Archives mensuelles : avril 2019

Simone Veil empêcha la Rémigration des Etrangers qu’avait projeté Valery Giscard d’Estaing.

Ceux qui s’inquiètent à juste titre de l’immigration de grand remplacement mais qui, par ailleurs, rendent hommage à Simone Veil, feraient bien de lire ce qui suit.

L’historien – de gauche – Patrick Weil mit en évidence en 2014 un fait oublié, à savoir que Valéry Giscard d’Estaing envisagea en 1978 un plan de rémigration de 500.000 immigrés sur cinq ans.

Et si ce plan ne fut pas mis à exécution, c’est notamment en raison de l’opposition de Simone Veil et de Raymond Barre.

Pourtant Giscard est par ailleurs associé dans l’esprit de beaucoup au regroupement familial. Alors qu’en est-il ?

Le site institutionnel Vie publique rapporte de façon chronologique quelques dates et quelques faits officiels.

Election de Valéry Giscard d’Estaing à la Présidence de la République.

La politique de Valéry Giscard d’Estaing en matière d’immigration se caractérise par l’arrêt de toute nouvelle immigration, par un contrôle rigoureux des entrées et des séjours (tout un arsenal de circulaires et décrets sont signés pendant cette période ou modifiés), l’encouragement à des retours volontaires des immigrés dans leur pays d’origine et par un programme d’insertion de ceux qui sont établis en France.

5 juillet 1974

5 juillet 1974 – Sur proposition d’André Postel-Vinay, nommé à la tête du Secrétariat d’Etat aux travailleurs immigrés créé le 7 juin, le gouvernement français décide de suspendre l’immigration des travailleurs et des familles, sauf pour les ressortissants de la Communauté européenne. L’immigration des travailleurs reste suspendue jusqu’en 1977, l’immigration des familles est à nouveau autorisée dès 1975.

9 octobre 1974

Le Conseil des ministres du 9 octobre 1974 précise les orientations du gouvernement en matière d’insertion : l’accent est mis sur les problèmes d’accueil et de logement, d’alphabétisation, de formation professionnelle, de promotion culturelle.

Les conseils des ministres des 21 mai et 6 novembre 1975 réaffirment ces orientations.

10 juillet 1975

La loi du 10 juillet permet aux immigrés d’être élus comme représentants des salariés dans l’entreprise.

1977

Mise en place d’une aide au retour volontaire : une prime de retour de 10 000 francs (le “million Stoléru”).

1978

Mise en place d’un mécanisme de retours organisés et forcés d’une partie de la main d’œuvre étrangère installée jusque-là régulièrement, et parfois depuis longtemps en France. L’objectif affiché est le retour de 500 000 étrangers. Les Etats du Maghreb sont particulièrement visés par ces mesures étalées sur 5 ans, notamment l’Algérie.

10 janvier 1980

Promulgation de la loi 80-9 (dite Loi Bonnet) relative à la prévention de l’immigration clandestine et portant modification de l’ordonnance du 2 novembre 1945 relative aux conditions d’entrée et de séjour en France des étrangers : Elle rend plus strictes les conditions d’entrée sur le territoire ; elle fait de l’entrée ou du séjour irréguliers un motif d’expulsion au même titre que la menace pour l’ordre public ; elle permet donc d’éloigner du territoire les « clandestins » ou ceux dont le titre de séjour n’a pas été renouvelé ; enfin, elle prévoit la reconduite de l’étranger expulsé à la frontière et sa détention dans un établissement pénitentiaire pendant un délai pouvant aller jusqu’à sept jours s’il n’est pas en mesure de quitter immédiatement le territoire.

2 – 11 avril 1980

Le 2, début d’une grève de la faim illimitée à Lyon (Rhône) par un pasteur protestant, un prêtre catholique et un immigré algérien en sursis d’expulsion pour protester contre les expulsions de travailleurs immigrés et particulièrement les jeunes de la seconde génération.

29 avril 1980

Annonce par M. Christian Bonnet, ministre de l’Intérieur, de la suspension pour trois mois des expulsions de jeunes immigrés, sauf en cas de délits graves. Le 30, fin de la grève de la faim.

10 mai 1980

Marche nationale à Paris, à l’appel d’une dizaine d’organisations de soutien aux travailleurs étrangers en France, du PS, du PSU, de la CFDT, de la LCR et de la Ligue des Droits de l’Homme pour protester contre le projet de loi Stoléru concernant le renouvellement des cartes de séjour et de travail, contre le projet d’Ornano codifiant l’accès aux foyers collectifs, et contre les limitations à l’inscription des étudiants étrangers dans les universités françaises.

