Archives mensuelles : avril 2018

De plus en plus de musulmans demandent des prêtres catholiques pour pratiquer les exorcismes

C’est une des données qui ressortent de la 13e session sur l’exorcisme tenue, en cette mi-avril, au sein de l’Université pontificale Regina Apostolorum, à Rome. Les musulmans vont voir les prêtres catholiques pour être libérés des démons qui les infestent ou les possèdent. Signe indubitable de l’efficacité et de la véracité de la foi dans le Christ… ! Il faut les accueillir et les délivrer, ont déclaré les conférenciers aux quelques trois cent étudiants venus assister à ce cours qui génère chaque année de plus en plus d’engouement.

Le mieux sera encore de les convertir, car le démon s’acharne sur les plus vulnérables, ceux qui demeurent hors de l’Église, sans la protection de la Foi et de la prière.

« Le Christ a été le premier exorciste »

C’est un prêtre indien actuellement en poste à Dubaï, qui en a fait la remarque, le père André Francisco Fernandes. « Beaucoup de musulmans, même les plus éduqués, m’ont approché pour demander un exorcisme. Ils disent : ‟Père, quelqu’un a fait de la magie noire sur moi, peux-tu prier sur moi et enlever le diable ? !ˮ »

« Jésus est venu pour tout le monde (…) La grâce du Saint-Esprit nous rachètera tous » a répondu l’un des orateurs, le cardinal albanais Ernest Simoni, 89 ans. Lui-même a pratiqué des exorcismes pendant des décennies, y compris sur des musulmans. Des musulmans « qui restent musulmans après » a-t-il précisé ! Résistance à la grâce ou impossibilité de déclarer leur foi chrétienne en terre d’islam ?

Ce qui apparaît comme une contradiction chez ces hommes et ces femmes de l’islam venus chercher en dernier recours le secours catholique, témoigne en tous les cas très clairement de l’inefficacité de leurs propres rituels d’exorcisme musulmans (la cérémonie de la Roquya) et par conséquent, de la force intrinsèque du culte catholique.

Breitbart rapportait la remarque de John L Allen, rédacteur en chef du site religieux Crux : « C’est comme dire que nos trucs fonctionnent et que les leurs ne fonctionnent pas »…

Les musulmans possédés ou infestés viennent voir les prêtres catholiques

On pense derechef aux deux prêtres exorcistes coptes qui officient au Caire : 80 % des milliers de personnes qui viennent chaque semaine réclamer leur délivrance sont des adorateurs de Mahomet… En la cathédrale Saint Marc, le vendredi, le père Abuna Makary ne peut s’occuper que des premiers rangs. Aspergées d’une eau bénite qui électrise leurs corps, des musulmanes voilées demandent la Croix qui les délivrera…

« Nous n’avons peur de personne et n’agissons pas dans un esprit de conquête, confie le père Makary. En terre musulmane, nous proclamons que Jésus y est vivant, Jésus y est présent. »
Certes, comme le disait le professeur Giuseppe Ferrari, « Je ne vois pas pourquoi nous ne pouvons pas le faire pour les musulmans s’ils le demandent ». Seulement, il reste vrai qu’en demeurant dans l’islam, ces musulmans se maintiennent dans leur vulnérabilité essentielle. Le père Gabriele Amorth le rappelait dans une interview accordée en 2015 au journal italien Il Giorno, « Les royaumes spirituels sont seulement au nombre de deux. L’Esprit Saint et l’esprit démoniaque. Le mal déguisé sous diverses formes – politique, religieuse, culturelle… – a une unique source d’inspiration : le diable. »

La réelle solution, c’est quand même la conversion…

« Le pouvoir de chasser les démons était l’un des signes que le christianisme était une vraie religion »

De la nécessité impérieuse de l’exorcisme, il a été encore question. Il y eut un temps, a rappelé le Père Barrajon, professeur de théologie à l’Université pontificale Regina Apostolorum, où l’on minimisait tant le diable au sein même de l’Église catholique que certains en étaient même venus à mettre les nombreux récits de possession démoniaque dans l’Evangile sur le compte de phénomènes psychologiques encore mal connus à l’époque….

Bien que cela puisse être vrai dans certains cas, disait-il, « cela n’élimine certainement pas les références claires à l’activité du diable dans les Evangiles ».

Aujourd’hui, il existe, selon lui, une réelle prise de conscience, en particulier parmi les religieux. Et, comme le notait en conférence l’abbé César Truqui, prêtre mexicain basé en Suisse, qui a servi comme assistant du célèbre exorciste le Père Gabriele Amorth, « La demande d’exorcistes augmente à mesure que de plus en plus de pasteurs sont convaincus que le diable est réel et doit être combattu »…

Il faut apprendre aux jeunes prêtres « la doctrine et la pratique de la libération des âmes ».

La demande d’exorcismes est en croissance absolue

Breitbart News l’avait rapporté le mois dernier, la demande d’exorcistes en Italie a triplé ces dernières années, atteignant près d’un demi-million de demandes par an, du fait notamment de l’explosion des pratiques occultes.

