Sincères condoléances à Bernadette Chirac, par Laurent Glauzy

Ceux qui fréquentent saint Nicolas du Chardonnet connaissent la sensibilité que porte Bernadette Chirac à la Tradition catholique…

C’est à ce tire que Pro Fide Catholica présente ses condoléances à cette ancienne première Dame de France qui a su avec élégance représenter la France. Nous ne nous attarderons pas sur le bestiaire que lui a succédé ou même précédé.

Pour son défunt mari, il est à présent passé devant le Tribunal de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Et, il ne nous appartient pas de présumer où erre son âme en ce moment. Cependant, aucun copain des loges ou des super-loges n’était présent cette fois pour le défendre. Il était à poil devant son créateur, avec le poids de ses péchés. Toutefois, pour bref rappel, et avec discrétion étant donné les circonstances récentes, écrivons que Chirac a été le président de la loi sur l’assassinat des enfants à naître, de la diffamation sur la France par soumission à la secte talmudiste. A ce premier crime allait succéder un autre tout aussi abject : en tant que premier-ministre de Giscard, Chirac contribuait à l’abolition de la peine de mort : les criminels pédosatanistes ne risquaient plus la guillotine. Mais, les victimes étaient les enfants à naître et ceux qui étaient nés et que rackettaient les réseaux mondialises du lobby de la pornographie. Décidément, Chirac va devoir s’expliquer là-haut du sang versé de ces innocents. La nuit de l’accident de Lady Di, le téléphone sonne à l’Elysée. On cherche le président. Notre première Dame répond : « Dieu seul sait où est mon mari à cette heure de la nuit ». Nous n’irons pas plus loin !

Bernadette Chirac a vraiment été une grande dame ne montrant rien de ses blessures. Et, nous souhaitons que l’âme de son mari soit sauvée, car l’âme est la parcelle de Dieu, et elle revient à Dieu et à nul autre.

Mais, pour mémoire rappelons ce chapitre effrayant, celui d’une autre Dame de France : Yvonne De Gaulle.

Car, son défunt mari, le colonel devenu petit « général » (lui aussi auteur de tant de trahisons et bien pire encore, qui se rendra lors de la 1e guerre mondiale en tant que capitaine à des sergents allemands, un vrai barreau de chaise ayant cocufié l’armée française et proche des communistes-épurateurs) rappelle à bien des points notre président défunt. D’ailleurs, dans son livre sur Chirac, Catherine Nay, écrira, qu’elle pensait qu’il était un homme d’acier, alors qu’il n’était que de la porcelaine dont on fait les toilettes.

Yvonne De Gaulle visita Marthe Robin qui avait le don de vision des âmes au ciel. La Dame de France reviendra effondrée. Marthe Robin lui affirma que l’âme de son mari était tombée en enfer.

Oui, Jacques Chirac est passé devant le tribunal de Dieu et son âme a pris la place qui lui revenait. Ça, c’est une certitude. Quelle place ? A moins d’un sérieux repentir, nous pouvons imaginer le pire. Car, nous le savons bien en tant que Catholiques. A moins d’un miracle, nous mourons toujours comme nous avons vécu !

CONCERNANT BERNADETTE CHIRAC, QUI PORTE LE PRENOM DE LA SAINTE DE LOURDES, LA FRANCE CATHOLIQUE ATTEND BIEN PLUS D’ELLE. NOTRE PAYS EST DANS L’ABÎME ET NOUS AVONS BESOIN DE SACRIFICES ET DE CONVERSIONS. OUI, CETTE FRANCE ATTEND BIEN PLUS DE CETTE ANCIENNE PREMIÈRE DAME DE FRANCE. NOUS LUI DEMANDONS UN COMBAT POUR LA FRANCE CATHOLIQUE TRADITIONNELLE POUR SAUVER DES ÂMES ET NON DES PHOTOS AVEC SARKOZY.

A titre personnel, je dois saisir cette occasion (car nous ne parlons pas de Chirac sur ce site de défense catholique) pour confesser que j’avais serré sa main. Je n’avais que dix-sept ans.

 

3 Commentaires

  • Je ne comprends pas comment est-il possible qu’une femme, semble-t-il, sincerement catholique puisse avoir epousé un tel homme. Avant de se marrier il faut aussi etre tres prudent, car le but de la vie est le salut des ames et pour sauver M.Chirac il fallait une sainte femme comme Jeanne d’Arc ou Therese de Lisieux ou Marguerite – Marie Alacoque. Si on n’est pas à la hauteur, avoir voulu se marrier avec un sataniste (car les juifs ont pour dieu lucifer, par leur propre admission) a ete un acte de presomption et superficialité qu’on va payer tres cher, Devant Dieu il n’y a aucune difference parmi une Premiere ou une derniere dame.

  • dom64verona88chrysostomos

    O, mes très chers amis,
    Oui, le dossier est lourd. Mais Dieu est tout puissant, toute bonté! Qui sait, au dernier instant?

    Très humblement vôtre,

    Le pauvre pécheur que je sais être.

  • Votre article est mal rédigé et compote des grosses erreurs :
    1. la peine de mort a été abolie en 81 sous Mitterand. Chirac,qui était alors député, a voté pour l’abolition.
    2. c’est pour l’abolition de l’avortement en 75, qu’il était 1er ministre de Giscard.

Laisser un commentaire