7 juin 1980

Manifestations à Paris, Strasbourg, Bordeaux, Marseille contre la politique d’immigration du gouvernement, à l’appel de soixante dix associations anti-racistes, religieuses et familiales, de la CGT, la CFDT, la FEN, le PCF et du PSU.

14 – 15 octobre 1980

Le 14, M. Lionel Stoléru, secrétaire d’Etat auprès du ministre du Travail et de la Participation (Travailleurs manuels et immigrés) affirme, à Metz (Moselle), qu’”il n’est plus questions d’accueillir un seul étranger en France” ; le 15, condamnation des propos de M. Stoléru par les syndicats CGT et CFDT et par la Fédération des associations de solidarité avec les travailleurs immigrés (FASTI).

30 novembre – 2 décembre 1980 –

Voyage au Sénégal de M. Lionel Stoléru, secrétaire d’Etat aux Travailleurs manuels et immigrés ; le 1er, entretiens avec MM. Abdou Diouf, Premier ministre sénégalais et Moustapha Niasse, ministre des Affaires étrangères sénégalais ; le 2, signature d’un accord sur la formation en vue du retour des travailleurs sénégalais immigrés en France.

10 mai 1981

Election de François Mitterrand à la Présidence de la République

 

Qu’en est-il ? A la lecture de ce texte issu d’un site gouvernemental, on voit bien qu’il y a de la marge entre les mots et les actes car l’immigration n’a jamais été arrêtée autrement que sur papier.

Néanmoins, la version officielle confirme donc bien l’existence d’un projet, daté de 1978, de rémigration de 500.000 immigrés essentiellement originaires du Maghreb.

Finalement, confronté à l’opposition de son premier ministre Raymond Barre, de Simone Veil, de la plupart des membres du gouvernement et du Conseil d’État, Valéry Giscard d’Estaing mettra un terme à son projet en janvier 1980. L’année suivante, la gauche arrivera au pouvoir en prenant l’exact contre-pied de la politique précédente : 130 000 étrangers seront régularisés et l’aide au retour sera supprimée.

 

En conclusion, Simone Veil a contribué d’une part à vider les berceaux français en légalisant l’avortement et d’autre part à empêcher un plan de rémigration, œuvrant tout au contraire à ce que la France accueille plus d’immigrés.

Auteur :

Les remords TARDIFS de VGE à propos du « Regroupement Familial » !

Les remords tardifs de Valéry Giscard d’Estaing à propos du regroupement familial

*****

C’est à cause de cette Loi que Jean-Marie Le Pen dira :

« Ils ont le FIS et nous le reste de la Famille ».

 

En parlant de Simone Veil, défunte, il me vient à l’esprit des citations d’un autre défunt :

Jean Khan

1929/2013

Jean Salomon Kahn, né le et mort le 1,2, à Strasbourg, est un avocat et directeur de société français. Il a été le 7e président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF). Militant français des Droits de l’homme, il est l’une des autorités morales du judaïsme français3.

Descendant d’une famille juive alsacienne de vieille souche, il est le fils unique d’Henriette Metzger et de Jacques Kahn, originaire de Mommenheim (Bas-Rhin). Il est un petit neveu du [[grand rabbin de France]] Zadoc Kahn4. En 1939, il est réfugié avec ses parents en Haute-Loire, où il échappe à une rafle5. Jean Kahn effectue sa scolarité et ses études à Strasbourg. Il est un membre actif des Éclaireurs israélites de France, et son totem scout est Grizzli.

Après avoir obtenu en 1953, et de l’université de Strasbourg, un doctorat en droit consacré au contrat de mariage en droit juif et en droit romain, Jean Kahn s’inscrit au Barreau de Strasbourg puis intègre l’entreprise de textile familiale.

En 1955, il épouse Nicole Weill. Ils ont deux fils, Daniel Kahn et François Kahn et cinq petits-enfants.

 

Dans « La Tribune Juive » d’Avril 1996 il gloussa :

« Mon Parti Politique c’est le peuple juif ».

Et il continua :

« Toute référence au Baptême de CLOVIS est PUISAMMENT INCITATIF A LA HAINE RACIALE »

Et il ordonna que cette référence au Baptême de CLOVIS soit REPRIME SOUS TOUTES SES FORMES.

 

Rappelons aux gens qui sont vivants et qui ont la même Haine chevillée au corps contre nous FRANCAIS, ARYENS CATHOLIQUES  que RIEN NE DURE ETERNELLEMENT.

RIEN.

 

Virginie Vota interpelle E. Macron au sujet de Notre Dame.

Excellente intervention de Virginie qui pose les Bonnes Questions.

