Mariam Baouardy : Allah lui coupe la tête, la très sainte Vierge Marie lui recoud, par Laurent Glauzy

La vie de Mariam Baouardy démontre la lâcheté et la haine de la secte talmudiste musulmane, et a contrario la grandeur de notre Seigneur Jésus+Christ et de la sainte Vierge opérant à travers la religion catholique, seule religion des miracles.

Mariam Baouardy naît le 5 janvier 1846 à Abellin, petit village situé entre Nazareth et le Mont Carmel.

Orpheline à 2 ans, elle est emmenée par l’un de ses oncles en Égypte.

A 13 ans on veut la marier mais elle refuse et fait le vœu de se donner totalement au Seigneur. Le domestique lui ordonne alors de passer à l’Islam. De nouveau , Mariam refuse énergiquement, en confessant sa foi chrétienne. Il la jette alors à terre et, dans le cimetière, lui tranche la gorge (elle en gardera toute sa vie une cicatrice impressionnante). Puis, la croyant morte, il l’enveloppe d’un grand voile et l’abandonne dans une rue déserte. C’était le soir du 8 septembre 1859. Mariam « se réveille » dans une grotte avec à ses côtés une « religieuse en bleu », qu’elle saura plus tard être la Vierge Marie. Celle-ci a recousu la blessure, la soigne et l’enseigne avec une science et un amour hors du commun. Puis, lorsque Mariam est suffisamment rétablie, elle la quitte dans une église d’Alexandrie pendant que Mariam s’y confesse. Une vie d’errance commence pour elle. Ses pas l’amènent successivement à Alexandrie, Beyrouth, puis Marseille, où elle travaille comme domestique dans des familles chrétiennes. A 21 ans elle entre au Carmel de Pau et prend le nom de Sœur Marie de Jésus Crucifié. Elle participe à la fondation du Carmel de Mangalore en Inde, puis de celui de Bethléem où elle meurt à 32 ans

Sa vie remplie d’extraordinaires grâces mystiques ne souligne qu’une chose : la fraîcheur et la simplicité de ces petits de l’Évangile en qui Dieu trouve sa joie car il peut y déployer son Amour en plénitude. Les paraboles et les cantiques qui jaillissent spontanément de son cœur ont la saveur de l’Orient et sont tout pétris de cette terre où a vécu Jésus de Nazareth.

 

Cette sainte décède en 1878. Sa canonisation eut lieu le 17 mai 2015.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s