Allemagne : la sculpture de la « Truie des Juifs » reste accrochée à l’église de Wittenberg.

La justice allemande a rejeté, le 24 mai dernier, la requête d’un homme réclamant le retrait de la sculpture médiévale antisémite de la « Truie des Juifs » ornant l’église Sainte-Marie de Wittenberg, berceau de la réforme protestante.

Le 24 mai, la justice allemande a débouté Michael Düllmann, un membre de la communauté juive allemande, qui réclamait le retrait d’une sculpture datant de 1305 et ouvertement antisémite, ornant l’église Sainte-Marie de Wittenberg, en Saxe-Anhalt.

Cette représentation médiévale, appelée « Judensau » ou « Truie des Juifs », présente des personnages juifs tétant une truie tandis qu’un rabbin examine la croupe de l’animal.

Le plaignant estimait que l’église commettait un outrage et l’insultait lui et les autres Juifs en conservant cette représentation.

Le tribunal du district de Dessau-Roßlau a statué que le fait que l’église ne retire pas le bas-relief ne pouvait être considéré comme un outrage. Selon son avocat, Michael Düllmann a décidé de faire appel de cette décision.

En Europe, il existerait une trentaine de « Truie des Juifs », majoritairement en Allemagne, et au moins une en France, autour de la porte Saint-Nicolas de la Collégiale Saint-Martin à Colmar. La plus ancienne date de 1230 environ et se trouve dans le cloître de la cathédrale de Brandebourg. Le but de ces représentations : déshumaniser le peuple juif en l’associant à un animal considéré comme impur et sale.

Une sculpture déjà controversée en 2016

En 2016, une polémique autour de cette statue avait déjà éclaté. Richard Harvey, un théologien installé à Londres, et qui se définit comme un Juif messianique, a lancé une pétition en ligne, signée à l’époque par 8 000 personnes, demandant le retrait de la sculpture.

Cette pétition est destinée au pasteur Johannes Block, opposé au déplacement du bas-relief. Celui-ci propose alors d’ajouter une description sous la statue pour en expliquer le sens et la replacer dans son contexte historique, ou d’installer un autre bas-relief représentant un prêtre et un rabbin se serrant dans les bras.

Une association se forme pour réclamer le retrait du bas-relief et plusieurs manifestations se tiennent à Wittenberg avec, à sa tête un pasteur de Leipzig, Thomas Piehler, qui souhaite le déplacement de la sculpture dans un musée. L’AfD (Alternative pour l’Allemagne), le parti politique nationaliste et eurosceptique allemand, s’en mêle et lance une contre-pétition.

Face à l’ampleur de la polémique, le conseil municipal de Wittenberg se saisit de l’affaire. Le 5 juillet 2017, il vote une mention, approuvée à l’unanimité, pour conserver le bas-relief comme témoin d’une époque troublée, estimant que Wittenberg a déjà pris position en 1988. Cette année-là, la ville a fait installer une plaque de bronze en mémoire des six millions de Juifs morts pendant la Seconde Guerre mondiale, et a également planté un cèdre d’Israël à côté de cette plaque.

Luther et le « Judensau » de l’église de Wittenberg

La ville de Wittenberg est considérée comme le point de départ de la Réforme protestante. Martin Luther (1483-1546), le père du protestantisme, a prêché pour la première fois en allemand dans l’église Sainte-Marie de Wittenberg, aujourd’hui classée au patrimoine mondial de l’Unesco.

En 1543, Martin Luther décrit le bas-relief de la façade de l’église en ces termes :

« Ici à Wittenberg, on peut voir, sur notre église, une truie sculptée dans la pierre. Dessous, se trouvent des porcelets et des juifs qui la tètent. Derrière, se tient un rabbin qui soulève la patte droite de la truie, tire sa queue avec sa main gauche, se penche et contemple avec zèle le Talmud sous la croupe de l’animal, comme s’il y lisait quelque chose d’extraordinaire. Ce qui signale certainement l’endroit où se trouve leur Shem Hamphoras (le nom de Dieu, NDLR). »

Des propos écrits par Luther, auxquels s’ajoutent son incitation à brûler des synagogues et son libelle « Des Juifs et de leurs mensonges ». Des faits qui lui valent d’être qualifié d’antisémite par des historiens.

Allemagne : la sculpture de la « Truie des Juifs » reste accrochée à l’église de Wittenberg

Site : La Croix : https://t.co/iJZNB7WZV5

*****

Wikipedia : La Judensau

La Judensau (littéralement en allemand : « Truie des Juifs ») est le terme utilisé pour désigner des motifs animaliers métaphoriques apparus au Moyen Âge dans l’art chrétien anti-Juifs et dans les caricatures antisémites presque exclusivement dans les pays de langue germanique. L’utilisation du thème du cochon vise à humilier, car le porc est considéré comme un animal impur (en hébreu : Tame) et interdit à la consommation selon les lois de la cacherout.

