Archives mensuelles : mars 2019

Les Gentils, les Méchants.

Alors que sont traduits devant les tribunaux les Français Chrétiens et Catholiques, voilà ce que qu’écrit Laurent Sagalovitsch dans SLATE, le bras droit de l’Huffington Post d’Anne Sinclair.

Depuis 2017, La Licra, qui fait condamner tour à tour les Français Patriotes, Nationalistes, Chrétiens ou Catholiques qui portent, chevillée au corps, la Culture Helleno-Chrétienne, ne jugera pas Utile de porter plainte pour DISCRIMINATION ni HAINE CONTRE UNE RELIGION contre ce Texte qui TOMBE SOUS LE COUP DE LA LOI POUR DELIT D’OPINION, DISCRIMINATION ET HAINE ENVERS UN PEUPLE ET UNE RELIGION.

Je vous laisse mesurer l’ampleur de la Haine de ce Monsieur contre Nous, Notre Culture, Notre Religion et Jésus-Christ !

Note : La meilleure façon de se dédouaner c’est de dire que l’on insulte personne, nous connaissons « LA MUSIQUE » !

Le goy expliqué aux goyim

Ce n’est pas vraiment une injure ou une insulte, c’est juste une façon de brocarder celui qui n’a pas la chance d’être juif.

Star & Cross | Tony Alter via Flickr CC License by
Star & Cross | Tony Alter via Flickr CC License by

Je l’avoue bien volontiers, j’adore prononcer ce doux mot de Goy. Je ne m’en lasse jamais. C’est une petite musique contenue en une seule syllabe qui m’enchante chaque fois que je l’utilise. Et je l’utilise à tort ou à travers. A la moindre occasion donnée. Pour me moquer de mes petits camarades qui ne seraient pas nés d’essence supérieure, c’est-à-dire juive. Afin de vilipender des comportements emprunts d’un esprit de charité bien trop chrétien pour être honnête. Dans le but de marquer ma radicalité d’avoir été circoncis à la naissance et non point plongé comme un vulgaire saumon dans un bain d’eau bénite.

Goy par-ci, goy par là chante à toute heure mon esprit.

Je ne connais pas de Juifs qui puissent résister à son attrait. C’est comme un signe de ralliement de tous les Moïse de la terre. On a beau passer nos journées à s’écharper sur Israël, sur Dieu, sur la question de savoir quel est le plus savoureux des couscous (le tunisien, bien sûr), au sujet du meilleur dentiste de la place de Paris ou de New York, on finit toujours par s’accorder sur notre chance d’avoir échappé à la condition de goy, cette demi-portion qui nous doit tout.

Tout sauf goy est notre cri de ralliement et c’est évidemment un cri de désespoir.

Le  »sale Goy » c’est l’autre, le lourd, le lent, le Fils de l’Homme, le petit traître à la barbe de trois semaines clouté sur sa croix, l’autochtone, le Français de base ou de souche au nom de terroir qui sent bon la vache de ses aïeux, le patelin à la mentalité auvergnate, bourguignonne, bretonne, picarde, savoyarde, le confessé du dimanche, le Gaulois cocardier, le paysan aux racines qui remontent jusqu’à Astérix…le collabo adorateur du Maréchal.

Le catholique assis sur son héritage millénaire qui n’a toujours pas compris que le vrai Dieu, le seul, l’unique, le flamboyant, le ravagé, le colérique, le neurasthénique, l’imprévisible, c’était le nôtre, celui qui est à l’origine de tout, le plus beau, le plus grand de tous les dieux sur lequel tous les autres ont copié sans jamais lui reverser les moindres royalties.

C’est évidemment affreusement condescendant, vaguement raciste, un brin moqueur mais jamais bien méchant ; aucune acrimonie dans cette injure, juste de la tendre moquerie toujours à prendre au second degré. Tout comme ce billet.

Mais c’est aussi, mais c’est surtout, l’expression de la revanche et de la méfiance du persécuté, de l’humilié, de celui qui depuis la nuit des temps n’a cessé d’errer sur la terre à la recherche d’un havre que personne n’a jamais voulu lui accorder, le reprouvé, l’hérétique à qui on a fait payer le prix – et quel prix ! – de ne pas avoir consenti à reconnaître l’autorité d’un apôtre assez givré pour tendre l’autre joue afin de mieux goûter à la douleur, le déporté dont on a essayé par tous les moyens de se débarrasser et qui continue envers et contre tout à exister, oui c’est le cri du cœur de celui qui a trop souffert, trop pleuré, qui a tout recommencé, tout perdu sauf son sens de la dérision et de l’humour.

Notre Marseille, notre God Save the Queen, notre Star and Stripes à nous !

Allons enfants de la Goyerie.

Le Goy n’est pas l’ennemi du Juif, tout au contraire, il est celui qui donne toute sa saveur à la condition de Juif. Il est celui par qui on glorifie notre propre génie, celui qui magnifie notre superbe étrangeté, celui à qui peut-être on meurt de ressembler sans jamais oser se l’avouer, qu’on jalouse en secret dans le tourment de notre existence jamais apaisée.

C’est en fait un Juif imparfait ce qui évidemment n’existe pas !

*****************************************************************

Pas moins de 11 Rabbins en appellent à notre Meurtre et à notre Eradication.

« ….Pour vous (Goyim) ce sera l’Egorgement sur place, il n’y aura pas de Trains…… vous n’avez même pas idée de quoi on parle… »

 

 

 

Et vous savez Quoi ? Ils nous disent que c’est nous les Méchants qui les avons opprimés et qui les opprimons !

Ces gens n’ont pas encore mesuré l’ampleur du DESASTRE qu’ils sont en train de mettre en place. Dans tous les coins et recoins, les Français ont Compris. Au lieu de faire profil bas et se Taire, comme le ferait un esprit éclairé, ces gens continuent de déverser leur Haine contre le monde Musulman et Catholique ET CONTRE LA FRANCE.

Ce qu’ils doivent comprendre c’est que le monde Musulman est allié avec le monde Chrétien et que la guerre que veulent les Rabbins n’aura pas lieu.

Ce qui est sur, c’est que la France ne restera pas une république. Vincent Peillon l’a parfaitement compris, on ne l’entend plus.

Peut-être devrons-nous attendre encore quelques années pour cela mais un Fait reste et demeure UN FAIT : la république Française vit ses derniers jours, ses derniers mois : les Français Gilets Jaunes ont Gagné.

Les Français ont compris, et je conseille à ces gens d’arrêter vite leurs actes indignes et infâmes car le Retour de Bâton pourrait leur faire bien mal ;  un Français est avant tout UN GAULOIS qui n’a jamais reculé face aux Romains.

Et comme le dit si bien Alain Soral :

« S’il y a des Gentils, qui sont les Méchants ? »

Place à nos Français Gilets Jaunes que nous portons dans nos Coeurs et pour lesquels nous prions :