Notre Dame n’est pas « Internationale », Notre Dame est FRANCAISE et appartient aux Catholiques.

Tous les Biens de l’Eglise Catholique ont été VOLES par la république.

Nous, Catholique, devons reprendre le larcin des loges républicaines qui Nous détruisent un peu plus chaque jour.

La Chine continue la démolition des mosquées.

Le gouvernement chinois démolit des mosquées dans le Xinjiang

https://twitter.com/i/status/1120790121610121216

 

En Chine, les musulmans ont essuyé de violents coups depuis que le Parti communiste chinois (PCC) a intensifié ses attaques contre les libertés religieuses. Des croyants sont incarcérés et des mosquées détruites. Bitter Winter a fait un reportage sur les camps d’internement de musulmans ouïghours, la suppression de l’identité culturelle par la destruction des symboles musulmans sur les lieux publics et l’éradication des pratiques religieuses à travers les cérémonies d’allégeance au régime en milieu scolaire.

Les purges engagées contre les religions sur le modèle de la Révolution culturelle visent à réaliser le désir du Président Xi Jinping de « siniser » les religions, c’est-à-dire d’incorporer toutes les confessions et tous les groupes religieux dans le système du Parti afin de les soumettre à son autorité et à ses directives.

Récemment, notre reporter a visité le district de Yizhou dans la ville de Hami, région du Xinjiang où il a vu de nombreuses mosquées détruites. Un membre du personnel du Département du travail du Front uni de la localité lui a rapporté que sur plus de 800 mosquées dans la région, plus de 200 ont été démolies en 2017 et plusieurs autres sont en passe de subir le même sort en 2018. « Dans deux ans, les musulmans devront faire allégeance au Parti communiste. Tous les religieux de Chine devront renoncer à leur foi et ne croire qu’au Parti, suivre le chemin tracé par le Parti », a déclaré le fonctionnaire.

Reportage : Li Zaili

Islam en Chine,Xinjiang,Démolition de la mosquée

Le croissant de cette mosquée a été démentelé et  le drapeau de Chine érigé a l’entrée.

Islam en Chine,Xinjiang,Démolition de la mosquée
Le croissant a été retiré du frontispice de cette mosquée.
Islam en Chine,Xinjiang,Démolition de la mosquée
Cette mosquée démolie se trouve dans la bourgade de Sibao, district de Yizhou. Son
entrée principale a été démolie et sa cour est en friche.
Islam en Chine,Xinjiang,Démolition de la mosquée
Le croissant a été supprimé de la partie supérieure de la mosquée de Juma de l’équipe de production n°3 du village de Shang. Des caméras de surveillance placées sur la mosquée et le fil barbelé fixé sur ses murs sont bien visibles.
Islam en Chine,Xinjiang,Démolition de la mosquée
Les piliers de forme coniques sont encore visibles sur les lieux.
Islam en Chine,Xinjiang,Démolition de la mosquée
Plusieurs piliers d’une mosquée sont abandonnés sur le site aprés sa destruction.
Islam en Chine,Xinjiang,Démolition de la mosquée
Les vestiges des images islamiques demeurent perceptibles dans les ruines d’une mosquée rasée.

Disparition des mosquées du Xinjiang

Depuis le printemps 2017, les autorités chinoises ont intensifié leurs efforts de répression contre l’islam, démolissant d’innombrables mosquées et envoyant des musulmans dans des camps de rééducation.

Récemment, un journaliste de Bitter Winter a visité les sites de six mosquées démolies à Koumoul. Il a trouvé les vestiges d’une mosquée, mais les cinq autres avaient complètement disparu sans laisser de traces.

Un résident local qui vit près du site de l’une des mosquées démolies a commenté : « Les autorités qui détruisent les mosquées et qui restreignent ou interdisent aux Ouïghours de se rassembler pour la prière portent atteinte à leur liberté de religion. Beaucoup d’Ouïghours considèrent le Xinjiang comme leur maison, et presque tous les groupes et tous les villages ont leur propre mosquée. À l’heure actuelle, au Xinjiang, le nombre de mosquées a déjà diminué de plus de la moitié et, à l’avenir, il ne restera peut-être plus aucune mosquée ».

Les habitants de Koumoul ont révélé que de nombreuses mosquées avaient été démolies dans plusieurs endroits comme Sibao, dans le district de Yizhou de la ville. Seules les populations locales peuvent savoir qu’il y avait des mosquées sur ces sites, les étrangers ne peuvent le deviner.