Si beaucoup de ceux qui viennent voir des exorcistes souffrent de maladies mentales, certains (quelque 2 à 3 % selon l’abbé César Truqui) ont effectivement des problèmes qui ne peuvent pas être expliqués en termes médicaux normaux et montrent clairement des signes de « vexation » démoniaque. Aiguilles à tricoter dans les bras, masturbation permanente, épée entre les jambes… l’abbé César Truqui a évoqué l’apparition soudaine, sur une table, un jour d’exorcisme, d’un « clou satanique », « un clou rouillé noir ». Une fois, même, le diable lui a parlé directement : « Je suis le prince de ce monde, je suis Satan ! »…

Le Père Amorth l’avait dit : « Bibliquement, nous sommes dans les derniers temps, et la Bête travaille frénétiquement. » C’est aussi la raison pour laquelle plusieurs orateurs de cette session romaine, parmi lesquels l’abbé César Truqui et le cardinal Ernest Simoni, ont insisté sur l’utilisation de l’ancien rite, en latin, enraciné dans les Évangiles.

Clémentine Jallais

 

Source : http://reinformation.tv/exorcismes-musulmans-pretres-catholiques-jallais-83562-2/

Les séminaristes de Paris découvrent la forme extraordinaire

De Côme de Prévigny sur Renaissance catholique :

« Chaque année, les responsables du Grand Séminaire de Paris ont l’habitude de proposer à leurs pupilles d’étudier un module d’enseignement de leur choix. Peut-être cette pratique tire-t-elle ses racines de méthodes éducatives datées, imprégnées de slogans participatifs et démocratiques. À l’heure où la base tire des conclusions sévères sur l’inanité des expérimentations malavisées des aînés, cette pratique ne peut que faire éclore des thèmes classiques, tranchant avec les inconséquences du passé

.

 

Aussi, en 2018, les quatre-vingt séminaristes que compte l’archidiocèse décidèrent-ils, à une majorité absolue des votes, d’étudier la liturgie traditionnelle et le Motu Proprio Summorum Pontificum.

 

 

Forcément, ce choix ne fut pas sans susciter l’inquiétude de nombreux évêques qui devisèrent du sujet à l’occasion de la dernière conférence épiscopale. […]

Rendez-vous fut donc pris en l’église Saint-Eugène-Sainte-Cécile pour une journée d’information avec deux professeurs chargés des âmes de ladite paroisse, les abbés Marc Guelfucci et Éric Iborra, ainsi que certains fidèles représentatifs. Des vêpres solennelles de Saint-Ignace d’Antioche avec trois chapiers furent dignement célébrées. Un demi-siècle après les avoir abandonnés dans la précipitation, les séminaristes goûtaient à nouveau en corps constitué à la magnificence de rites redécouverts avec respect et piété. Ce qui semblait, au terme des interdictions, devoir être l’apanage de quelques esprits curieux, en quête d’archéologisme, paraissait devoir devenir un enseignement commun duquel nul futur prêtre de notre temps n’allait pouvoir faire abstraction. En un instant, des paroisses censées demeurer des sas de décontamination et ensuite des réserves folkloriques étaient devenues des laboratoires modèles pour une nouvelle évangélisation.

Le lendemain, pour la fête de la Purification de Notre-Dame et de la Présentation au Temple, tous les séminaristes de l’archidiocèse étaient conviés en l’église Saint-Louis-en-l’Île pour une messe chantée, célébrée par le père abbé du Barroux, dom Louis-Marie de Geyer d’Orth. Il serait difficile de ne pas se remémorer à cet instant son prédécesseur, dom Gérard Calvet, célébrant sous la voûte voisine de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, à la naissance et à l’architecture si semblables, et qui, après avoir servi de temple à la ferveur de générations de futurs prêtres, conserva dans les années 1970 le monopole de cette même liturgie, proscrite et ramassée dans le caniveau d’une Église en proie aux innovations les plus incongrues.

[…] L’influence du monde traditionnel, l’impact du pèlerinage de Chartres, la diffusion du missel tridentin depuis dix ans expliquent le fait que ces derniers ont davantage retrouvé la liturgie plus qu’ils ne l’ont découverte et apportent les raisons du choix qu’ils ont posé cette année. Même si les novateurs n’ont jadis reculé devant aucun effort pour retenir et ménager des générations dont le progressisme actait la rupture doctrinale, les recrues du clergé parisien paraissent finalement plus proches des Scouts d’Europe ou de Saint-Jean-de-Passy que de la Jeunesse ouvrière chrétienne ou de Saint-Merry…

En réalité, c’est la piété, la dévotion et la bonne volonté manifeste des séminaristes qui ont brillé au cours de ces cérémonies. L’époque où leurs prédécesseurs aspiraient à innover, à recourir à des instruments musicaux peu conformes, à faire de la liturgie ce que le cardinal Ratzinger appelait un « show », paraît quelque peu révolue. […]

Ces deux journées sont sans doute assez symptomatiques de l’état de l’Église de France. Tandis que partout les églises ferment et que les nombreux prêtres formés avant le Concile disparaissent, leurs jeunes successeurs, bien que leur nombre soit peu élevé, paraissent de plus en plus affranchis de l’esprit d’innovation qui voulait faire table rase des traditions. Sans doute, en bien des endroits, la formation doctrinale de ces jeunes lévites reste-t-elle marquée par les idées qui ont foisonné au cours de ce demi-siècle. Le temps propice sera long pour faire renaître une Église centrée sur l’idéal missionnaire, à partir des cendres d’une utopie obnubilée par les idées de dialogue et de compromis. Mais l’exemple présent montre aussi la rapidité des changements.

