Archives mensuelles : juin 2019

De fausses pages Facebook, gérées par une société israélienne, visent la Tunisie.

France Info Afrique : https://t.co/hHaJ5nhTAp

 

Certains des 265 « faux comptes », pages et groupes supprimés en mai 2019 par Facebook sur sa plateforme et celle d’Instagram, se concentraient sur la Tunisie. Dans le pays, on s’interroge.

 

Facebook a supprimé 265 « faux comptes », pages et groupes sur sa plateforme et celle d’Instagram, dont les contenus concernaient notamment la vie politique de plusieurs pays africains : la Tunisie, mais aussi le Nigeria, le Sénégal, le Togo, l’Angola, le Niger… Le groupe américain a pointé les « faux comportements coordonnés » (coordinated inauthentic behavior) de leurs créateurs localisés « en Israël ». A Tunis, l’affaire suscite un certain émoi. On y voit parfois une attaque contre le Premier ministre, Youssef Chahed, probable candidat à la prochaine présidentielle, qui aura lieu en novembre 2019.

« Les personnes derrière ce réseau ont eu recours à de faux comptes (…) pour diffuser leurs contenus et accroître artificiellement leur audience », a expliqué Facebook. Elles se faisaient notamment passer « pour des médias locaux » des pays visés et « publiant de prétendues fuites concernant des personnalités politiques ». Ont ainsi été postées des informations liées aux élections dans les différents pays et critiquant diverses personnalités politiques, selon Facebook, qui publie trois exemples rédigés en français.

Des dizaines de milliers de followers

Le journaliste américain Andy Carvin a publié sur son compte Twitter des posts concernant la Tunisie. Deux de ces posts, mis en ligne en janvier 2019, mettaient sur le même plan l’actuel Premier ministre, Youssef Chahed, chef d’un gouvernement démocratiquement élu, et l’ancien dictateur Zine el-Abidine Ben Ali, « dégagé » (comme on disait alors en Tunisie) par la révolution du 14 janvier 2011.

Screenshot_2019-06-28 De fausses pages Facebook, gérées par une société israélienne, visent la Tunisie

Screenshot_2019-06-28 De fausses pages Facebook, gérées par une société israélienne, visent la Tunisie(1)

 

Ces pages auraient recueilli des dizaines de milliers de followers. Problème : on pouvait y repérer des erreurs grossières. Exemple : des tweets censés promouvoir le tourisme en Tunisie avec des photos prises au Maroc et en Turquie, selon Andy Carvin.

 

Screenshot_2019-06-28 De fausses pages Facebook, gérées par une société israélienne, visent la Tunisie(2)

Screenshot_2019-06-28 De fausses pages Facebook, gérées par une société israélienne, visent la Tunisie(3)

 

Poussée d’Archimedes

Derrière ces comptes figure, selon Facebook, une société israélienne, Archimedes Group, dont le site internet est désormais inaccessible. Celle-ci « se présente comme une société fournisseuse d’outils électoraux », rapporte Le Monde. « Son PDG, Elinadav Heymann, a longtemps travaillé dans la politique. Après un passage dans l’armée de l’air israélienne, il a dirigé de Bruxelles le lobby pro-israélien European Friends of Israel, inactif depuis plusieurs années, et également travaillé comme consultant politique », précise le quotidien français

Reste à savoir pourquoi la Tunisie était visée… Un site comme tunisienumérique estime carrément que, par ce biais, « Israël intervenait dans les affaires internes et élections de plusieurs pays dont la Tunisie », ce que n’a pas dit Facebook. Pour Nawaat, « la Tunisie n’est clairement plus épargnée par les campagnes massives de désinformation à l’ère du trollage et des fake news. Objectif : semer la division, défigurer l’espace public et influencer les électeurs potentiels via des campagnes clandestines menées sur les réseaux sociaux. » A l’approche des élections présidentielle et législatives (qui auront lieu à l’automne 2019), « la Tunisie n’est pas à l’abri » de telles campagnes, commente le quotidien francophone La Presse qui, comme tout un chacun, se demande qui sont les commanditaires.

 

Le Premier ministre tunisien, Youssef Chahed, salue ses partisans lors du congrès fondateur de son parti, Tahya Tounes (Vive la Tunisie), le 1er mai 2019 à Tunis. (AFP – YASSINE GAIDI / ANADOLU AGENCY)

Le Premier ministre tunisien, Youssef Chahed, salue ses partisans lors du congrès fondateur de son parti, Tahya Tounes (Vive la Tunisie), le 1er mai 2019 à Tunis.

Le site kapitalis.com ne croit pas que l’Etat d’Israël figure « derrière les campagnes orchestrées contre M. Chahed, qui cherchent à faire tomber son gouvernement et à faire baisser sa popularité ». D’autant que le Premier ministre (dont les relations sont notoirement tendues avec le président sortant Béji Caïd Essebsi) « n’est pas particulièrement hostile à Israël » : « Il ne gère pas directement la politique étrangère de la Tunisie et (…) s’est illustré aux yeux des Israéliens en nommant un ministre de confession juive, à la tête du ministère du Tourisme et de l’Artisanat ».