Au cours de la visite du journaliste, un résident a rapporté la disparition nocturne d’une mosquée près de sa maison. « En novembre 2017, j’ai vu la mosquée pour la dernière fois vers 20 heures, car le lendemain à 9 heures, quand je passais, la mosquée avait déjà été rasée. Ma maison n’est qu’à une centaine de mètres de la mosquée, mais je n’ai rien entendu cette nuit-là. Je ne sais même pas à quelle heure elle a été démolie ».

Commentant la raison de la démolition de la mosquée, un homme âgé de plus de 70 ans a déclaré : « Il n’y a rien à faire ; le Parti communiste a dit que la mosquée était trop difficile à gérer, alors il l’a démolie ».

Reportage : Li Zaili

Le mur blanc sur cette image faisait partie d’une mosquée et s’est effondré lors d’une démolition - rien n’a été laissé.
Le mur blanc sur cette image faisait partie d’une mosquée et s’est effondré lors d’une démolition – rien n’a été laissé.
Les vestiges des murs présentent encore un tableau d’affichage sur lequel on peut lire « Règlementation sur les affaires religieuses de la région autonome ouïghoure du Xinjiang »
Les vestiges des murs présentent encore un tableau d’affichage sur lequel on peut lire « Règlementation sur les affaires religieuses de la région autonome ouïghoure du Xinjiang »
Yikeshu 17, entreprise agricole n° 2, ferme d’Huangtian : mur extérieur de la mosquée démolie
Yikeshu 17, entreprise agricole n° 2, ferme d’Huangtian : mur extérieur de la mosquée démolie
Vestige d’un pilier de mosquée à motif décoratif
Vestige d’un pilier de mosquée à motif décoratif
Mur laissé par la mosquée démolie du groupe 1, au village Huanglugang
Mur laissé par la mosquée démolie du groupe 1, au village Huanglugang
Poteaux laissés au sol sur le site de la mosquée démoli
Poteaux laissés au sol sur le site de la mosquée démoli
Chenilles du bulldozer après le nivellement
Chenilles du bulldozer après le nivellement
La mosquée démolie se trouvait derrière les deux maisons de l’image, à une centaine de mètres de la route
La mosquée démolie se trouvait derrière les deux maisons de l’image, à une centaine de mètres de la route
Cette mosquée démolie était située dans la zone 3 de la ferme Huangtian, dans le district de Yizhou - les pistes de bulldozer sont encore clairement visibles au sol
Cette mosquée démolie était située dans la zone 3 de la ferme Huangtian, dans le district de Yizhou – les pistes de bulldozer sont encore clairement visibles au sol
Site de la mosquée nivelée située dans le groupe Xianfeng de la ferme Huangtian, district de Yizhou
Site de la mosquée nivelée située dans le groupe Xianfeng de la ferme Huangtian, district de Yizhou
Cour en ruine, les montants du toit de la mosquée démontés
Cour en ruine, les montants du toit de la mosquée démontés

Des mosquées rasées dans le comté de Shawan

Islam en Chine,Musulmans Ouïghours,chinois musulman
La mosquée a été complètement rasée, ne laissant derrière elle presqu’aucune trace de démolition.

Les autorités de la préfecture de Tacheng ont fait détruire et ensevelir les ruines de sept mosquées afin de dissimuler toute trace de démolition.

Au mois de mars, la municipalité de Shanghudi a arrêté successivement quatre musulmans et a utilisé l’exemple de ces arrestations pour contraindre les villageois à signer un document en vertu duquel ils acceptaient volontairement la destruction de leur mosquée.

Les travaux de démolition ont démarré le 25 avril et ont duré cinq jours. Les habitants craignaient même de s’approcher de la mosquée par peur d’être arrêtés.

Pour détruire toute preuve résiduelle, 21 jours après la démolition, les autorités ont investi 5 500 RMB pour expédier des excavatrices et ensevelir les briques de la mosquée détruite. Aujourd’hui, les emplacements d’origine des mosquées sont devenus des étendues de terres aplaties et ne portent plus aucune trace des démolitions.

Le 17 avril, une mosquée située sur la Dongfeng North Road de Laoshawan a également été démolie. Les autorités ont détruit de force deux chargements de tapis de mosquée et enseveli tout ce qui ne pouvait être brûlé. Par la suite, des magasins ont été construits et loués sur l’emplacement d’origine de la mosquée.

Trois mosquées de Sidaohezi, comté de Shawan, et deux autres situées dans les villages de Lijiaping et Shuimogou ont également été démolies de force, puis complètement rasées.

Reportage : Li Zaili

Islam en Chine,chinois musulman
La mosquée a été complètement rasée, ne laissant derrière elle presqu’aucune trace de démolition.