 

 

Qui, il y a vingt ans, et même dix ans, aurait pu imaginer que l’ensemble des séminaristes parisiens puisse assister de façon officielle à la messe traditionnelle pour mieux l’étudier ?« 

Le petit Alfie Evans est mort cette nuit à 2h30.

Victime d’une maladie inconnue, d’une médecine déshumanisée et d’une justice sans cœur qui l’a condamné.
Toutes nos pensees pour ses parents qui se sont battus jusqu’au bout pour sauver leur fils.

« La qualité d’une civilisation se mesure au respect qu’elle porte aux plus faibles de ses membres » Jérôme Lejeune

RIP petit ange

À lire : « Alfie Evans, la dérive totalitaire d’un Etat euthanasique » https://www.valeursactuelles.com/…/alfie-evans-la-derive-to…

http://www.contre-info.com/selon-les-ordres-de-la-justice-anglaise-le-petit-alfie-evans-est-mort-cette-nuit

Source : fondation Jérôme Lejeune

Le Premier ministre belge à la synagogue pour les 70 ans d’Israël : un discours façon Manuel Valls

Le Premier ministre belge Charles Michel (MR, libéral), accompagné de son ministre de l’Intérieur Jan Jambon (NVA), se sont rendus mercredi à la grande synagogue de Bruxelles pour célébrer… les 70 ans d’Israël.

A cette occasion, le Premier ministre belge a tenté de rivaliser avec notre Manuel Valls dans les marques de soumission au sionisme.

Morceaux choisis de son discours :

. « C’est un honneur de célébrer avec vous les 70 ans de l’Etat d’Israël.  J’adresse mes plus sincères félicitations et vœux de succès à la population et aux autorités d’Israël. »

.

 

 

« (…) en 1897, au Congrès de Bâle, Théodor Herzl lançait le mouvement sioniste. Le 02 novembre 1917 intervenait la « Déclaration Balfour ». »

.

 

 

« Depuis 70 ans, des liens extrêmement forts sont tissés entre nos deux pays. »

.

 

« Le Royaume de Belgique a soutenu la nécessité d’un « foyer national juif » en Palestine mandataire et l’idée d’un Etat nation. Dès le 29 janvier 1949, la Belgique a reconnu le nouvel Etat israélien. »

.

 

 

« Notre attachement à la sécurité de l’Etat d’Israël est sans ambiguïté. Nos deux pays sont également des partenaires commerciaux importants.  Je veux, ici, saluer le dynamisme économique et la formidable capacité innovatrice du peuple israélien. »

.

 

 

« Surtout, nous sommes rassemblés dans la douleur et dans le traumatisme de la Shoa. Nous sommes marqués par cette émotion indélébile. Cette émotion que j’ai ressentie une fois encore lors de ma dernière visite, avec le sénateur Jacques Brotchi et d’autres parlementaires belges au mémorial de Yad Vashem. »

.

 

 

« Devant vous, je me suis engagé personnellement. Et le Gouvernement a mobilisé les moyens nécessaires pour assurer une protection renforcée, notamment pour les écoles juives, l’ambassade, ainsi que d’autres lieux stratégiques. »

.

 

 

« Notre fermeté doit être totale. Aucun accommodement avec l’antisémitisme ne peut être toléré. Quel que soit sa forme. Cela vaut aussi pour ma propre alma mater. »

.

 

 

« Les arts, les sciences, la recherche et l’innovation technologique, le développement économique et social,… dans chacun de ces domaines et dans bien d’autres, la communauté juive a apporté une contribution inestimable. Apportant ainsi sa marque inaltérable dans le progrès de l’humanité. Au service du développement de notre pays et de l’Europe. »

« Une fois encore et avec solennité, je l’affirme : la Belgique sans les juifs n’est pas la Belgique. » 

.

 

 

« Je souhaite un bel anniversaire à l’Etat d’Israël. »

Source : http://www.medias-presse.info/le-premier-ministre-belge-a-la-synagogue-pour-les-70-ans-disrael-un-discours-facon-manuel-valls/90952/

#RECONNAISSANCE FACIALE : L’Ultime Contrôle ! – ITV Prod

Facebook qui tente de faire la reconnaissance faciale n’est qu’un exemple car dans tous les pays ceci va se développer…

1984 en direct ! La Chine avance ses pions ouvertement en matière de totalitarisme. L’occident fait la même chose, mais de manière différente. Culture oblige. Bref…que ce soient George Orwell ou Aldous Huxley…leurs perceptions/prédictions s’avèrent précises et déroutantes. Bizarre …bizarre… Lien vers Zero Hedge : https://www.zerohedge.com/news/2018-0…

« Entrées précédentes Derniers articles »