Sophie Robert dézingue la Psychanalyse.

La psychanalyse est un Business d’argent, rien d’autre.

Et quand des détraqués s’emparent de ce business pour « psychanaliser » autrui, il y a Péril en la Demeure.

Sophie Robert.png

Sophie Robert sur Facebook :

La secte freudo-lacanienne monte au créneau pour défendre son business. Il devrait y avoir de l’ambiance à Poitiers le 8 mars.
Autre exemple, mercredi soir au Havre, sur 133 spectateurs, une vingtaine de psychanalystes sont venus en troupeau pour aboyer, littéralement, et tenter d’étouffer les échanges par l’autorité et la menace. « votre film est à charge!  » « vous montrez des caricatures » « c’est scandaleux de représenter une psychanalyste obsédée par l’argent » « il y a des brebis galeuses dans toutes les professions (au passage, c’est pas très cool de se désolidariser des collègues interviewés, très représentatifs de la profession au contraire. J’aurais pu faire exactement le même film avec vingt autres psychanalystes… ). Bêtes à manger du foin, comme si la menace et les vociférations pouvaient contribuer à redorer leur image…
Une psychanalyste aboyait « aujourd’hui la psychanalyse a évolué ». Elle ne s’est pas rendue compte que la femme qui lui tendait le micro lui avait présenté son fils diagnostiqué asperger quelques années plus tôt, pour s’entendre dire « votre fils va très bien, c’est vous qui avez un problème.

C’est vous qui devez venir en séance pour travailler sur vos affects ». Un psychiatre psychanalyste ne voulait plus lâcher le micro. Lorsqu’on a réussi a le lui reprendre il s’est mis littéralement à hurler. Sans s’arrêter. Un éducateur spécialisé s’est interposé, faisant un travail de gestion de crise sur le bonhomme, qu’il est parvenu à faire taire (je l’en remercie).

A la sortie du cinéma j’apprends que ce psychanalyste-psychiatre est connu au Havre pour harceler et agresser sexuellement ses patientes victimes de violences sexuelles ainsi que les psychologues et stagiaires des services ou il a travaillé. Il s’est fait virer d’une institution pour cela. Je frémis à l’idée que des personnes fragiles – par définition – consultant un psychiatre parce que victimes de violences sexuelles, puissent se trouver confrontées à ce genre d’individus. Le loup dans la bergerie…

 

L’Arnaque de la Psychanalyse : Les Déconvertis de la Psychanalyse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s