Archives mensuelles : septembre 2018

« Exi, immunde spiritus ! » (Pars, esprit impur !), par Laurent Glauzy

Dans un livre écrit il y a plus de cent ans, un prêtre allemand retrace le dialogue, questions / réponses entre un prêtre exorciste du XIXe siècle et le démon qui a pris possession d’une jeune femme de la région du Natal en Afrique du Sud.

Voici ce dialogue avec l’esprit du mal, mentionné en italique :

L’évêque demanda le nom du démon. Le démon épela son nom : « DIOAR ». L’évêque questionna : « Quel est ton maître ? » Il répondit : « Je n’ai aucun maître. » L’évêque poursuit : « Tu en as un et tu dois le nommer. » La jeune femme possédée traça avec son doigt en l’air le nom de « Lucifer ». L’évêque continua : « Pourquoi as-tu été chassé du ciel ? » L’esprit mauvais rétorqua : « Parce que Dieu qui devint homme, nous demanda d’adorer son Fils. Nous avons refusé, car il a pris une nature inférieure. »

Le démon a un comportement, une manière d’agir et des réponses qui lui sont propres. Il ne veut pas servir le fils de Dieu. C’est exactement la même réponse qui est formulée par les sectes gnostiques et talmudistes, comme l’Islam. Le démon reproduit les mêmes schémas, sous des formes différentes et mensongères.

Ce livre démontre aussi que la religion catholique traditionnelle est la seule à posséder les Sacrements pour entreprendre et réussir un exorcisme. Dans le cas des autres croyances, quand les responsables religieux veulent bien entreprendre un simulacre d’exorcisme, qu’ils n’ont pas peur du diable, ils chassent un démon qui est remplacé par un autre ou plusieurs autres. Car, un exorcisme, comme l’enseigne la Bible ne se fait qu’au nom de Jésus+Christ et avec le secours de la Très sainte Vierge. C’est pourquoi, même les protestants ont un champ d’action très restreint dans ce domaine, où dans les cas les plus sérieux plusieurs prêtres doivent jeûner et confesser. Car, le démon, pour semer le désordre, nomme les péchés non confessés (qu’il voit) des exorcistes.

1395077805

Ces exemples et le danger de l’exorcisme montrent une fois de plus que le catholicisme traditionnel, seule vraie religion des miracles, a des prêtres pouvant faire face aux cas de possession les plus risqués. Et, surtout pas, les autres sectes qui ne servent surtout pas à combattre le démon, mais à conduire les âmes en enfer.

C’est encore le catholicisme qui avec douze apôtres a évangélisé le monde. Des prêtres sans armes mais seulement munis de l’Esprit Saint ont converti des tribus cannibales (Cf. « 30 ans chez les papous »). Les sectes sont incapables de telles miracles, bien entendu.

Tout est logique avec Dieu et le catholicisme !

Macron Consacre YAHVE, dieu des juifs.

Pour ceux qui en douteraient encore, voilà ce qu’est la république cosmopolite de la Loi PLEVEN du 1er juillet 1972 :

LE ROYAUME DU DIEU JUIF YAHVE qui ne tolère les humains qu’à la peau foncée car les humains Blancs lui font PEUR du fait que « LES BLANCS » l’ont TOUJOURS combattu et ont Gagné face à lui jusqu’en 1914. Donc, Yahvé ne veut plus d’humains Blancs sur Terre !

Manuel-Carlos Valls l’a Hurlé : « Les juifs sont l’avant-garde de la république »

Emmanuel Macron l’a Acté en Couronnant Yahvé dans la Grande Synagogue de Paris.

Ouest-France :

Le président de la République a assisté mardi soir aux fêtes de la communauté juive à Paris à l’occasion des célébrations de ce culte pour le Nouvel an. Une cérémonie laïque qui accueillait plusieurs ministres et d’autres personnalités politiques.

Emmanuel Macron a assisté mardi soir à la Grande Synagogue de Paris à une présentation des vœux à la communauté juive pour les fêtes du Nouvel an juif (Roch Hachana) qui débutent dimanche, en présence des responsables de la communauté.

Après une journée chargée, marquée par un remaniement et un feu vert au prélèvement à la source, le président de la République, est arrivé vers 20 h à la synagogue de la rue de la Victoire (IXe arrondissement). Il a été accueilli par le grand rabbin de France, Haïm Korsia, le président du consistoire, Joël Mergui, et le grand rabbin de Paris, Michel Gugenheim.

Parmi les invités figuraient plusieurs ministres du gouvernement dont Gérard Collomb (Intérieur), mais aussi l’ex-président Nicolas Sarkozy, la maire de Paris, Anne Hidalgo, la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, des députés et quelques personnalités comme Marek Halter ou Francis Huster.

C’est ce que l’on appelle une cérémonie laïque en hébreu.

Souvenez-vous du « Mage » de Yahvé, Francis Huster, qui disait :

« Les migrants sont des Futurs MONTAIGNE » !

Francis n’a pas encore compris que Yahvé ne veut que des migrants noirs de peau, destructeurs et Tueurs afin que le gagnant soit Lui et Lui-Seul ! Sacré Francis !

Gérard Collomb, qui ne sait plus situer ni le Nord ni le Sud sait Toutefois parler l’Hébreu, première langue OFFICIELLE du gouvernement de Yahvé :

e537467d-4f01-4a65-9d3e-5bc20be4d0ed

 

D’entre tous, c’était Mallah-Sarkozy qui portait le mieux sa kippa.

N’est-elle pas Belle LA BANDE A YAHVE ?

 

Un franc-maçon revient de l’enfer pour confesser.

Au Brésil, dans les années 1930, un franc-maçon allait mourir. Son entourage le surveillait de près pour empêcher un prêtre d’entrer. Par trois fois un prêtre se présenta et on le renvoya sans avertir le malade.

Cependant ce dernier allait de plus en plus mal et perdit connaissance. On le crut mort quand tout à coup ceux qui l’entouraient, pleins de frayeur, le virent se redresser sur son lit et crier en menaçant l’assistance :

« Misérables ! Oui, certainement il y a un enfer ! Et j’étais sur le point d’y être précipité  lorsqu’une Dame blanche m’a arrêté sur le bord, pour me donner le temps de me confesser ! »

Puis, s’adressant à son frère et à sa femme :

« Misérables ! C’est vous deux qui avez refusé trois fois le prêtre qui venait me visiter pour me fermer l’enfer et m’ouvrir le Ciel ! –Toi mon frère, sache bien que tu n’es pas le maître dans cette maison ! Que ma femme aille vite chercher le prêtre ! Je veux me confesser. »

Il se confessa dans la joie et rendit le dernier soupir.

Extrait d’une lettre du père E. Mauran, Franciscain