Il ne reste qu’une seule mosquée à Bashisihu, dans la ville de Wusu

mosquées détruites
Une des mosquées détruites à Bashisihu dans la ville de Wusu

En un mois seulement, 13 des 14 mosquées de Bashisihu de la ville de Wusu dans le Xinjiang ont été démolies par les autorités, et celle qui reste est déjà entièrement sous le contrôle du Parti communiste chinois.

Une source a informé Bitter Winter qu’à Bashisihu, il ne reste qu’une seule mosquée à Chen Jia Zhuang que le gouvernement contrôle entièrement. Récemment, des caméras de surveillance y ont été installées pour surveiller tous ceux qui viennent pour la prière. Les mosquées ont été détruites après l’entrée en vigueur du nouveau règlement sur les affaires religieuses en février.

Selon un musulman local, chaque fois que les gens entrent dans la mosquée, ils doivent révéler leur identité à l’aide de leur carte d’identité. Neuf officiers du Département du Front uni des travailleurs et du Bureau de la sécurité publique surveillent chaque prière spéciale de la congrégation en début d’après-midi tous les vendredis, ce qui est obligatoire pour tous les hommes musulmans. En outre, l’imam est obligé de lire les notes préparées par le Département du Front uni des travailleurs, et il n’est pas autorisé à apporter une copie du Coran ou à le citer.

De nombreuses mosquées ont été démolies dans le Xinjiang. Depuis ce printemps, les autorités locales ont intensifié la limitation des religions, c’est-à-dire en les adaptant aux besoins socialistes : des drapeaux nationaux ont été hissés et des « valeurs fondamentales socialistes et une culture traditionnelle chinoise exceptionnelle » ont été introduites dans les mosquées restantes.

Reportage : Li Zaili

mosquées détruites2
Une mosquée se tenait à cet endroit ; le bâtiment a été rasé et il n’y a plus aucune trace du bâtiment
Aimez le parti, aimez votre pays
La seule mosquée qui reste à Bashisihu dans la ville de Wusu. La plaque horizontale sur la porte principale indique : « Aimez le parti, aimez votre pays ». Le drapeau chinois et une caméra de surveillance sont visibles.

Démolition d’une mosquée, expulsion forcée des Huis (vidéos)

Mosquée chinoise,chinois musulman,religion chine
Les coupoles et le symbole de la lune et des étoiles au sommet de la mosquée qui était en construction dans la nouvelle zone de Lanzhou avaient déjà été achevés, de même que le cadre de la structure principale de l’édifice.

Une mosquée en construction dans le Gansu a été démolie et les musulmans vivant à proximité ont été contraints de déménager.

Le 24 août, près de cinquante agents des forces de l’ordre et de la police antiémeute se sont présentés sur le chantier dans le nouveau quartier de Lanzhou, au Gansu. Une mosquée est en construction sur le site depuis 2016. Plus de soixante ménages musulmans huis avaient investi de l’argent pour construire le site, qui était déjà un lieu de prière pour beaucoup.

Les policiers ont passé les deux jours suivants à guider les ouvriers du bulldozer dans la démolition de la mosquée. Il ne reste désormais plus que du ciment et les armatures en acier.

L’année dernière, en juin, les policiers locaux avaient fermé la mosquée au motif que les autorités prévoyaient un projet de construction sur le site.

Après la démolition de la mosquée, les policiers ont dit aux 150 musulmans huis qui habitaient à proximité que leurs maisons seraient également démolies. Selon un résident, les parcelles de 667 mètres carrés valaient 280 000 RMB (près de 41 000 USD). Les résidents n’ont pas non plus reçu d’indemnisation.

Cependant, ils ne pouvaient rien faire d’autre que suivre les ordres avec crainte. Des vidéos ayant fuité de personnes battues ou enterrées vivantes pour avoir protesté contre la démolition d’une mosquée ou d’autres démolitions sont bien trop courantes.

Reportage : Li Zaili

Vidéo 1 : Bulldozer démolissant la mosquée

Vidéo 2 : La mosquée en ruines après la démolition

Vidéo 3 : Le sous-sol a été détruit ; les gens n’ont pas pu sortir beaucoup de tables et de chaises à temps

Mosquée chinoise,chinois musulman,religion chine
En juin 2017, la mosquée a été scellée par le gouvernement et du ruban adhésif a été placé à l’entrée principale du sous-sol.
Mosquée chinoise,chinois musulman,religion chine
Bulldozer démolissant une partie du bâtiment de la mosquée avec des caractéristiques islamiques évidentes
Mosquée chinoise,chinois musulman,religion chine
Démolition de la partie principale de la mosquée
Mosquée chinoise,chinois musulman,religion chine
Mosquée en ruines après la démolition
Mosquée chinoise,chinois musulman,religion chine
Avant la démolition, les musulmans priaient au sous-sol ; les meubles ont été détruits par les forces de l’ordre.
Mosquée chinoise,chinois musulman,religion chine
Partie de la mosquée détruite ; il ne reste aucun vestige de la mosquée

