistons pour qu’on nous présente des excuses. Il faut que nos médias parlent enfin de cette tragédie, beaucoup en Italie n’en étant pas même au courant. Les structures du pouvoir doivent enfin se soucier de ceux qui ont vécu ces horreurs, c’est-à-dire des enfants qu’elles avaient elles-mêmes envoyés dans cette secte», a poursuivi le militant.

La coopérative agricole «Forteto» qui est connue depuis les années 1970 comme un gros producteur de fromages pour l’exportation, entre autres, vers l’Océanie, les États-Unis et les Émirats arabes unis, s’est avérée être une secte où une multitude d’abus sexuels sur mineurs se sont produits. Tout en gagnant des millions d’euros, le «Forteto» a brisé la vie de plus d’un millier d’enfants.

«À part des problèmes judiciaires, il est nécessaire de parler de la responsabilité des politiciens et des institutions de l’État dans les horreurs qui se sont produites dans la secte pendant ces 40 ans», a constaté l’interlocuteur de Sputnik.

Selon ce dernier, l’association des victimes poursuit sa lutte.

«Pour le moment, la coopérative « Forteto » manque de courage pour demander pardon pour ce qui est arrivé dans la secte. Pourtant, son conseil d’administration est composé soit d’inculpés, soit de membres de la secte qui ont menti sous serment», a regretté en conclusion M.Pietracito.

Benoît XVI et la doctrine de la création par Dé-darwinisez-vous

« Dans une adresse aux théologiens datée de juillet 1989, le cardinal Joseph Ratzinger, futur Benoît XVI, exposait comment la crise de la foi dans le monde moderne avait pour cause première « la disparition presque totale, dans la théologie, de la doctrine de la création ». Il affirmait que la situation créée par cette grave carence pouvait être comparée à l’exécution d’une symphonie privée de son ouverture et de son premier thème. Ainsi mutilée, c’est toute la symphonie qui est déséquilibrée et devenue incompréhensible. Tout au long de son histoire, l’Église n’a pourtant pas manqué de ciseler cette ouverture et de développer les motifs de ce premier thème de la symphonie de la foi. » (André Boulet dans son magnifique ouvrage, Création et Rédemption)

Par ailleurs, dans une lettre adressée au mathématicien athée Piergiorgio Oddifreddi, Benoît XVI n’hésita pas à attaquer certaines croyances scientistes véhiculées par l’évolutionnisme matérialiste. On peut ainsi lire dans cette lettre que « Le gène égoïste de Richard Dawkins est un exemple classique de science-fiction. »

L’église doit s’emparer de ce débat, de cette question de nos origines et pourrait ainsi frapper très fort, ramener de très nombreuses âmes vers la Vérité. Elle souffre hélas du syndrome Galilée (une affaire complètement déformée par les ennemis de l’église) et refuse de s’immiscer dans les questions d’ordre scientifique. La science, pourtant, ne s’oppose pas à la foi et va de plus en plus dans le sens de la vision biblique du monde, comme le montrent de très nombreux cercles de réflexion chrétiens (en France le CEP par exemple).

Michael Behe, théoricien de l’intelligent design et catholique romain a ouvert une immense brèche il y a quelques décennies en expliquant pourquoi l’évolutionnisme naturaliste et matérialiste ne pouvait pas expliquer l’apparition de systèmes biologiques complexes. Les évolutionnistes, 25 ans après la sortie de son livre, ne sont en mesure de répondre à aucun de ses arguments et les biologistes sont de plus en plus nombreux à admettre que l’existence d’un dessein intelligent qui aurait façonné le vivant est une évidence. Face à cela, la seule réponse des évolutionnistes athées est d’interdire le débat, de mettre en place une véritable chasse aux sorcières et de déclarer que l’Intelligent Design n’est pas scientifique.

Il est urgent que l’église ouvre le débat et qu’elle cesse de courber l’échine devant les croyances scientistes, irrationnelles et teintées de gnose véhiculées par un certain nombre de scientifiques.
Cessons de laisser la science entre les mains des athées comme c’est aujourd’hui le cas et sanctifions la! La vraie science doit amener vers Dieu, au lieu de l’en éloigner comme la science dévoyée le fait aujourd’hui.