Pour le ministre en question, René Trabelsi, interviewé par La Presse, « ce n’est pas une campagne israélienne. (…) (Le responsable, NDLR) est une société basée en Israël, mais elle n’a pas le droit de travailler pour une société israélienne ou pour un gouvernement israélien (…). Elle reçoit des bons de commande pour un objectif précis et elle agit. (…) Dans le cas d’espèce, le chef du gouvernement dérange et on veut le faire tomber. » René Trabelsi ajoute : « Le bon de commande a été émis par des Tunisiens qui veulent casser ce gouvernement. A l’étranger, ces pratiques sont connues ; en Tunisie, c’est nouveau. J’ai entendu dire que celui qui est derrière cette affaire a commandé une dictature pour la Tunisie. »

L’analyse de Kapitalis.com est à peine différente : « L’affaire a une dimension géopolitique » et « les attaques contre Youssef Chahed visent à ternir son image (…) et à préparer le terrain à un autre candidat à la prochaine présidentielle ». Lequel ? Mystère…

*****

 

Coups de Feu tirés contre l’imam de Brest, Rachid Abou Houdeyfa.

rachTradFdeSouche : https://t.co/ErAmPtw4JS

Deux personnes ont été blessées ce jeudi 27 juillet après que des coups de feu ont été tirés devant la mosquée Sunna à Brest. Les faits se sont produits peu après 16h à l’extérieur de l’édifice situé dans le quartier de Pontanezen.

L’homme soupçonné d’être le tireur, qui avait pris la fuite, s’est suicidé. Il a été retrouvé mort près de sa voiture, indique une source policière.

Parmi les deux blessés dont les jours ne sont pas en danger, se trouve l’imam Rachid Eljay, anciennement connu sous le nom de Rachid Abou Houdeyfa. Ces dernières années, il a défrayé la chronique en raison de ses prêches et a également été menacé de mort par Daech (le nom arabe de l’Etat islamique).

La première fois que Rachid Eljay se fait connaître du grand public, c’est en 2015 lorsque ses positions rigoristes et d’inspiration salafistes indignent, dans une société marquée par les attentats. À l’époque, plusieurs médias ressortent des vidéos datant de 2012 et qui font polémique de par les propos intégristes que tient l’intéressé. Dans ce qui est peut-être “la plus célèbre”, on peut le voir dire à des enfants que ceux qui écoutent de la musique se transformeront en porc. Sa chaîne Youtube affiche alors pas moins de 68.000 abonnées.

HUffington Post

Plusieurs coups de feu ont été tirés ce jeudi vers 16 h devant la mosquée du quartier de Pontanézen à Brest. Deux personnes ont été blessées.

Que s’est-t-il passé ? Une voiture de type Clio est arrivée et s’est arrêtée devant la mosquée. Un homme est sorti et s’est entretenu avec un autre individu. Le ton est monté. Plusieurs coups de feu ont été tirés avec une arme de poing. Le véhicule est reparti aussitôt après.

Lettre attribuée à l’auteur

Lettre Iman de Brest

Lettre Iman de Brest1.jpg

 

De suite, « C’est l’Extrême droite » !!!!!

 

Attaque contre l’imam de Brest : « Rien dans la lettre de revendication ne relie le tireur à l’ultra-droite » selon l’ex-consultant en jihadisme de BFM

Romain Caillet, né le 14 juin 1977 à Paris, est un islamologue et consultant français. Il est spécialiste de la mouvance djihadiste mondiale, notamment de l’État islamique et d’al-Qaïda. Il est l’auteur de nombreuses publications et est régulièrement consulté par les médias. Ses travaux sont également consacrés aux nouveaux clivages sunnites/chiites dans le monde arabe et à la guerre civile syrienne, avec l’accent sur les formations djihadistes. Arabisant et converti à l’islam, il a vécu de nombreuses années au Moyen-Orient : trois ans au Caire, deux ans à Amman et près de cinq ans à Beyrouth.

« Bon je viens de lire la lettre délirante écrite par Karl Foyer, auteur des tirs à la mosquée de Brest, si cette personne est manifestement déséquilibrée, rien dans le document ne permet de faire le lien avec l’extrême-droite. Pour être plus précis, si Karl Foyer évoque un « mystérieux commanditaire », qui pourrait être d’extrême-droite, la façon grotesque dont il le met en scène laisse penser qu’il s’agit d’un personnage imaginaire. Alors oui, inventer un scénario de science-fiction peut aussi avoir été une stratégie pour brouiller les pistes mais rien dans le document ne laisse penser que Karl Foyer adhérait à l’idéologie de l’ultra-droite. »

Screenshot_2019-06-28 Attaque contre l’imam de Brest « Rien dans la lettre de revendication ne relie le tireur à l’ultra-dr[...].png

Fil Twitter de Romain Caillet

*****

L’imam de Brest avait fait parler de lui dans une vidéo de 2012 dans laquelle il dit à des enfants qu’ils seront changés en Singes ou en Porcs s’ils écoutent de la musique :

 

L’imam de Brest est toujours très suivi sur twiter :

Screenshot_2019-06-28 Boris Le Lay ( boris_lay) Twitter.png

 

Qui est réellement l’imam de Brest qui a toutes les Sympathies de la république ?