Mosquée chinoise,chinois musulman,religion chine

Plus de 150 ménages huis ont dû déménager ; les fenêtres et les portes de certaines de leurs maisons ont déjà été démontées

 

Les autorités sinisent des mosquées partout en Chine

Du fait de la politique visant à rendre les religions « plus chinoises », des symboles de l’islam ont été retirés des édifices dans la province du Gansu et dans la région autonome hui du Ningxia.

Islam en Chine,mosquée en chine,symbole islam,chine musulman,islam interdit en chine
Des symboles de l’islam ont été retirés du faîte de la mosquée du village de Shangyan dans le comté de Jinguyan situé dans la région autonome hui du Ningxia.

Suite à l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation sur les affaires religieuses l’an dernier, la politique de « sinisation » et la campagne de « désarabisation » et de « désaoudisation » ont été largement encouragées dans toute la Chine.

La campagne visant à « mettre en avant le style chinois » a entraîné des transformations sur l’extérieur des mosquées et le retrait forcé de nombreux symboles de l’islam dans la province du Gansu au centre-nord du pays et dans la région autonome hui du Ningxia.

Islam en Chine,mosquée en chine,symbole islam,chine musulman,islam interdit en chine
L’entrée de style arabe qui donne sur le Parc des coutumes et de la nationalité huis a été transformée en une porte de place chinoise traditionnelle.

Le comté autonome hui de Zhangjiachuan placé sous la juridiction de la ville de Tianshui au Gansu est une région qui compte une large population hui, il est donc naturel qu’on y trouve une mosquée d’allure majestueuse ainsi que d’autres éléments d’architecture religieuse, tous placés sous l’égide du Parc des coutumes et de la nationalité huis, un site touristique national de niveau 4A.

Islam en Chine,mosquée en chine,symbole islam,chine musulman,islam interdit en chine
Des échafaudages montés autour de la mosquée du Parc des coutumes et de la nationalité huis en vue du retrait des symboles de l’islam.

Mais en juillet 2018, l’administration locale a ordonné la fermeture du parc, signifiant ainsi le démantèlement de tous les symboles architecturaux islamiques dans le parc, comme les croissants de lune, les motifs arabes et les éléments calligraphiques aux murs. L’entrée de style arabe qui donne sur le Parc des coutumes et de la nationalité huis a été modifiée pour en faire une porte de place chinoise traditionnelle, tandis que la mosquée a été transformée en Salle des expositions culturelles de Zhangjiachuan.

Islam en Chine,mosquée en chine,symbole islam,chine musulman,islam interdit en chine
Les symboles en croissant de lune qui ont été retirés du faîte des deux tours surmontant la façade avant de la mosquée.

À l’origine, le toit quadrangulaire de la mosquée du parc était surmonté de quatre tours d’environ 10 mètres de haut et il y avait un dôme en son centre. Sur chaque tour et sur le dôme, il y avait des symboles en croissant de lune d’à peu près six mètres de haut. Désormais, tous ces symboles ont disparu.

C’est la même chose pour les symboles religieux de plusieurs mosquées dans la ville de Guyuan au Ningxia.

Islam en Chine,mosquée en chine,symbole islam,chine musulman,islam interdit en chine
Les symboles en croissant de lune qui ont été retirés de la mosquée de Yangfang dans le bourg de Gucheng au Ningxia.

La mosquée de Yangfang se trouve dans le bourg de Gucheng, dans le comté de Pengyang, placé sous la juridiction de la ville de Guyuan au Ningxia. En mars dernier, le dôme a été descellé du haut de la mosquée et les croissants de lune ont été retirés des immenses piliers qui se trouvent de chaque côté. Par la suite, l’administration locale a procédé à la fermeture de la mosquée.

Après sa fermeture, les villageois n’ont eu d’autre choix que d’aller prier dans une mosquée plus éloignée, au Grand temple de Yangfang. Puis, en mai 2018, les symboles de l’islam surmontant le Grand temple de Yangfang ont également été démantelés de force par l’administration. Les fidèles de la mosquée, qui avaient contribué financièrement à sa construction, ont aussi assumé les frais de démolition.

