La Mémoire qui nous a été otée après 1945.

Paru dans The New Order

Avant 1940 environ, le terme “aryen” et le nom “race aryenne” faisaient partie du vocabulaire ordinaire de toute personne moyennement instruite dans le monde anglophone. Après la Seconde Guerre mondiale, “Aryen” est tombé dans le déshonneur et le discrédit en raison de son association avec l’idéologie raciale national-socialiste. Les gagnants écrivent les livres d’histoire, et “aryen” était un mot qu’ils voulaient laisser de côté.

Au lieu de cela, il a été remplacé par “Blanc” dans l’usage quotidien, et par “Indo-européen” pour les spécialistes historiques et linguistiques. À un moment donné, dans les années 1970, les journaux ont cessé de le mettre en majuscule, et il est devenu tout simplement “blanc”.

Maintenant, nos futurs maîtres nous disent que la race blanche elle-même n’existe pas – qu’il s’agit simplement d’une “construction sociale” destinée à maintenir les races de couleur du monde opprimées.

C’est un joli tour, hein ? D’abord nous sommes exterminés linguistiquement, puis conceptuellement, et ensuite – eh bien, tuer la race aryenne peut difficilement être un génocide, si elle n’existe pas vraiment au départ, n’est-ce pas ?

Une contre-mesure essentielle à ce dessein génocidaire est que nous revendiquions à la fois notre identité raciale en tant qu’Aryens – et le mot “Aryen” lui-même.

Ce qui suit est la vérité sur le terme “aryen”, que nos ennemis raciaux détestent tant.

Il y a environ 4 000 ou 5 000 ans, il y avait un ensemble racial homogène de tribus qui se faisaient appeler les “Aryens” ou quelque chose de semblable. Le nom signifie les “Nobles” et est lié, par exemple, aux mots grecs aristos (“le meilleur”) et arete (“excellence en vertu”). En plus d’être d’une race ou d’une ethnie, ils parlent tous la même langue et ont une religion, un système juridique et une structure sociale communs.

Pour des raisons de rectitude politique lamentable, dans le monde d’après 1945, les érudits ont choisi de parler de ces personnes comme des Indo-Européens – mais dans la pratique, Indo-européen et Aryen sont interchangeables en tant que désignations raciales.

Il y a beaucoup de controverse sur l’emplacement précis de la patrie indo-européenne, mais le consensus d’une opinion informée la situe quelque part en Europe du Sud-Est (peut-être dans le bassin du Danube) ou en Asie du Sud-Ouest (peut-être dans les steppes occidentales ou peut-être en Anatolie).

À un moment donné, il y a eu un grand exode de la patrie indo-européenne. Certaines tribus aryennes se sont déplacées vers l’est et le sud. Les Indo-Aryens étaient cette tribu ou peuple qui a traversé les montagnes de l’Hindu Kush et est descendu dans la vallée de l’Indus, où ils ont donné naissance à la civilisation indienne classique. D’autres (comme les Mitanni) ont migré vers la région maintenant connue sous le nom d’Iran, où ils ont créé l’ancienne civilisation persane. D’autres encore (comme les Tochariens), ont voyagé plus à l’est, vers le soleil levant, s’aventurant à travers le désert du Takla Makan et en Chine occidentale.

Tous ces Aryens de l’Est, au fil du temps, se sont mariés avec les plus nombreux peuples non aryens qu’ils ont conquis. Par conséquent, ils ont perdu leur identité raciale distinctive et se sont éteints.

Mais les Aryens occidentaux, suivant la direction du soleil couchant, se sont déversés en Europe. Les Hellènes ont conquis la Grèce, les tribus italiques ont conquis l’Italie. Les Celtes ont balayé le nord-ouest de l’Europe, jusqu’en Irlande. En Europe du Nord, les peuples germaniques ont établi leur culture distinctive.

Toutes les nations et tous les peuples d’Europe, à l’exception des Basques à l’ouest et des Finno-ougriens au nord-est, descendent des Aryens de l’ouest. (Et les Basques et les Finno-ougriens sont d’une lignée raciale apparentée, en tout cas.) Parce que les peuples qu’ils ont conquis étaient racialement semblables à eux, le mélange entre les conquérants indo-européens et les “vieux Européens” pré-indo-européens a permis aux Aryens de l’Ouest de conserver leur identité raciale distinctive jusqu’à ce jour.

Les noms “Irlande” et “Iran” signifient tous deux “terre des Aryens” et témoignent de l’étendue de la colonisation indo-européenne ou aryenne. Parmi les anciens Hittites, probablement la plus ancienne civilisation aryenne, on trouve des documents utilisant le terme “nata ara” pour désigner les non-Hittites. C’est exactement ce que vous pensez que ça veut dire : “Non-Aryen.”

Dans Les Histoires (vers 450 av. J.-C.), Hérodote utilise le mot “aryen” pour décrire les Mèdes, qui étaient un peuple ancien apparenté aux Grecs, et qui vivaient directement à l’est d’eux. Il écrit :

Les Mèdes étaient autrefois appelés par tous les peuples “aryens”, mais quand Médée, le Colchien, vint à eux d’Athènes, ils changèrent de nom. Tel est le récit qu’ils donnent eux-mêmes.

En Inde, les tribus aryennes ont gardé le nom “Aryen” comme ethnonyme spécifique (également en Afghanistan), où il continue à être utilisé aujourd’hui, longtemps après la disparition de la dernière goutte de sang aryen pur.

Certains chercheurs essaient de prétendre que le terme “aryen” n’a de valeur que lorsqu’il est utilisé linguistiquement ou appliqué aux Aryens de l’Inde. Mais l’histoire et la préhistoire sont claires : “Aryen” était une désignation raciale ou folklorique bien avant d’être approprié comme un terme linguistique étroit.

Aujourd’hui, des Blancs conscients de leur race dans le monde entier ont fièrement réclamé cet ancien descripteur racial comme le nom propre de leur race – et c’est ainsi que cela devrait être !

*****

LA MEMOIRE D’UN PEUPLE EST MERE DE SURETE.

Le 5 mars 1959, un certain Charles De Gaulle disait (ou plutôt prédisait déjà) il y a exactement 60 ans, ce que tout le monde feint de découvrir soudain….

Citations rapportées par Alain Peyrefitte dans son livre : « C’était De Gaulle ».
Beaucoup et des plus importants qui se prévalent de lui devraient se souvenir de cette citation………(notez que je n’ai pas employé le mot prophétie et pourtant….!!)

 

« C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns.
Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité.

Sinon, la France ne serait plus la France .

Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne.


Qu’on ne se raconte pas d’histoire ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français. Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très savants. Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et les Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherez-vous de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées..

CHARLES DE GAULLE

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s