Archives mensuelles : février 2018

UNE ELITE SATANISTE DIRIGE LE MONDE par Laurent Glauzy

Qui est aujourd’hui conscient de ce que l’alchimie et la Cabale juive, exploitées par les sociétés occultes et satanistes, servent au Contrôle mental des masses, pour conduire les populations à l’acceptation du Nouvel Ordre Mondial et du règne de l’Antéchrist ?

Pourtant, en 1928, dans Propaganda, Edward Bernays, neveu de Sigmund Freud, mentionnait : « La manipulation consciente, intelligente, des opinions et des habitudes organisées des masses joue un rôle important dans une société démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme social imperceptible forment un gouvernement invisible qui dirige véritablement le pays ».

L’alchimie trouva très tôt un accueil favorable dans les cours européennes, comme avec John Dee alias « 007 ». Conseiller de la reine Elisabeth Ier d’Angleterre, c’est un proche du maître cabaliste Yeouda Loew ben Bezalel. J. Dee considérait ce rabbin – familier de l’empereur Rodolphe II – comme le cabaliste le plus puissant au monde, créateur du célèbre Golem de Prague. Feu Don Luigi Villa, animateur d’un réseau de renseignement pour le Vatican et fils spirituel de Padre Pio, affirmait que le « pape » Benoît 16 était un descendant de ce rabbin.

Ce n’est donc pas un hasard si la mitre que Benoît 16 coiffa le jour de son intronisation, en avril 2005, arborait le démon Pan, divinité de l’antiquité grecque qu’adorait Aleister Crowley, franc-maçon du 33e degré qui sacrifia plus de cent cinquante enfants par an entre 1912 et 1928.

Et, dans cette même logique luciférienne, l’assassinat du président américain John F. Kennedy se produisit le 22 novembre 1963, au niveau du 33e parallèle nord, à Dealey Plaza, emplacement du premier temple maçonnique de Dallas.

C’était en fait une Messe noire à laquelle assista le monde entier, à son insu.

Ainsi, l’élite luciférienne qui mène le monde, à laquelle prennent part les loges maçonniques et des organisations telles que l’Ordre hermétique de l’Aube dorée, obéît à des plans préparés longtemps à l’avance. À ce propos, le présent ouvrage révèle que les attentats du 11 septembre 2001 étaient prévus, dans leur conception… depuis 1910 !

Une infirmière renvoyée pour avoir refusé de participer à des avortements se tourne vers les tribunaux

Par Steven Ertelt (LifeNews) — traduit par Campagne Québec-Vie

Une sage-femme chrétienne a porté plainte contre la Suède à la Cour européenne des droits de l’homme. Ellinor Grimmark a dû chercher un emploi dans un autre pays parce qu’elle a refusé de participer à des avortements. Après que les tribunaux suédois eussent refusé de reconnaître son droit d’objection de conscience, elle a demandé à la Cour européenne d’entendre son cas.

« C’est le désir d’aider à donner la vie qui motive en premier lieu le choix de carrière de nombreuses sages-femmes et infirmières. Au lieu de forcer ces sages-femmes, dont on a désespérément besoin, à quitter leur profession, les gouvernements devraient protéger les convictions morales du personnel médical », a déclaré Robert Clarke, directeur d’European advocacy de l’ADF International. « Le cas d’Ellinor va déterminer si les gens qui valorisent la vie dans tous ses stades de développement pourront poursuivre une carrière médicale dans le futur. La Suède a failli dans la protection du droit fondamental de conscience de cette sage-femme, droit garanti par le droit international. »

Trois cliniques ont refusé d’engager Grimmark, car elle ne voulait pas participer à des avortements, ceux-ci allant à l’encontre de ses convictions sur la dignité de la vie humaine. Le 12 avril 2017, la Cour d’appel de Suède sur le travail a refusé de protéger la liberté de conscience de Grimmark en déclarant que ses droits n’avaient pas été violés.

De plus, la Cour a demandé à Grimmark de payer les frais de justice encourus par le gouvernement, se chiffrant à plus de 150 000 €. ADF International a produit un rapport d’expert à la Cour de Suède, en sa défense, démontrant les protections de la liberté de conscience qu’on trouve dans le droit international.

« J’ai choisi la profession de sage-femme, car je voulais aider à donner la vie », a expliqué Grimmark durant un point de presse avec les médias, à Strasbourg. « Je ne peux pas comprendre pourquoi le gouvernement suédois ne peut pas accommoder mes convictions de conscience. Je travaille maintenant en Norvège, où on respecte ma conscience, mais personne ne peut m’expliquer pourquoi la Suède ne peut en faire autant. »

Grimmark, qui venait de finir sa formation de sage-femme, a été renvoyée lorsqu’elle refusa d’aider à avorter des femmes. Elle a été renvoyée bien qu’il y eut un manque de sages-femmes et qu’elle acceptait de prendre des doubles quarts. On a refusé de l’engager depuis. Un employeur avait accepté de l’engager malgré cette « complication », mais a retiré son offre lorsque l’histoire s’est répandue dans les médias.

Grimmark a déclaré dans le journal Aftonbladet : « En tant que sage-femme, je veux exercer une profession qui défend la vie et qui sauve les vies à tout prix. Les professionnels de la santé suédois doivent-ils être forcés de participer à des procédures qui mettent fin à la vie à ses débuts ou à ses stades finaux ? Quelqu’un doit prendre le parti des petits enfants, quelqu’un doit combattre pour leur droit à la vie. Une sage-femme m’a raconté comment elle a tenu dans ses bras le corps d’un enfant avorté, mais toujours vivant. Elle pleurait désespérément alors que l’enfant luttait pour respirer, pendant une heure. Ces enfants n’ont même pas le droit à un soulagement de la douleur. Je ne peux participer à cela. »

Mais un tribunal suédois a décidé que Grimmark n’avait pas le choix et qu’elle devait participer à des avortements si elle voulait garder son emploi.

De plus, la cour d’appel de Suède a décidé que le gouvernement pouvait forcer les professionnels de la santé à exécuter des avortements, et qu’on pouvait forcer ceux-ci à quitter leur profession s’ils ne coopéraient pas. Ce jugement contredit le droit international qui protège l’objection de conscience, et pour cette raison, Grimmark songe maintenant à se tourner vers la Cour européenne des droits de l’homme.

Trois cliniques ont injustement refusé un emploi à Grimmark parce qu’elle ne voulait pas participer à des avortements. En Suède, les sages-femmes sont essentiellement des infirmières qui se spécialisent dans les grossesses et les naissances…

La Marche rouge par Marion Sigaut – Épisode 1 – Une rumeur persistante

Trente ans après les terribles émeutes de 1720, quand les bandouliers de la Régence enlevaient des jeunes gens, et des enfants, pour les envoyer au Mississippi, ça recommence. Des policiers, payés à la pièce, arrêtent des jeunes gens qui traînent -ou qui déambulent -, des enfants qui mendient, qui jouent,  ou qui simplement rentrent de l’école. La population commence par ne pas y croire. Bientôt elle va comprendre et se soulever. Ce sera la plus grande explosion de violence parisienne entre la Fronde et la Révolution.

Erratum : ma langue a fourché à la minute 38. L’archevêque n’est pas “anti-jésuite” mais au contraire “anti-janséniste”.