Screenshot_2019-06-28 Boris Le Lay ( boris_lay) Twitter(1)

 

Nous en saurons plus bientôt.

Screenshot_2019-06-28 Boris Le Lay ( boris_lay) Twitter(2).png

 

Relations entre « Les Ecolos-Verts » et les Salafistes ?

Screenshot_2019-06-28 Twitter

Screenshot_2019-06-28 Twitter(1)

*****

 

Panamza : https://t.co/os56pHKz1h

Attentat de Brest : le tireur « suicidé » avait contacté Panamza

EXCLUSIF. Âgé de 21 ans, le tireur présumé de Brest avait adressé un courrier à Panamza dans lequel il affirmait avoir été contraint de passer à l’acte par des hommes liés à la DGSI.

Le 27.06.2019 à 23h23

Nous sommes 54.

54 titulaires d’une adresse email à avoir reçu à 16h22 -très exactement, en ce jour- un étrange document composé de 2 images en format jpeg.

Une lettre manuscrite et une carte d’identité (l’ensemble posé et photographié sur une table marron clair) appartenant à « KF », le jeune homme retrouvé mort vers 17h30 et présenté par les autorités comme l’auteur de menaces contre une mosquée de Brest et des coups de feu tirés vers 16h30 aujourd’hui contre l’imam Rachid Eljay.

Dans son courrier, KF tient des propos présentés -de manière expéditive- comme « incohérents et complotistes » selon une source policière interrogée par Sylvain Zimmermann de RTL.

Son confrère Thibaut Chevillard de 20 minutes (le pseudo-journaliste qui avait prétendu avoir vu la scène antisémite des Gilets jaunes dans le métro) ajoute que, selon ses sources, « il semblerait qu’il se soit tiré une balle dans la tête avec l’arme qui a servi à tirer des coups de feu devant la mosquée ».

Quatre éléments factuels et incontestables indiquent que le courrier reçu par Panamza est bien celui rédigé par l’auteur des coups de feu :

– il l’a envoyé à 16h22 et affirme « avoir écrit ce message juste avant de passer à l’acte » : les diverses sources de presse évoquent des coups de feu tirés vers 16h30.

– il y précise habiter Lyon depuis « environ 3 ans » : le Télégramme de Brest a révélé ce jeudi soir que le jeune homme « venait de la région lyonnaise ».

– il y désigne clairement sa cible une heure trente environ avant les premières dépêches de presse locale (et le premier tweet du laconique ministre de l’Intérieur) relatives à cet attentat antimusulman : « Rachid Eljay ».

son patronyme correspond au prénom et à l’initiale du nom dévoilés à 20h17 par Le Parisien (le nom entier a fuité sur les réseaux sociaux dès 21h30…).

Quant au texte rédigé par cet homme retrouvé mort « face contre terre avec une balle dans la tête, dans un buisson à 500 mètres de son véhicule », il est non seulement stupéfiant mais il contredit surtout la version officielle selon laquelle il aurait adressé un « courrier de menace au responsable d’une autre mosquée » à l’instar d’un militant de l’ultradroite hostile à l’islam.

En résumé : cet homme -qui ne revendique aucune idéologie politique dans sa lettre manuscrite- affirme avoir été contraint par des barbouzes cagoulés de passer à l’acte sous peine de voir ses parents, sa soeur et lui-même assassinés.

Détail frappant : le jeune homme indique presque incidemment le patronyme d’un homme lié à ce groupe -il s’agit d’une figure-clé (connue des anciens lecteurs de Panamza) des services secrets français qui s’avère être également un membre du club occulte Bilderberg qui avait mis en garde (après les attentats du 13-Novembre) contre l’ultra-droite anti-islam.

Screenshot_2019-06-28 » Attentat de Brest le tireur « suicidé » avait contacté Panamza.png

Panamza vous propose de découvrir ci-dessous et de juger par vous-même le dernier « message » adressé au monde par un jeune homme qui se disait piégé et qui redoutait d’être exécuté….


L’intégralité de cet article est réservée aux abonnés

*****

Patrick Calvar, Nom mentionné dans la lettre du tireur tué, n’est que le Patron de la DGSI QUI A EVOQUE « UN RISQUE DE GUERRE CIVILE » EN 2016 .

Le Figaro : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/06/21/01016-20160621ARTFIG00282-quand-le-patron-de-la-dgsi-evoque-un-risque-de-guerre-civile.php

 

A SUIVRE.