Les premières représentations de Truies des Juifs datent du XIIIe siècle, en Allemagne. On en retrouve actuellement près d’une trentaine sous forme de sculptures ou bas-reliefs dans des églises ou des bâtiments d’Europe centrale. À partir du XVe siècle, avec l’invention de l’imprimerie, apparaissent des caricatures dans des pamphlets et des livres incendiaires. Depuis le XIXe siècle, ce terme est aussi utilisé comme injure verbale contre les Juifs. Les nazis réutiliseront ce terme en le modifiant en Saujude (qui correspond littéralement en français à « cochon de Juif ») mais qui a valeur de « sale Juif » en les comparant à des porcs, pour calomnier, humilier et menacer les Juifs.

De nos jours, l’utilisation de l’expression Judensau à l’égard d’une personne ou en public est interdite et sanctionnée pénalement en Allemagne, Autriche et Suisse. En Allemagne, la peine peut même être aggravée en estimant qu’il y a eu une provocation à l’agitation populaire.

 

Représentation dans un livre xylographique du XVe siècle.

Carte de la répartition de la « Judensau ».

Judensau du XIVe siècle de la cathédrale Saint-Pierre de Ratisbonne.

 

La plus ancienne Judensau, XIIIe siècle, sur la cathédrale de Brandebourg, chemin de croix ouest.

 

Notre-Dame de la Miséricorde, Aarschot (Belgique), fin XVe-début XVIe s.

 

La Synagogue aveuglée, original de la cathédrale de Strasbourg, XIIIe siècle.

 

Judensau dans l’aile sud-est de l’église paroissiale de Wittenberg.

 

Gravure sur cuivre (XVIIIe siècle) ; la Judensau de Francfort.

 

Judensau dans le bréviaire de Baldwin du Luxembourg, où Juifs comme chien portent le judenhut, le chapeau pointu imposé aux Juifs, 1336.

 

Judensau couplé à l’allégation de crime rituel sur Simon de Trente dans une gravure du Old Bridge Tower de Francfort-sur-le Main, 1475.

 

« Aaron, fils du Diable », dessin en marge d’un dossier de la Cour d’Angleterre, JE, 1901-06.

 

Judensau sur l’église de Bad Wimpfen

 

Judensau dans un livre antisémite de 1822.

 

Judensau du XIVe siècle, ornant la façade occidentale de la cathédrale de Colmar en Alsace

See the source image

 

L’une des judensauen de la cathédrale de Cologne

 

Judensau en guise de gargouille à la cathédrale de Cologne

*****

 

Collégiale Saint-Martin de Colmar

Colmar, collégiale Saint-Martin : la gargouille de la « Judensau », la truie au juif. Troisième contrefort du côté sud du chevet.
Photo Georges Brun

De nombreuses gargouilles bordent la corniche extérieure de la collégiale, particulièrement sur le pourtour du chevet. Certaines représentent des porc, et l’une d’elle représente un juif, reconnaissable à sont chapeau pointu typique de la représentation médiévale, chevauchant le truie.

Cette imagerie populaire de l’époque médiévale, où l’Eglise favorisait l’antijudaïsme religieux, était très courante dans le Saint-Empire, mais rare en Alsace, hormis à Colmar. A partir de la fin du XII° siècle, l’art chrétien de la renaissance présente les Juifs assimilés ou complices du démon, habitant l’Enfer, ayant des mœurs lubriques et animales.

Site : crdp Strasbourg: http://www.crdp-strasbourg.fr/data/albums/art_gothique_colmar/index.php?img=21

*****

Sur la Façade de Notre Dame de Paris.

Deux Statues : Une représentant la Sainte Vierge Marie : L’Eglise du Christ et l’Autre, à côté, la Synagogue qui a les yeux bandés, sa couronne est à terre et les tables de la loi dans sa main droite sont retournées.

2014-01-19 13.35.232014-01-19 13.34.49

 

Les hommes ont sur la tête un chapeau conique caractéristique des juifs du XIIe siècle. A l’extrême gauche se trouve un bâtiment avec des rouleaux superposés : c’est le Temple, la Synagogue de Satan décrite dans la Bible.

2014-01-19 13.37.07

 

Sacrifice juif au Temple.

2014-01-19 13.37.53

 

La statue représentant la Synagogue a été vandalisée à la cathédrale de Strasbourg le 20 Mars 2007.

Une statue vandalisée à la cathédrale de Strasbourg

Site : La Croix : https://www.la-croix.com/Semaine-en-images/Une-statue-vandalisee-a-la-cathedrale-de-Strasbourg-_NG_-2007-03-20-520832

 

 Images des Judensau en Europe :

http://www.junglekey.fr/search.php?query=Judensau&type=image&lang=fr&region=fr&img=1&adv=1&start=50

Album Amicorum: Die Judensau

 

Die „Judensau“ (Aufn. aus welt.de)

See the source image

 

Réflexion : Si ces scuptures Judensau doivent être détruites, il est plus que certain que le Talmud, qui est une diarrhée verbale contre nous, Catholiques et Surtout contre Notre Seigneur Jésus et Notre Sainte Mère, doit l’être aussi : l’un ne se fera pas sans l’autre.

*****

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s