Islam en Chine,mosquée en chine,symbole islam,chine musulman,islam interdit en chine
Les symboles en croissant de lune ont été retirés du sommet du Grand temple de Yangfang, une affiche de propagande accrochée au panneau d’informations sur laquelle on peut lire : « Mettons en œuvre les “quatre exigences” dans les mosquées ; construisons ensemble le grand rêve chinois ».

Les autorités ont même interdit aux fidèles du temple de psalmodier des écritures au cours de la prière, et encore moins en utilisant des haut-parleurs.

Islam en Chine,mosquée en chine,symbole islam,chine musulman,islam interdit en chine
Les symboles en croissant de lune et le dôme ont été retirés de la mosquée de Longbao dans le comté de Xiji. Le drapeau national a été hissé devant la mosquée et la réglementation sur les affaires religieuses ainsi que les valeurs socialistes fondamentales ont été affichées sur le panneau d’informations.

Dans la mosquée de Longbao située dans le village de Langcha dans le comté de Xiji, on a non seulement retiré ses symboles religieux, mais on y a aussi hissé un drapeau chinois et on y a affiché la réglementation sur les affaires religieuses ainsi que les valeurs socialistes fondamentales. La mosquée a été progressivement « sinisée ».

Islam en Chine,mosquée en chine,symbole islam,chine musulman,islam interdit en chine
Les symboles en croissant de lune et les haut-parleurs qui étaient utilisés pour psalmodier les écritures ont été retirés de la mosquée de Yanghe dans le comté de Pengyang et le drapeau national a été hissé devant la mosquée.

Des symboles religieux islamiques ont aussi été retirés de force du sommet des mosquées de Yangjiawan et de Yanghe dans le comté de Pengyang, ainsi que de la mosquée du village de Shangyan dans le comté de Jingyuan.

Islam en Chine,mosquée en chine,symbole islam,chine musulman,islam interdit en chine
Des symboles de l’islam laissés à l’abandon après avoir été retirés de la mosquée de Yangjiawan dans le comté de Pengyang.

Une nouvelle mosquée détruite parce qu’elle était « trop arabe » (vidéos)

Le 11 avril, les autorités ont ordonné qu’une mosquée récemment construite dans un village de la province du Gansu soit démolie de force, puis ont arrêté les personnes qui avaient diffusé cette information.

une nouvelle mosquée détruite parce qu’elle était « trop arabe »

Bai Shengyi

Selon la source qui a fourni les vidéos, la construction de la mosquée du village de Gazhuang placé sous la juridiction du bourg de Zheqiao, situé dans la préfecture autonome hui de Linxia, dans la province du Gansu, a été achevée il y a moins d’un mois. Les autorités ont loué une grande grue pour détruire le dôme de la mosquée et ses minarets, de même que ses portes, fenêtres et murs.

Les autorités ont partiellement démoli de force une mosquée récemment construite dans le village de Gazhuang, dans le bourg de Zheqiao situé dans la préfecture autonome hui de Linxia, dans la province du Gansu :

La vidéo ne montre pas seulement la scène de démolition forcée, mais également les protestations des musulmans du secteur dont certains pleurent, allongés par terre, bouleversés par cette destruction.

Des musulmans âgés pleurent, allongés par terre, lors de la démolition de la mosquée :

Un musulman qui était présent sur les lieux se rappelle que les fonctionnaires du gouvernement ont affirmé que la mosquée était restructurée en raison de son style architectural « trop arabe ». Cependant, les autorités n’avaient pas consulté la communauté musulmane locale avant d’entreprendre la démolition.

« Absolument aucune mesure de sécurité n’a été prise ; ils ont juste commencé la démolition. Le toit du deuxième étage a été fracassé par la chute de débris », a révélé un musulman qui était sur les lieux.

Selon un article en chinois du Deutsche Welle, le gouvernement local a interdit au public de diffuser des vidéos ou des photos de la démolition. La police a ensuite arrêté plusieurs habitants qui avaient enregistré des vidéos et les avaient partagées.

Bitter Winter a précédemment rendu public un document confidentiel du PCC qui intime aux lieux de culte islamiques de mettre en avant un « style chinois » en retirant tout élément de ressemblance avec le « style arabe ou saoudien ». Bitter Winter a publié de nombreux articles sur le retrait ou la transformation de symboles et d’édifices islamiques dans différentes régions de Chine, telles que les provinces du Hebei, du Gansu, du Shaanxi et d’autres encore.

*****

 

 
 

ELLE QUITTE SON « MARI » HAUT-FONCTIONNAIRE, FRANC-MAÇON ET BISSEXUEL POUR LE SCAPULAIRE, par Laurent Glauzy

Quand, avec un ami, j’ai monté ce site, j’ignorais que nous remporterions un tel succès. Nous dépassons à présent, pour parler concrètement les 5.000 vues par jour. Nous ignorions aussi que ce petit instrument serait un vecteur de conversions. Et, à titre personnel, je prends ce succès avec la plus grande humilité, car Dieu en est la seule cause. Et, je dois aussi l’écrire, j’ai suffisamment conscience de mes erreurs et de mes manquements pour ne m’enorgueillir d’aucun fait d’armes. Je laisse cela à d’autres, bien plus intéressés au « qu’en dira-t-on », qu’au « qu’en dira Dieu », les petites gens persuadés de leur importance relative et baignant dans le sérieux hypocrite, celui qui mène tous les jours des milliers d’âmes en enfer.

L’histoire que j’ai à vous raconter est celle d’une personne qui a contacté depuis plusieurs mois notre site. Une personne de haute qualité intellectuelle ayant servi de couverture sociale à un « mari », ayant menti à tout le monde et à Dieu. Un homme, pour ne pas dire un pervers narcissique, un démon incarné, se faisant passer pour quelqu’un de bien dans la société, et à cet effet, ayant pris une femme pour cacher ses vices les plus répugnants. La vie de cette femme a été un véritable calvaire : il ne fut pas un seul jour où son coeur contrit ne ressentait pas l’humiliation de cet homme voulant la conduire au plus bas, en faisant ainsi son jouet social de peur qu’elle ne gagne son indépendance. Mais, Dieu l’attendait au bout de ce cheminement.

L’histoire de ce démon est celle d’un haut fonctionnaire de l’Etat, jouissant les nuits devant son ordinateur de ses passions secrètes, qu’il n’est pas nécessaire de décrire dans ces lignes. Tels sont les hommes qui dans notre société ont des postes « importants » grâce aux loges et certainement à bien d’autres choses. Car, de manière générale, nous parlons toujours de ce que l’on sait et pas de ce que l’on ignore et qui est bien pire.

Je n’irai pas non plus, plus loin, même s’il y a matière, car catholique je n’entretiens aucune haine. Mais cette femme aujourd’hui a choisi le chemin du courage et de la vérité décidant de se faire imposer le scapulaire après la messe du lundi de Pâques, face à l’Autel et aux pieds de Marie dans une église de la Fraternité saint Pie X.

Telles sont les surprises de Dieu, qui trouve une solution pour chacun de nous quand nous décidons de Lui faire confiance. Et, même si cela nous coûte, prions pour ce minable, ce pervers narcissique, car il y a fort à parier qu’il ait une âme, même si celle-ci a été souillée des rituels sordides et ses perversions en tout genre.

 

24 Avril 1915 : Mémoricide Arménien.

Triste anniversaire, en ce jour, du Massacre Arménien : 104 ans !

Fred Haziza.png

 

SAGREMOR4.png

Article d’AlterInfo : https://t.co/ZhONNquQlh

 

génocide arménien, juif
05.08.2012
Commentaires :
Commentaires.png
Commentaires1.png
Commentaires2.png
Commentaires3.png
Commentaires4.png

 

Ce qui est certain c’est qu’il est interdit aux Historiens de dire UN MOT sur ce massacre sous peine d’être Embastillé. Il leur est interdit également de parler des massacres de la 2ème guerre mondiale.

 

Nous avons cependant des photos…….

Yes, the Slaughter of the Armenians Was Genocide

What Obama’s Refusal to Acknowledge the Armenian Genocide ...

Le pape et le génocide arménien

Armenian genocide. A trench dug for the bodies of victims ...

Armenian Genocide Photos - armeniapedia.org

Anschauen online Le Genocide Armenien auf mit Untertiteln ...

Empêtré, le gouvernement belge minimise le génocide ...

La face cachée du génocide arménien - YouTube

Armenian Genocide - Armenian-History.com

Q&A: Armenian genocide dispute - BBC News

Afficher l’image source

Les « Chances pour la France » par Philippe Petitdemange.

Plus d’ambigüité !

« Tous les sujets touchant à l’slam sont des sujets très sensibles, car sur un niveau de susceptibilité très élevé. Cette vidéo vise simplement à préciser les détails du langage que certains captent plus difficilement que les autres. Les problèmes abordés, même s’ils sont de plus en plus courants, ne sont pas débattus avec une approche de généralisation mais plutôt avec des explications sur certaines personnes qui ont tendance à user de « débordements » de langage et d’irrespect à l’égard des citoyens non-musulmans. »

 

J. Messiha

 

« Le Communisme c’est le Nazisme, le Mensonge en plus ».

« Entrées précédentes